Syndicalisme

Un personnage prend un verre à une table. Un autre arrive.

Un – Salut. Tu es tout seul ?

Deux – Apparemment, on est les premiers.

Un – Je ne sais pas si on sera très nombreux. Je tavoue que moi-même, jai un peu hésité à venir.

Deux – Cest la première réunion. Peut-être quils nont pas réussi à prévenir tout le monde à temps.

Un – Jespère que la police, elle, elle na pas été prévenue.

Deux – Remarque tu nas pas tort… Un Syndicat des Tueurs à Gages… Je ne sais pas si cest une bonne idée.

Un – Cest vrai quensemble, on serait plus forts pour défendre nos intérêts, mais bon…

Deux – Quels intérêts ?

Un – Harmoniser nos tarifs, par exemple. Pour éviter quentre nous, on se livre à une concurrence déloyale en cassant les prix.

Deux – Ouais… Mais il ne faudrait pas non plus quon puisse nous accuser dentente illégale.

Un – Illégale ?

Deux – Tu as raison. De ce côté-là… On travaille déjà dans lillégalité.

Un – Comme les prostituées.

Deux – Elles, je crois quelles ont réussi à obtenir dêtre affiliées à la sécu, et de cotiser pour la retraite.

Un – Tu crois qu’un jour, notre métier pourrait être reconnu par l’État ?

Deux – Et pourquoi pas d’utilité publique aussi ? Enfin… Le crime a toujours existé. Il existera toujours.

Un – Cest même le plus vieux métier du monde. Plus vieux que la prostitution.

Deux – C’est vrai. Est-ce que quelqu’un faisait déjà le trottoir quand Caïn a tué Abel ?

Un – Il aurait dû faire appel à un professionnel, ça lui aurait évité pas mal de problème.

Deux – Lassassinat, cest un métier, alors pourquoi ne pas encadrer notre activité par des lois.

Un – Ouais.. Mais on nous dira que ce nest pas démocratique. Que seuls les riches ont les moyens de faire tuer ceux qui les emmerdent.

Deux – Sauf si cest remboursé.

Un – Par la Sécu, tu veux dire ?

Deux – Je ne sais pas…

Un temps.

Un – Et sinon, les affaires, comment ça va ?

Deux – Cest un peu mort, en ce moment.

Un – Cétait quoi, ton dernier contrat.

Deux – Une bonne femme qui navait pas le courage de se suicider. Elle voulait que je men charge.

Un – Du velours. Au moins, personne ne viendra se plaindre.

Deux – Tu parles. Au dernier moment, elle a changé d’avis. Comme elle avait un avoir, elle m’a demandé de tuer son mari à sa place. Maintenant, ça a l’air d’aller mieux… (Un temps) Et toi ?

Un – Je devais supprimer une petite vieille. Le type avait acheté sa maison en viager, et elle était déjà centenaire.

Deux – Pas de bol… Mais cest dans des cas comme ça où notre profession a vraiment une utilité sociale.

Un – Juste après avoir signé le contrat pour que je laide à mourir dans la dignité, elle meurt en sautant à lélastique.

Deux – Un saut à l’élastique ?

Un – Ses petits-enfants lui avaient offert ça comme cadeau pour ses cent ans.

Deux – Et lélastique a lâché…

Un – Non. Cest le cœur qui a lâché.

Deux – Ah merde.

Un – Du coup, le client a voulu se faire rembourser.

Deux – Et alors ?

Un – Un contrat, cest un contrat.

Deux – Après tout elle est morte.

Un – Il na rien voulu entendre. Au lieu de tuer la vieille, jai dû me débarrasser du client.

Deux – Tuer ses clients, ce nest jamais bon pour les affaires.

Un – Cest pour ça que dans ces cas-là, un syndicat, pour régler les différends commerciaux…

Un temps. On entend une sirène de police.

Deux – Ah, je crois quon ne sera pas tout seuls, finalement…

Noir