. Archive

Freitag, der 13.

Posted janvier 5, 2020 By admin

Zum Autor

Jean-Pierre Martinez, geboren 1955 in Auvers-sur-Oise bei Paris, hat seine ersten Bühnenerfahrungen als Schlagzeuger verschiedener Rockgruppen gemacht. Nach Studium und eigener Lehre von Text- und Bildsemiotik an sozial- und theaterwissenschaftlichen Hochschulen (EHESS, Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences Sociales; Conservatoire européen d’écriture audiovisuelle, CEEA) wurde er in der Werbebranche tätig, verfasste nebenher schon bald Drehbücher für das Fernsehen und kehrte schließlich als Theater-Autor und Dramaturg an die Bühne zurück.

Martinez zählt zu den produktivsten und meistgespielten der heutigen Theater- und TV-Drehbuchautoren Frankreichs und des französisch-sprachigen Auslands. Bis dato hat er an die 100 TV-Drehbücher und mehr als 70 Komödien verfasst, von denen einige zu Klassikern geworden sind (Vendredi 13 oder Strip Poker). In englischer und spanischer Übersetzung werden seine Theaterstücke regelmäßig auf Bühnen in Nord- und Lateinamerika gespielt.

Um seine Komödien interessierten Theatergruppen nahezubringen, hat Martinez sie zum freien Download auf einer eigenen Internet-Plattform eingestellt: La Comédiathèque, comediatheque.net. In Papierform (zum Preis der entsprechenden Fotokopien) können die Texte über die Webseite The Book Edition bestellt werden. Die Rechte für die Bühnenaufführung können / müssen über die Verwertungsgesellschaft SACD erworben werden.

Alle Stücke von Jean-Pierre Martinez können gratis von seiner Webseite heruntergeladen werden:

comediatheque.net

In deutscher Übersetzung liegen folgende Theaterstücke von Jean-Pierre Martinez vor:

 

Das Werk einschließlich aller seiner Teile ist nach den Bestimmungen über geistiges Eigentum urheberrechtlich geschützt. Jede Verwertung des Werks außerhalb der engen Grenzen des Urheberrechtsgesetzes und ohne Einwilligung von Autor und Übersetzer ist unzulässig und strafbar und kann zu hohen Schadensersatzansprüchen führen.

Vier Sterne

Posted janvier 5, 2020 By admin

Zum Autor

Jean-Pierre Martinez, geboren 1955 in Auvers-sur-Oise bei Paris, hat seine ersten Bühnenerfahrungen als Schlagzeuger verschiedener Rockgruppen gemacht. Nach Studium und eigener Lehre von Text- und Bildsemiotik an sozial- und theaterwissenschaftlichen Hochschulen (EHESS, Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences Sociales; Conservatoire européen d’écriture audiovisuelle, CEEA) wurde er in der Werbebranche tätig, verfasste nebenher schon bald Drehbücher für das Fernsehen und kehrte schließlich als Theater-Autor und Dramaturg an die Bühne zurück.

Martinez zählt zu den produktivsten und meistgespielten der heutigen Theater- und TV-Drehbuchautoren Frankreichs und des französisch-sprachigen Auslands. Bis dato hat er an die 100 TV-Drehbücher und mehr als 70 Komödien verfasst, von denen einige zu Klassikern geworden sind (Vendredi 13 oder Strip Poker). In englischer und spanischer Übersetzung werden seine Theaterstücke regelmäßig auf Bühnen in Nord- und Lateinamerika gespielt.

Um seine Komödien interessierten Theatergruppen nahezubringen, hat Martinez sie zum freien Download auf einer eigenen Internet-Plattform eingestellt: La Comédiathèque, comediatheque.net. In Papierform (zum Preis der entsprechenden Fotokopien) können die Texte über die Webseite The Book Edition bestellt werden. Die Rechte für die Bühnenaufführung können / müssen über die Verwertungsgesellschaft SACD erworben werden.

Alle Stücke von Jean-Pierre Martinez können gratis von seiner Webseite heruntergeladen werden:

comediatheque.net

In deutscher Übersetzung liegen folgende Theaterstücke von Jean-Pierre Martinez vor:

 

Das Werk einschließlich aller seiner Teile ist nach den Bestimmungen über geistiges Eigentum urheberrechtlich geschützt. Jede Verwertung des Werks außerhalb der engen Grenzen des Urheberrechtsgesetzes und ohne Einwilligung von Autor und Übersetzer ist unzulässig und strafbar und kann zu hohen Schadensersatzansprüchen führen.

Die Touristen

Posted janvier 5, 2020 By admin

Theaterstücke von Jean-Pierre Martinez in deutscher Übersetzung

Zum Autor

Jean-Pierre Martinez, geboren 1955 in Auvers-sur-Oise bei Paris, hat seine ersten Bühnenerfahrungen als Schlagzeuger verschiedener Rockgruppen gemacht. Nach Studium und eigener Lehre von Text- und Bildsemiotik an sozial- und theaterwissenschaftlichen Hochschulen (EHESS, Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences Sociales; Conservatoire européen d’écriture audiovisuelle, CEEA) wurde er in der Werbebranche tätig, verfasste nebenher schon bald Drehbücher für das Fernsehen und kehrte schließlich als Theater-Autor und Dramaturg an die Bühne zurück.
Martinez zählt zu den produktivsten und meistgespielten der heutigen Theater- und TV-Drehbuchautoren Frankreichs und des französisch-sprachigen Auslands. Bis dato hat er an die 100 TV-Drehbücher und mehr als 70 Komödien verfasst, von denen einige zu Klassikern geworden sind (Vendredi 13 oder Strip Poker). In englischer und spanischer Übersetzung werden seine Theaterstücke regelmäßig auf Bühnen in Nord- und Lateinamerika gespielt.
Um seine Komödien interessierten Theatergruppen nahezubringen, hat Martinez sie zum freien Download auf einer eigenen Internet-Plattform eingestellt: La Comédiathèque, comediatheque.net. In Papierform (zum Preis der entsprechenden Fotokopien) können die Texte über die Webseite The Book Edition bestellt werden. Die Rechte für die Bühnenaufführung können / müssen über die Verwertungsgesellschaft SACD erworben werden.

Alle Stücke von Jean-Pierre Martinez können gratis von seiner Webseite heruntergeladen werden:
comediatheque.net

Die Touristen

Vier Sterne

Freitag, der 13.

Strip Poker

The worst village in England

Posted décembre 13, 2019 By admin

A comedy by Jean-Pierre Martinez

English translation by Anne-Christine Gasc

The last survivors of a dying village, forsaken by God and bypassed by the motorway, decide to take matters into their own hands and create an event that will drive traffic to their village. But it’s not easy to turn the worst village in England into the next must-see tourist attraction.

This text is available to read for free. However, an authorization is required from the author prior to any public performance, whether by professional or amateur companies. To get in touch with Jean-Pierre Martinez and ask an authorization to represent one of his works : This text is available to read for free. However, an authorization is required from the author prior to any public performance, whether by professional or amateur companies. To get in touch with Jean-Pierre Martinez and ask an authorization to represent one of his works :

 CONTACT FORM

 

FREE DOWNLOAD THE PLAYSCRIPT BUY THE BOOK
Worst Village of amazon

 

 

The Worst Village in England

English translation by Anne-Christine Gasc

The last survivors of a dying village, forsaken by God and bypassed by the motorway, decide to take matters into their own hands and create an event that will drive traffic to their village. But it’s not easy to turn the worst village in England into the next must-see tourist attraction.

Characters

Derek: pub landlord (male)
Jackie: pub landlady (female)
Charlie: school teacher (male or female)
Benedict: priest (male)
Felix Blatherington-Smythe: mayor (male or female)
Jason: teenager, celebrity wanna-be (male or female)
Wendy: reality tv producer (female)
Catherine: journalist (male or female)
Ramirez: inspector (male or female)
Sanchez: constable (male or female)

Act 1

The Red Lion in Sodgibbon Cross, a typical small village pub. Behind the bar, Derek, the landlord is a middle-aged, working class Sun Reader-type. He is thumbing the local paper, while Jackie, the landlady, wipes glasses absentmindedly. Felix Blatherington-Smythe, the mayor, enters the pub. He looks very much like the last branch of a dying aristocratic family tree, dressed with quaint elegance and worn clothing.

Felix – Hello Derek. Mrs. Jackie, my respects.

Derek, looking surly, barely lifts his eyes from his paper. Jackie appears to snap out of her daydream and her face lights up a little.

Jackie – Mr. Mayor… How’s things?

Felix takes his place at the counter.

Felix – Well, my dear… I have a positively ruinous headache this morning, I’m afraid. I simply have no idea what brought it on…

Derek – Really? You were three sheets to the wind last night. It’s called a hangover…

Jackie looks at Derek disapprovingly.

Jackie (very friendly) – And what can I get you, Felix?

Felix – I’ll have a Fernet-Branca. That should right me…

Derek – Hair of the dog… Good call…

Jackie serves Felix, who thanks her with a smile.

Felix – You look stunning today, dear.

Jackie – I had a colour rinse. Nice of you to notice, because my husband…

Felix – Oh yes, it’s certainly very….

Derek – Blue.

Felix – Dearest Jackie, your husband really doesn’t deserve you. This colour suits you perfectly.

Jackie – I fancied a change…

Derek observes the small talk, annoyed.

Derek – Your hair color is the only thing that ever changes in Sodgibbon Cross… (he puts the paper down on the counter) Can you believe this? This place is so dead we don’t even feature in the local paper any more.

Jackie – Really?

Derek – Look for yourself! It used to be that even if they didn’t actually write about us, Sodgibbon Cross was right there, next to Greenfield Wellsand Sodgibbon Pews. Now, nothing. We’ve been dropped from the menu!

Felix (sighing) – What can you do, my poor Derek… We are the castaways of the great rural brain drain. Today we’re off the menu and tomorrow we won’t even be in the specials. Soon, we won’t even feature on maps, like a desert island lost in the middle of the Pacific Ocean, far from any shipping lane.

Jackie – At least we’d have a beach… You’re right Felix. Castaways among potato fields. That’s what we are.

Felix – Watching powerless as the small bit of land we’re clinging to is being slowly submerged under the rising seas…

Derek – Round here you’re more likely to be swept by a mud slide…

Felix drinks his Fernet-Branca.

Jackie – That’s all so very sad… But what can you do, right, Mr Mayor?

Felix – Mayor… I’m not sure I’ll be mayor for very long yet…

Derek – Surely you’re not afraid you won’t be re-elected! You’ve always been the only candidate in the mayoral elections at Sodgibbon Cross. And given the number of voters left, if you vote for yourself that’s almost twenty percent of the votes.

Felix – No, it’s not that… I just received a letter sent to the council… they’re thinking of amalgamating us with the next town over.

Derek – Sodgibbon Pews?

Jackie – But that’s over twenty miles away!

Felix – Twenty-three as the crow flies… Twenty as the crow walks.

Derek – Yes, the road is straight like a laser across the fields…

Jackie – There’s so much nothing around here. I can’t imagine why we’d need a bend in the road.

Derek – We’d settle for a hill, woods, even a large bush.

Felix – It’s been a concern of mine… I considered a crest for the town but I don’t know what to put on it…

Derek – A spud.

Felix – Regardless, this isn’t the time to crow about it. And it could be my last term. Consolidation, that’s what they call it.

Derek – After more than thirty years as mayor…

Jackie – So what’re we going to call you now, if we can’t call you Mr Mayor?

Felix – Mr Blatherington-Smythe I suppose… But you, Jackie, you can still call me Felix of course…

Derek – They’ve already removed the last park bench and the last phone booth. Now we won’t even have a town hall.

Felix – We’re witnessing the slow death of the public service…

Jackie – And to think of all the good you’ve done for Sodgibbon Cross…

Derek – Yeah, right…

Jackie – What?

Derek – More like the good that Sodgibbon Cross has done to his shady little business deals… Know what I mean?

Felix – Shady business deals? What business deals?

Derek – Right, because as our elected representative you’ve done so much for the municipality. That must be why they want to get rid of it…

Jackie – You’re being unfair, Derek. We don’t have much going for us to start with, at Sodgibbon.

Derek – And that hasn’t stopped you from enjoying all the perks that come with the job, has it?

Felix – I don’t know what you mean…

Derek I mean the grant you managed to get from the regional council…

Felix – Oh, that…

Derek – To restore a manor in which, according to a legend that no one had ever heard of, Boudica spent a night back in 60 AD.

Felix – I can show you the book in which this legend is documented!

Derek – You wrote it!

Felix – Last time I checked, writing books was still allowed…

Derek – A manor that just you just happen to own, and that was entirely refurbished at tax payers’ expense, allegedly to turn it into an AirBnB… Fitting, since air is the only thing that ever fills this bed and breakfast. Well, that and Boudica…

Felix – You have no idea of the responsibility that comes with owning a listed building, my poor Derek…

Derek – Boudica… If at least she’d shagged in that bed.

Jackie – Derek, please…

Derek – And let’s not mention the grant to restore the village chapel.

Felix – But of course Sodgibbon Cross needed an actual chapel!

Derek – A chapel whose priest just happens to be your cousin. The rectory was entirely refurbished thanks to our taxes. Now it looks like a Moroccan Riad. There’s even a jacuzzi in the patio…

Felix – A jacuzzi… Please… It’s an ornamental pool.

Derek – Let’s call it an ornamental whirlpool.

Felix – Derek, I honestly don’t know what you’re getting at…

Derek – Oh, I don’t know… Maybe that this kind of money could have been used to improve the town…

Felix – Oh yes? How so?

Derek – Off the top of my head… We could have installed CCTV cameras.

Felix – To watch what? The potato fields?

Derek – We could have restored the school!

Charlie the school teacher, visibly camp, enters.

Charlie – Ladies, gentlemen…

Jackie – Speaking of the devil. Here’s the school teacher. Hello Charlie.

Charlie – Oh, I see it’s rush hour at the Red Lion.

Derek – Yep… it’s almost a full house.

Charlie – I see lords and commoners. As soon as the Lords Spirituals join us, the Parliament can be in session…

Felix – You think you’re joking, Charlie. But our democracy is in danger.

Derek – And Boudica isn’t here to fight for us anymore…

Charlie (to Felix) – Are you finally under investigation, Mr Mayor? It’s very trendy, you know.

Jackie – It’s much worse than that…

Charlie – You’re going to have to officiate your first gay wedding? Although, as far as I know, no one’s asked for my hand… at least not to put a ring on it…

Felix – Sodgibbon Cross is going be amalgamated with the next town over.

Charlie – Amalgamated?

Jackie – And that’s just the beginning, mark my words.

Felix – The beginning of the end, for sure.

Derek – Hitler started with Poland and look what happened next. If we just stand by and watch…

Charlie – You think you’re joking…

Charlie takes his place at the counter, looking visibly concerned.

Jackie – Don’t tell us you have bad news too?

Charlie – They’re talking about closing the school, believe it or not.

Jackie – Really?

Derek – That can’t come as too much of a surprise… there aren’t any pupils left. When we run out of patrons we’ll have to close down the pub too…

Jackie – No pupils left? Did Jason finally get his O Levels?

Charlie – O Levels… that’s so last century, my poor Jackie. No, but he’s over 18 so I couldn’t justify keeping him back in primary school yet another year.

Jackie – They also got rid of O Levels? What is the world coming to, I ask you. What can I get you, Charlie?

Charlie – A Sea Breeze, as usual.

Jackie makes his drink.

Jackie – So what’s Jason going to do now?

Charlie – Good question…

Jackie – Speaking of which, we haven’t seen him this morning. I don’t know where he’s hiding.

Derek – Hey Charlie, if they close the school you’re going to have a hard time finding another position…

Felix – I thought there was a shortage of teachers…

Derek – That may be, but with his criminal record…

Charlie – Criminal record… You always loved a hyperbole.

Derek – Well, it did involve the Vice Squad…

Charlie – Yes but… It didn’t have anything to do with children…

Jackie – Still.

Charlie – So what, I enjoyed teaching dressed as a woman once in a while. No one got hurt…

Jackie – Still, it must have been a wee bit disturbing for the kids. A school master one day, a mistress the next…

Derek – What did they call you again?

Charlie – Mrs Doubtfire.

Felix – That must be why they transferred you to a school without pupils… while they decide on your case.

Benedict, the priest, enters the pub. He looks more like an ageing playboy then a priest, except for the small cross he wears discreetly on his lapel.

Charlie – Father! We were waiting for you to open the Parliamentary session.

Benedict – Good morning, children.

Derek – Children… With a priest like him, you never know if he means it literally…

Jackie – Derek…

Derek – Hey Charlie, isn’t life funny? If you were a priest you could wear a dress without fearing the long hand of justice. While this one, he never wears anything but street clothes.

Charlie – That’s a shame. I’m sure you would look fabulous in a dress, Benedict.

Jackie – What are you drinking, Father?

Benedict – Dry white wine.

Felix – So, Father? I hope you are the bringer of the good news we’ve been waiting for…

Benedict – I’d love nothing more, Mr Mayor… But alas…

Derek – I won’t ask you if anyone died. Apart from Jason, every last soul of our ghost village is in this room.

Benedict – Worse… The Church is talking about closing down the parish…

Jackie – No?

Benedict – Unfortunately, God is insolvent. Apparently, the Church needs to ‘strengthen its core business and capitalise on the future’ too.

Jackie – Shameful, that’s what it is… Whatever next? It’s only a matter of time before the Chinese start buying stock in the Vatican.

Benedict – On the other hand, no one ever came to service in Sodgibbon.

Derek – Despite all the trouble you went through to increase the parish population.

Jackie – Derek… Please, at least show some respect for religion…

Derek – It’s not bread loaves he multiplies, but buns in the oven.

Felix – No town hall, no school, no church… At least we still have the Red Lion.

Derek – But for how long?

Charlie – You’re not thinking of closing, are you?

Jackie – I wouldn’t mind selling myself. If we found a buyer…

Benedict – Come on, you’re not going to leave us, are you?… What would you do without a pub, eh Jackie?

Jackie – Ha, I’d start by going on a holiday. You won’t believe this, but I’ve never seen the sea.

Derek – Might as well wait for the sea to come to us, with global warming and all. It’ll be quicker than finding a buyer.

Charlie – I think you mean a sucker.

Derek – Who would ever buy a pub in this place? We don’t even have customers…

Felix – Even the last inbred, alcoholic farmers have been replaced by drones controlled from Hackney.

Jackie – If we could only get a handful of tourists, at least during the summer.

Charlie – Why would tourists ever come to this hole? There’s literally nothing to see for a hundred miles around.

Felix – For sure, it’s the ideal place to rest.

Derek – Yeah… If you’re hoping for eternal rest…

Benedict – Potato fields as far as the eye can see. A few crows. You really do need the faith to stay here…

Charlie – Crows over potato fields… Sounds like a Van Gogh painting…

Jackie – At least if Van Gogh came here to kill himself it would have put the place on the map.

Derek – That’s not a bad idea, actually. If assisted suicide became legal in Britain, Sodgibbon Cross would be the best place to set up the first practice.

Charlie – And if everyone suffering from depression came here to kill themselves, it would blow a bit of life back into our lovely town…

Benedict – Come now, children, we must keep the faith. God always answers our prayers…

Derek – Right, well this round’s on me. Let’s drink to forget that everyone, God included, has abandoned us in the middle of an ocean of potatoes… Jackie, break out the sparkling wine.

Felix looks at his pocket watch.

Benedict – Ok, but quickly then.

Felix – Oh my… look at the time.

Derek – What’s going on? Why are you both overbooked all of a sudden?

Jackie opens a cupboard and cries out in shock as she sees Jason curled up inside.

Jackie – Good Lord… One of these days he’s going to give me a heart attack…

Felix – Does he do that often?

Jackie – Since he’s a wee boy. He likes to practise hiding in the most unexpected places.

Derek – We even found him inside the washing machine once. But he’s too big to fit there anymore…

Jackie – I’ll never get used to it… You, come out of there!

Jason crawls out of the cupboard. He’s meant to be 18 years old but appears slow and detached from real life, obsessed with his only life goal of becoming a reality-tv celebrity. The others treat him like he has learning difficulties.

Jason (to Derek) – Hi Uncle Derek.

Derek answers with a nod.

Charlie – Hello Jason.

Felix – I see your cousin is still a few sandwiches short of a picnic…

Benedict – I thought he was your nephew.

Jackie – It’s complicated. I find it hard to keep track myself…

Jackie takes a bottle of sparkling wine and drops it in an ice bucket.

Charlie – I see… That would explain a few things…

Derek – I’m also his godfather, so let’s just call him my godson.

Jackie – I mean, we just call him Jason, it’s easier.

Charlie – Or JC for short.

Benedict – Blessed are the poor in spirit: for theirs is the kingdom of heaven.

Felix – The last young person in the village…

Charlie – He does look like he’s carrying more than his fair share of DNA.

Derek – According to a legend I recently uncovered, he’s actually the last direct descendent of Boudica…

Benedict – I had him do his First Communion last year, just in case…

Jackie – Now that they’ve dropped O Levels, his baptism certificate might be the only certificate he’ll ever get…

Charlie – According to a study by some ologists, children named Jason who born after the year 2000 only have a one in a hundred chance of getting their A Levels.

Felix – So what are you going to do now, son?

Benedict – If he leaves too, I won’t have any altar boys left…

Derek – And since you haven’t got any female parishioners anymore…

Jason – I want to go to London and prepare for auditions.

Felix – Auditions? You mean job interviews?

Charlie – You want to apply for a job?

Felix – Maybe he wants to be a mailman, like his father.

Benedict – His father was a mailman?

Derek – Why? You thought he was a priest?

Jackie – He’s got it in his head to audition to be a candidate on a reality-tv show.

Charlie – What show?

Derek – Britain’s Got Incredible Talent.

Benedict – No, really?

Felix – What talent can this muppet possibly have?

Jackie – He’s a contortionist. Well, according to him anyway.

Derek – Remember that time when the binmen found him asleep in a wheelie bin? A few seconds later and he would have been on his way to the recycling center.

Jackie – Maybe his parents were hoping he’d get picked up with the bulky items…

Jason steps a few feet away from the group to play darts with a distinct lack of dexterity, which could become dangerous for the rest. Felix drains his glass.

Felix – Listen, I think I’ll take a rain check for that champers… There’s an urgent matter I need to attend to at the town hall.

Derek – Urgent?

Felix – I need to reply to that letter.

Charlie – Oh that’s right, the takeover bid launched by Sodgibbon Pews for Sodgibbon Cross…

Benedict – I’ll come with you, Mr. Mayor. I need to plead for my cause too…

The mayor and the priest leave the pub. Jackie shows the bottle of sparkling wine to Charlie.

Jackie – A glass of bubbly?

He signals that he isn’t interested either.

Charlie – Thanks, but no thanks. And it’s not even noon…

Jackie – All right, I’ll put it back in the fridge… Save it for a special occasion…

Derek glances at the door of the pub with a look of surprise on his face.

Derek – I think we may have one now…

Wendy and Catherine enter the pub. Their appearance is very London hipster chic and makes a stark contrast with the locals. Wendy looks like a depressed celebrity and hides behind oversized sunglasses. Catherine is dressed elegantly but more practical and less feminine. Catherine’s demeanour is determined, positive and enthusiastic, while Wendy is pessimistic bordering on suicidal. Wendy looks around her.

Wendy – Did we just land in the intro sequence of an episode of the Twilight Zone?

Catherine – Do you want to sit down for a few minutes?

Wendy doesn’t reply but drops on a chair.

Catherine – Hello everyone… I apologise for interrupting your cute meeting but… Can I ask you something?

Jackie – Yes…?

Catherine – Where are we? Precisely?

Silence.

Derek – Precisely? Well, Madam, we are precisely at Sodgibbon Cross.

Catherine – Oh yes, it’s…

Charlie – In the middle of nowhere…

Catherine glances at the screen on her smartphone.

Catherine – Even the GPS doesn’t even know where it is…

Jackie – It’s a lovely, quiet place…

Catherine – You don’t say… I thought we were in… Do you know, I think we’re a little lost…

Charlie – It’s quite unusual for anyone to come here of their own free will, you know…

Catherine looks around her, appalled, especially when she notices Jason who is still playing darts with a visible lack of talent.

Derek – Can I get you something to drink?

Catherine – Hmm… Sure, why not? Wendy, do you want something to drink… (Wendy doesn’t answer) We’ll have two Cokes. No ice, please.

Jackie – Good call, I hadn’t gotten around to plugging the freezer yet. With this weather…

Derek – For sure, spring is rather late this year.

Charlie – Last year it came around the middle of August, and two weeks later it was Autumn.

Jackie pours their Cokes.

Derek (trying to be friendly) – Are you vacationing in the area?

Catherine – Yes… Well, actually… More like a short break… (quietly, aside) My friend had a… she suffers from exhaustion. We had to move away from it all for a bit.

Charlie – Well you found the right place…

Jackie – Sodgibbon Cross is the perfect place to rest and recuperate…

Charlie – It’s because there isn’t a whole lot to do…

Catherine – Yes, it’s… It’s charming, isn’t in, Wendy?

Wendy – Hmmm… Looks like a good place to spend one’s last days…

Jackie – Yes, we have a big retirement community…

Wendy – No, I meant a good place to put an end to your life…

Awkward silence.

Jackie – So you’re planning to relocate to the countryside?

Catherine – We haven’t really had time to talk about it yet, but… why not… There is a sense of serenity here… Like in a church…

Wendy – Yes… or a cemetery.

Derek – We only have a chapel, but you’ll find that it has been entirely refurbished. It looks like it was built only yesterday…

Catherine – Life in London is so stressful… Sometimes the thought of leaving it all behind and moving to a small village, far away from everything…

Wendy – Oh we’re far away from everything alright… We don’t even know where we are…

Wendy takes several pills and swigs a mouthful of Coke to chase them down.

Catherine – Remember what the doctor said? No more than one at a time.

Wendy – You’re right… Actually, I think I’ll go and vomit…

Charlie – I was like that when I first got here… But then you get used to it, you’ll see…

Jackie, concerned for her tiled floor, points towards the toilets.

Jackie – This way, please…

Wendy leaves. Catherine looks a little embarrassed.

Catherine – It’s probably the change of scenery…

Derek – For sure, the air is different here…

Catherine – Indeed, our lungs are used higher carbon monoxide concentrations. We’ll need a bit of time to recover from withdrawal symptoms…

She sneezes.

Charlie – Either that, or the pesticides they dump on the potato fields. It takes time to build up a tolerance…

Catherine – Pesticides?

Charlie – If you have the opportunity to see it, don’t miss it – it’s spectacular. One of the few attractions the area has to offer. When the choppers rise out of the fog to spread their Monsanto stuff, music blaring… you’ll feel as if you’re in a scene straight out of Apocalypse Now.

Catherine – Isn’t it toxic?

Charlie – They say it isn’t, but… I wonder if that’s not part of the reason for Jason… On top of his stunted family tree, obviously…

Derek glares at him furiously. We hear the sounds of loud vomiting. Light embarrassment.

Derek – And what do you do, in London? If you don’t mind me asking, of course…

Catherine – I’m a journalist.

Derek – Journalist? Really?

Jackie – And you’re writing an article on the area?

Catherine – We’re on a vacation, but who knows? If I find something interesting to write about… Actually, I’m thinking of writing a book…

Derek – Oh. A book. Why not.

Jackie – We have a mayor who books too.

Catherine – How nice for him…

Derek – Actually, he’s more into history books.

Jackie – And your lady friend? I mean, your friend? Is she a journalist too?

Catherine – Not exactly… She’s a television producer (confidentially) WC Productions, that’s her…

Jackie – WC?

Catherine – You’ve never heard of Wendy Crawford? WC, that’s her initials…

Derek – So she works on the telly?

Catherine – I’m sure you’ve heard of a show called Britain’s Got Incredible Talent?

Jackie – Have we…? Incredible Talent? But of course!

Catherine – Well, that’s her! She’s the show’s producer.

Jason – An Incredible Talent?

Everyone turns towards Jason, whose presence had been forgotten. But he doesn’t say anything else.

Catherine – It’s been going for ten years. Naturally, there’s a lot of pressure. She burned out.

Jackie – Burned out…? What’s that? Like a third-degree burn?

Derek – A BBQ accident?

Charlie – Back when we still had O Levels, we used to call that a nervous breakdown.

Catherine – Actually, the tv commissioner decided to cancel the show. If she doesn’t want to shut down her production company, Wendy needs to come up with something more modern. Unfortunately, her last show wasn’t a success…

Derek – Ah yes…

Catherine – And then there’s the matter of that little incident with the submarine in the Baltic Sea… You must have heard about it…

Derek – Yes I… Probably…

Catherine – It was a totally new concept… We rounded up a gaggle of celebrities from the ‘70s, all suffering from claustrophobia, and sent them to the bottom of the sea in a yellow submarine. To help them face and conquer their fears.

Jackie – I think I read something about it in a magazine at the hairdresser’s.

Catherine – Unfortunately, the submarine pilot was an ex-airline pilot with an undiagnosed case of severe depression and he wasn’t able to come back from the depths…

Jackie – That’s horrible… But what can you do, it’s fate…

Charlie (with emphasis) – Man’s greatness is to accept his fate, without believing in it’s fatality.

Catherine – Are you a professor?

Charlie – A teacher… in between jobs at the moment…

Catherine – Anyway, WC is going through shit times. So I decided to take Wendy out to pasture for a while, so she doesn’t blow a gasket…

Renewed vomiting sounds.

Charlie – I hope she’s going to flush that.

Catherine – I thought that spending time away from London would inspire her to find a concept for a new show. But so far she just seems to want to shut down the company and start over.

Derek – I know the feeling… We all have those moments where we’d like to start over.

Charlie – Except that since we’re already over, we just want to start something…

Catherine – Actually, my plan is to write a biopic.

Derek – A biopic?

Catherine – On WC. To tell the story of her life… You have no idea how fascinating the life of a television producer can be. So if we could find a quiet place to stay for a few months, far away from the hustle and bustle of London…

Jackie – Well, you’ve found the right place. We don’t even get mobile reception or the internet, we’re in a white zone…

Charlie – Sometimes it feels more like a black hole…

Catherine – Or maybe even buy a secondary residence…. To put down some roots.

Jackie – Oh, you’ll take root alright, quicker than you think…. And then you won’t be able to leave…

Jason – Do you want to see me hide in a fridge?

Jackie (mildly rebuking him) – Jason…

A moment of uncertainty.

Catherine – This place is really special, isn’t it? I’ve never seen anything so…

Derek – Authentic.

Catherine – No… That’s not the word I was looking for, but…

Derek – Why don’t you stay in our village for a few days… or even longer?

Catherine – This is a hotel, too?

Derek – It could be…

Jackie and Charlie look at him, intrigued. Wendy returns.

Catherine – Do you hear that, Wendy? This gentleman is suggesting that we rent a room here in the Red Lion. What do you think?

Wendy – I think I’m going to be sick again…

Jackie – Who knows, you might even end up buying the place…

Catherine – The pub is for sale? Do you hear that, Wendy? Wouldn’t that be a hoot?

Wendy – Wonderful. And we wouldn’t have to worry about customers interrupting our work.

Derek – It’s a little quiet at the moment, for sure. But the tourists won’t be long now…

Jackie – It’s peak season soon…

Catherine (surprised) – In March? They come here for…?

Derek (not sure what to say) – Well… I mean… Because in the Spring…

Charlie –… the potato fields are in bloom. It’s very romantic, you’ll see…

Catherine – Potatoes… How interesting… Do you hear that, Wendy?

Wendy – I didn’t even know potatoes had flowers. But if you want a bouquet for your birthday…

Charlie – Or how about a perfume, even? Spud by Givenchy. It’ll stand out on the shelves.

Catherine – You’re right, the tulips in Holland get all the press, no one ever thinks of the potatoes…

Charlie – In Sodgibbon Cross.

Catherine – But then the season must be very short…

Jackie – It depends on the type of potato.

Derek – Actually, we get flowers all year round.

Charlie – Especially from the transgenic ones, which are Beacon’s special export.

Jackie – No, there really isn’t an off-season to speak of.

Jason joins the group.

Jason – I can also fit in a wheelie bin, do you want to see?

Jackie – Come now, Jason… Stop bothering the nice lady… Why don’t you go and practice outside? Look, I just took out the wheelie bin to the curb.

Derek pushes Jason outside.

Jackie – I’m sorry… He’s not very bright.

Derek – It’s a pretty good deal, you know.

Catherine – Wendy’s right… It’s a little dead around here, no?

Charlie – Well, now that they build the motorway to go around the village…

Jackie – It’s because they’re all having a nap.

Wendy – It’s not even noon yet… They start napping early around here…

Jackie – If you’d been here an hour ago, you’d have seen what peak time looks like…

Derek – Or you could turn it into a secondary residence in the country, and invite your London friends. There’s a nice flat on the first floor.

Catherine – In a real life, working pub, that would be a riot, wouldn’t it?

Wendy – Do you have anything stronger?

Jackie – Would you like to taste our local specialty?

Derek – We do a mean potato hooch.

Charlie – And believe me, you always remember your first time.

Derek – Like love.

Charlie – And like love, it can make you blind…

Wendy – You’ve convinced me.

Derek pours her drink.

Catherine – I don’t think, with the pills…

Wendy – We all have to die of something…

Derek – Would you like one?

Charlie – The recipe was invented by the defrocked monk who allegedly fathered one of Boudica’s daughters in a barn when she stopped in our village in 60 AD.

Derek – The first one is on the house…

They empty their glasses.

Catherine – Oh, yes, that’s brutal…

Wendy – You can really taste the potatoes.

Charlie – Spot on! And if it doesn’t kill you right away, you’ll feel full of beans.

Derek – And nothing but natural ingredients.

Charlie – And 100% organic compounds… Organic chemistry compounds…

Jackie pours a second round.

Jackie – The second round is sponsored by the Tourist Board of Sodgibbon Cross.

Derek – You won’t need your pills any more after that one, believe you me.

Wendy – I’m sure, it feels like a much quicker way to commit suicide.

Derek – And get this, it’s completely legal.

Charlie – Our mayor is the alchemist who distills this nectar in his cellar, with his illegal still.

Jackie – And this divine beverage is blessed once a year by our priest. A holy man if there is one…

Jason returns, looking confused and covered in rubbish.

Jason– I couldn’t get in the wheelie bin, Uncle Derek. It was already full.

Derek – Jesus wept, what a loser…

Wendy – Does he want to drink some of the magic potion too?

Jackie – Absolutely not. He was given plenty when he was teething.

Derek – Go on, go play outside. The adults are talking!

Jason (disappointed) – You’ll see, one day I’ll go to London…

To everyone’s surprise, Jason, disappointed, starts singing a verse from the song “There’s no business like show business” while performing a few dance steps from the film:

There’s no business like show business like no business I know
Everything about it is appealing, everything that traffic will allow
Nowhere could you get that happy feeling when you are stealing that extra bow

Jason leaves the room. The others don’t mention the incident, perhaps thinking they just experienced a collective hallucination from the potato spirit.

Jackie – The region is gorgeous, you know.

Derek (leers at Catherine) – And, just like a gorgeous woman, it knows not to reveal its assets all at once.

Jackie – And pub landlady is a noble job. Contact with customers and all that.

Derek (to Wendy) – Surely that’s just what the doctor would order for a depressive victim like you. Much better than being alone with your thoughts.

Catherine – I know it sounds crazy, but it could be fun, don’t you think?… You’re always saying how you want to start a new life…

Wendy – Well… I meant, changing for a better life…

Everyone is beginning to be considerably drunk.

Jackie – Come on, I’ll show you the flat upstairs. You’ll see, it’s very cozy…

Charlie – And very convenient. No need for public transport. Your commute will be walking down a flight of stairs. A nice change from the Tube.

Jackie takes Catherine and Wendy to the staircase that leads to the first floor.

Jackie – After you…

Derek – Be careful, the staircase is rather steep.

Wendy (swaying) – I think I’m holding a steep one too.

They leave.

Derek – Talk about a gift from heaven…

Charlie – More like a miracle.

Derek – And I think they might be receptive to the magic of this place.

Charlie – Either that or they’re feeling the effects of the potato booze. It gave me hallucinations once.

Derek – We absolutely must find a way to get them to stay the night.

Charlie – Right, I’ll leave you to it. I have to get changed…

Derek – You’re right, we need to make a good impression.

Charlie leaves. Felix and Benedict return.

Felix – Who are these two beautiful young women I saw entering your establishment?

Benedict – And what have you done with them?

Derek – They’re from London. Jackie is giving them a tour of the flat upstairs.

Felix – London?

Derek – One of them is a journalist, and the other one works on the telly! Can you imagine?

Benedict – What are they doing upstairs?

Derek – If they decide to move here, they could do for Sodgibbon Cross what Ed Sheeran did for Framlingham! The capital of Hipsterland!

Felix – You think?

Derek – I’m going to try and flog them my pub.

Benedict – That might be harder than it sounds…

Felix – Do you really believe they’re thinking of living here?

Derek – The one who works in reality-tv looks completely out to lunch, you know, anxiety-depression style. The other one’s the same, but the opposite.

Benedict – How do you mean, the same but the opposite?

Derek – She’s also out to lunch, but she thinks everything’s amazing! Even Sodgibbon Cross! Can you imagine?

Benedict – How on Earth did they did they end up here?

Derek – It’s a gift from heaven, I tell you. I almost found my faith again. They’re looking for a quiet place to recuperate mentally and write their memoirs.

Felix – Quiet? They certainly won’t find anything better. So you really think that…

A man wearing a Zorro costume enters the pub, holding a gun (we later learn that it’s Jason)

Jason – Hands up. This is a hold up.

Derek – Fuck. What now…

Felix – A hold-up? Really?…

Benedict – Beacon sure is full of excitement this morning…

Felix – And you told them it was a nice, quiet place.

Derek – What’s this wanker doing? He’s going to fuck everything up.

Jason – The moolah, and hurry up…

Derek – Sure thing, little man, stay calm…

Derek bends down behind the counter, pulls out a hunting rifle and points it towards the man who cocks his gun.

Benedict – Aha… Snap!

Jason – Heh! Watch it! Mine’s a toy gun.

Derek – I know, I gave it to you for your First Communion, moron. Along with your Zorro costume and your diving watch.

The man removes his masque. It’s Jason. Derek puts his rifle away.

Felix – What a fucking idiot…

Derek – The hipsters will be down any minute now, what do we do with this one?

Jason – I just wanted a little cash to take the train and make it to the competition in London.

Benedict – The competition?

Jason – An Incredible Talent…

Benedict – Shouldn’t we be calling the cops?

Felix – Or the asylum…

Derek – No time for that. And we can’t risk frightening the ladies with the presence of cops…

Derek points the freezer to Jason.

Derek – You, get in there!

Jason – In there?

Derek – I thought you were a contortionist?

Jason – Yes, but…

Derek – I’m sure the lady from the telly will be very impressed that you can fit in the freezer…

Jason – You think?

Derek – Do you want to be in that show or not?

Jason – Oh, alright…

Benedict – He’s an eager beaver…

Felix – Yes… I can see how his parents managed to talk him into hiding in a green wheelie bin…

Jason steps into the freezer.

Derek – Don’t worry, it’s not plugged in. We use it to keep the Cornettos in the summer but it’s not the season yet.

Jackie comes down from the first floor with Catherine and Wendy. Derek quickly closes the freezer.

Derek – Ladies, let me introduce you to our mayor, who wanted to personally welcome you to our lovely village…

Catherine – Sir… Very happy to meet you.

Felix – Ha! See, it’s funny because that’s my name… Felix… It means happy in Latin.

Catherine – Oh, right…

Derek – And this is our priest, who…

Benedict – My child…

Derek – … who was just stopping by. So, what do you think of our little love nest?

Catherine – Yes, it’s…

Wendy – How do you say again?

Jackie – Cozy.

Catherine – That’s it… It’s cozy. Isn’t it, Wendy?

Wendy – Yes, it’s… That’s exactly it.

A moment of silence.

Derek – It must be quite a change from London, of course.

Catherine – On the other hand, since you’re looking for a new reality-tv concept… a short stay here could be the occasion to reconnect with grass-roots England.

Wendy – Never mind grass roots… Any lower and we’ll need a shovel… to dig us six feet under.

Jackie – There’s a bit of work to finish the decoration before anyone can move in , of course, but…

Catherine – We’ll think about it, won’t we Wendy?

Wendy – That’s right, we’ll think about it… And while we do that we’ll need a place to sleep… I’m crashing…

Catherine – Do you know if there’s a hotel in the area? Because this room, no offence but…

Wendy – Like you said, there’s still a bit of work to be done… like installing a bathroom for example…

Felix – Unfortunately… For the moment we don’t have anything else… apart from a few AirBnB rooms. But it will be my pleasure to…

Benedict – If it’s just for a couple of nights, I would be happy to offer you the hospitality of the rectory.

Catherine – The rectory…? What’s that?

Benedict – I am the humble shepherd of this herd of tormented sinners.

Catherine – A herd of what now?

Wendy – The man is trying to tell you he’s a man of the cloth…

Catherine – A priest, of course! You told me earlier… But since you’re not dressed like…

Benedict – Ah… But you should know that not all priests are cut from the same cloth…

Catherine – But that’s very chivalrous of you… I mean… A rectory… Is that amazing or what?

Wendy – Yes. Spending the night in a rectory sounds exactly like something a woman must do at least once in her life…

Benedict – But it’s only natural. Pure Christian charity.

Catherine – And we’ll be staying with a priest, what’s the worst that could happen?

Derek – I’ll let you be the judge of that…

Felix – Right, so it’s settled. You’ll see, you won’t regret it…

Benedict – If you’d like to follow me…

Catherine and Wendy follow Benedict. They are about to leave the pub together. They bump into Charlie who is returning, dressed like a woman. Catherine doesn’t recognise him but Wendy looks at him suspiciously.

Catherine – Madam…

Charlie (to Wendy) – Looks like our local fresh air is already working it’s magic on you…

Wendy (to Catherine) – Are you sure they’re not taking us to the motel from Psycho?

They leave.

Derek – A journalist and a television producer! How lucky is that?

Felix – Do you really think these two hipsters are going to buy an insolvent pub in Sodgibbon Cross?

Jackie – It’s very common for celebrities to buy cafes and turn them into show-biz canteens.

Charlie – Robert De Niro even owns a set of high-end Japanese restaurants.

Felix – And then there’s those who move to the country to reconnect with their peasant roots…

Jackie – Sting makes olive oil. And Brad Pitt has his red wine.

Charlie – But strangely, I’ve never heard of celebrities interested in growing transgenic potatoes.

Jackie – We’re trailblazers…

Derek – Ok, you’re right, they won’t buy this shit pub. But they work for the press and the telly! They could talk about our village so people will hear of it.

Felix – What could possibly be of interest to them here…

Jackie – We’ll find something. There’s plenty of small towns with nothing going for them that are famous for something…

Felix – Like what?

Derek – Off the top of my head, Bethlehem or even Windsor!

Felix – Windsor has a famous family.

Jackie – So does Bethlehem.

Charlie – In Sodgibbon Cross we only have JC…

Derek – The trick is finding a way to get people to talk about us! If we build it, they will come.

Jackie – And they’d know where to find us on a map.

Charlie – There will be no more talk about amalgamation with the next town!

Felix – We’d keep our mayor, our teacher, our priest…

Jackie – And we’d gain a few customers!

Derek – Ok, but right now what we need is an idea to keep them here.

Jackie – At least temporarily…

Charlie – Just long enough to convince them that Sodgibbon Cross’s most vibrant place isn’t the cemetery on All Saints Day…

Felix – He’s right… We need to attract people to create a sense of excitement… But how?

They think.

Derek – How about a happy hour?

Charlie – There isn’t a single customer within 20 miles… Who’s going to drive 40 miles both ways for a free refill of potato booze?

Felix – And that’s if they survive the first glass…

Jackie – I’ll leave you to think about it… I’m going to the shops… If we’re going to have company I need to fill the larder… And it’s not next door…

Jackie leaves. Benedict returns.

Felix – So?

Benedict – They were in the jacuzzi when I left…

Derek – Don’t you mean the ornamental pond?…

Benedict – Whatever… They seem to be enjoying themselves…

Felix – I’m sure it’s amazing but it’s hardly going to be enough to get them to move here.

Derek – The media is already here, we just need to find something about Beacon that they can talk about…

Benedict – How about a fete?

Derek – Fuck’s sake… Why not throw a parade while you’re at it?

Charlie – No, what we need is a nice, juicy gossip story.

Felix – You’re right! People would come and check it out for themselves, if it was in the papers.

Charlie – Good point… The sea port where the Costa Concordia sank can’t get rid of the tourists since the accident. It’s become an actual place of pilgrimage!

Derek – On the other hand, the odds of a highliner coming ashore in Sodgibbon…

Charlie – No chance of a plane crash either. Even the flight path was diverted.

Benedict – Except for the planes who spread the pesticides on the potato fields.

Charlie – And there isn’t a pilot depressed enough to come and crash here of his own will…

Felix – We have to face reality… We’re more in the independent film category, budget-wise. We’re going to need to something less spectacular, but very unusual…

Benedict – An accident…

Derek – Or a gruesome crime…

Benedict – You’re not thinking of killing someone and cutting them up just to get people to come to Sodgibbon Cross!

Felix – We narrowly avoided an armed robbery, maybe there’s something there…

Charlie – A dimwit with a toy gun and a Zorro face mask… I don’t think it’ll be enough for a front page spot.

They hear banging noises.

Derek – Shit, we forgot Jason in the freezer…

Derek opens the freezer and helps Jason out of it.

Jason – So? How did I do?

Derek Very good, excellent…

Charlie – Good thing the freezer wasn’t turned on.

Felix – Yeah…

Derek – Fuck me! I just had an idea!

Benedict – You’re scaring me…

Derek – Are you thinking what I’m thinking?

Charlie – On the other hand, a body found in a freezer…

Felix – A freezer, yes, that’s good… And it’s within our means…

Benedict – As far as attracting tourists, a pub freezer with a body in it… you really think that’s a good idea?

Charlie – We just need a good story to go with it. Context matters.

Derek – I can already see the headlines.

Felix – Catastrophic accident in Sodgibbon Cross: Incredible Talent fan freezes to death practicing for the show heats!

Derek – I bet our telly hipsters will love it!

Everyone turns towards Jason.

Jason – What? What did I do?

Benedict – What’s wrong with you! We’re not going to sacrifice this poor innocent soul just to give our village a bit of press coverage…

Derek – But he won’t actually die. Well, not completely anyway.

Benedict – What do you mean, not completely?

DerekJason, how do you feel about becoming a celebrity?

Jason – Are you kidding? My destiny is to appear on television!

Derek – Yeah… Maybe even in the London Evening Standard or the Manchester Evening News.

Jason – And what do I need to do?

Felix – Virtually nothing…

Charlie – Just be dead.

Jason – No way, I want to be a celebrity in my lifetime!

Derek – Do you want us to call the cops? Armed robbery, do you know how much you’ll get?

Jason – No, how long?

Derek – I don’t know, but that’s not the question.

Felix – Besides, you won’t actually be dead.

Derek – We won’t set the freezer on high.

Jason seems to hesitate.

Jason – And you’ll pay for my train ticket to London?

DerekJason, I promise. Do you trust your godfather or not?

Jason – Ok… But I don’t quite understand. I’ll be dead for how long?

Felix – You’ll be dead at first.

Derek – But then, not any more.

Jason – Oh, just like Jesus then, right Father?

Benedict – That’s right… Just like Jesus…

Charlie – Everything will be fine, you’ll see…

Felix – And at the end, you’ll come back from the dead, just like Jesus.

Charlie – We’ll film everything and we’ll put it on YouTube, it’ll be the bomb.

Benedict – It’ll be sick, bro. It’s going to be viral!

Derek – Jason, this is your moment, show everyone your incredible talent…

Jason – Um, alright…

Jason goes back into the freezer. Charlie is filming with his phone. Derek turns the freezer on.

Benedict – You’re really going to turn it on?

Derek – Just on low, don’t worry. Enough to give him a light hypothermia, for credibility purposes.

Felix – He’ll come out cool as a cucumber… a different man.

Derek – I’ll set it on two…

Benedict – But what if he does die? Have you thought about that? You’ll be accused of murder, Derek! It’s your freezer after all!

Felix – But he isn’t going to die! Worst case, maybe he catches a bad cold.

Charlie – Or he loses a finger. Two at the most. Like those mountain climbers who trek the Himalayas. You can’t be a hero without making a sacrifice…

Benedict – Yes… here we’re only talking about staying in a freezer…

Charlie – Just between us, given what he does with his fingers… Even if he loses a couple he’ll still have plenty to pick his nose…

Derek – He’ll only stay in there long enough for us to make a bit of noise about the incident and get the village in the media.

Charlie – But the cops, they’ll be able to tell he isn’t dead!

Derek – That’s true… You might have found the flaw in our plan.

Felix – The cops? You know how they are! A couple of drinks and they’ll think your wife is Miss England…

Derek looks at Felix, menacingly.

Derek – I don’t how to take this…

Charlie – He means that if they were sober they’d think she was Miss World.

Derek – We can even put a few ice cubes on top, to make it look more real…

Jason pokes his head out of the freezer.

Jason – Is my hair ok?

Derek – Yes, yes, it’s fine.

Jason – What about my t-shirt?

Charlie is still filming.

Derek – Go on, back in your box. Jackie won’t be long now…

Jason – It’s a bit nippy in there.

Derek – It’s a freezer, you numpty!

Jason – And it’s very dark…

Benedict – I always wondered if the light really went off after you closed the fridge door.

Charlie – You should be wondering if there really is life after death…

Felix – Well, today we’ll have an eyewitness… If we can thaw him out, that is…

Derek – Worst case, the journalist can write about that…

Charlie – I can just picture Krishnan Guru-Murthy reading the evening news: Does the light really go off in your fridge when you close the door? A brave resident of Sodgibbon Cross tries a unique experiment to bring a definitive answer to this deeply unsettling question…

Jason – The evening news? Ok, I’m going back in…

Jason sits back in the freezer. Derek takes the ice bucket and pours the contents on top of him.

Benedict – How long are you going to leave him in there for?

Felix – One night should be enough.

Derek – We should leave Jackie out of this, that way she can be the one to find him tomorrow morning. Credible deniability and all that. She’s a terrible actor.

Felix – Don’t worry Benedict. See… if anything goes wrong he can easily get out on his own…

Derek – Alright, now you should leave before Jackie returns. I’m not convinced of your acting skills either…

They all leave. Jackie returns with the shopping which she starts to put away.

Jackie – I’ll put the cornettos away first before they melt… (She puts the ice cream in the freezer without seeing Jason) Oh, I need to turn it on… Ah, Derek’s already done it… But that’s not high enough… I’ll set it on ten… (She closes the freezer door and places a bag of potatoes on top) Right, I’ll do the chips tomorrow, I’m knackered…

She’s about to leave but glances at the freezer once more.

Jackie – I always wondered… does the light really go out after you close the door ?… Ah well…

She turns off the light and leaves. We hear banging coming from inside the freezer.

Black. Ellipsis for the night. Intermission (optional).

Act 2

Light. Jackie enters, yawning, and goes through the motions of opening the pub, like she does every morning.

She takes the bag of potatoes from the top of the freezer and starts to peel and cut them into chips.

Jackie – We hope it’s chips it’s chips…

Derek enters.

Derek – Good morning love, sleep well?

She looks at him, taken aback.

Jackie – What’s wrong? Are you alright?

Derek – No, no, everything’s fine. What are you doing?

Jackie – I’m peeling potatoes, aren’t I.

Derek – Oh right…

Jackie – I’ll freeze them. In preparation for this summer…

Derek – Do you want a hand peeling those potatoes?

Jackie looks at him again, this time suspiciously.

Derek – That way you can prepare a brunch for the Londoners…

Derek starts to peel the potatoes. Jackie looks at him, now stunned.

Jackie – Are you sure everything’s ok?

Derek – Of course, why?

Jackie – I don’t know… It’s the first time ever I’ve seen you peel potatoes…

Derek (looking towards the door) – Ah, here they are…

Jackie – Brunch… Why not served in bed while you’re at it…

Catherine and Wendy enter.

Derek – Good morning ladies! Did you sleep well?

Catherine – Like a log!

Wendy doesn’t say anything, but it doesn’t look like she had a restful night.

Derek – Told you, you’ll end up setting roots here.

Wendy – For now I’ll take an Earl Grey with a splash of lemon.

Catherine – Same for me.

Jackie – Coming right up…

Jackie prepares the tea.

Catherine – Do you have any croissants?

Jackie – Uh no… But I can make you some chips if you want. Freshly cut.

Wendy – No thanks, we’re good…

Jackie – Two Earl Grey with lemon, coming right up… But unfortunately, we’re out of lemon.

Catherine – As long as the water is hot, it’ll be fine…

Derek – No worries there… Around here we always boil the water… We have to, it’s safer that way…

Jackie – While the water is boiling, I’ll check if my freezer is cold enough to freeze the potatoes…

Derek smiles stupidly.

Derek – Please sit down, it won’t be long now…

The two women sit at a table.

Wendy (aside, to Catherine) – You’re right, let’s get out of here… It’s very authentic but… they all look a little inbred, the lot of them…

Catherine – Remember when the priest joined us in the jacuzzi last night… what was that about…

Wendy – At least if he had been wearing something…

Derek continues to peel the potatoes.

Derek – I think it’s going to be a gorgeous day.

They smile politely.

Wendy – Look at that one, with his long knife, peeling their transgender potatoes…

Catherine – Transgenic.

Wendy – You’ve got to wonder how many times it was used to slit their guests’ throats. What’s the name of this place again? The Red Pub?

Catherine (laughing nervously) – Stop, you’re starting to creep me out…

Wendy – I wonder where they keep the bodies…

Catherine – In the cellar maybe…

Wendy – Or the freezer.

They both stifle nervous laughter.

Catherine – Alright… We drink our tea and we’re out of here…

Catherine jumps when Jackie screams as she opens the freezer.

Jackie – Oh my God! What is… that?

Derek (feigning surprise) – What’s going on?

Jackie – There’s a stiff in the freezer!

Derek – What?

Catherine looks at Wendy, aghast.

Derek (badly faking surprise) – A stiff? But who is it?

Jackie – I don’t know… I didn’t want to look, did I! I just saw two eyes staring straight at me through the ice cubes!

Charlie enters.

Charlie – What’s going on?

DerekJackie found a body in the freezer!

Charlie – No way! Anyone we know?

Derek – We’re not sure yet…

Charlie films the scene with his phone.

Catherine – What a bunch of wackjobs. Come on let’s go…

Wendy – Hang on… give it a few minutes! It’s just starting to become interesting…

Jackie – We need to call the police…

Derek – What a mess…

Wendy – Can I have my tea, when you’re done?

Derek – I’ll take care of it right now… Tea for two and two for tea …

Jackie picks up the phone.

Jackie – Hello, emergency services? Please come quickly. We found a body in our freezer. No, not a baby, I wouldn’t be calling you for so little.

Derek serves the tea.

Derek – A dash of milk?

Jackie – Yes… Sodgibbon Cross. Where is it…? Around mile 22, between Sodgibbon Pews and Greenfield Wells… Thank you, we’ll be waiting…

Derek – So?

Jackie – They’re sending two forensic specialists…

Catherine – Forensics? What do you think this is, a good American tv series…?

Charlie – Isn’t that what they call an oxymoron?

Wendy – CSI Sodgibbon Cross… Doesn’t have quite the same ring as CSI Miami, does it…

Catherine – Maybe, but I still think we’ll soon hear about this dump in the local paper…

Wendy – It’s like Andy Warhol said: everyone gets their fifteen minutes of fame…

Felix and Benedict arrive.

Felix – Good morning ladies, everything ok?

Charlie – We’ve just found a body in the freezer.

Benedict – A body? You mean a human cadaver?

Charlie – Yes, a human cadaver… Not a cow cadaver cut up in handy burger packs.

Jackie opens the freezer again.

Jackie – Look! He left a note on the inside of the door…

Benedict – A note?

DerekHe did?

Jackie – Well, it’s more like a message scratched in the ice. A suicide note maybe…

Felix – So it’s a suicide?

Charlie – To my knowledge, this would be the first time anyone commits suicide by locking themselves up in a freezer.

Felix – I believe you might be right… I think I’ve read of a case where it happened in a sauna, but never in a freezer…

Charlie moves closer to the freezer.

Charlie – Or he left this message to guide the police to his murderer…

Felix – No way…

Derek (to Jackie) – Well, go on, what does it say?

Jackie – It’s full of spelling mistakes…

Charlie – I bet it is.

Jackie – I’m having trouble reading the first bit…

Benedict – The teacher might be able to help, he’s used to reading poor handwriting.

Charlie looks inside the freezer.

Charlie – Weird… That handwriting looks familiar…

Derek – So?

Charlie – Hang on, give me a second… Oh, yes, I can see it: Derek killt me…? (Everyone turns toward Derek, shocked) No, I’m kidding…

Jackie – Please, this is not the time for jokes.

Charlie – Let’s see… (reading) “I have an incredible talent… but I’m freezing my nuts off”

They all look at each other, dismayed.

Act 3

We hear the sound of a helicopter.

Benedict – What’s that? Monsanto doesn’t normally start spraying for a few months yet.

Ramirez and Sanchez, two cops, arrive. They look more like two bumpkins than elite forensic cops. Ramirez, the inspector, can even vaguely look like Columbo.

Derek – Ah, the forensic police are here…

Jackie – Well, that was fast.

Charlie – They’re special forces. They must have been parachuted…

Ramirez – Inspector Ramirez. This is Constable Sanchez. We came by helicopter to be more quickly on the scene, but we had trouble finding your stupid village.

Sanchez – From the chopper we used the road as a reference point. But it stops dead in the middle of a potato field.

Felix – Ah yes, it’s the old A road. It was downgraded to a track road a few years ago when they built the motorway.

Derek – Which greatly affected the businesses of Beacon, believe you me.

Ramirez – Businesses? What businesses?

Sanchez – We didn’t even know there were still people living here.

Benedict – Before the war we still had a grocery store… At least according to local lore…

Felix – Now we go to the big Tesco once a month and we store everything in the freezer.

Ramirez – Speaking of which… What’s the deal about this freezer?

Sanchez – Cherchez la femme… Like the French say…

Derek – This way please, but surely you must have time for a quick drink first?

Jackie – Because let me tell you, it’s not a pretty sight…

Ramirez – I don’t know if… That bad?

Felix – He’s in the freezer! He’s not going to spoil…

Ramirez – In that case… Just the one then. For the road, right Sanchez?

Derek – How about you, ladies? Instead of the lemon in your tea?

Wendy – Why not…

Catherine – At this point …

Derek pours a drink in both tea cups and leaves. Catherine looks at her cup.

Catherine – Did you see that? The tea turned clear like water.

Wendy – Yes…

Catherine – It might be toxic.

Wendy – Or they forgot to put the tea bag in the water.

Catherine – Oh, and the water’s started to boil again…

They look at each other, worried.

Ramirez – That’s not bad…

Sanchez – Oh boy, you can really feel it going down.

Ramirez – Wakes you up…

Sanchez – I’m seeing things out of focus, is that normal?

Charlie – Don’t worry, it’s temporary. Usually.

Benedict – There’s been a few cases reported of permanent loss of vision, but it’s extremely rare.

Sanchez – Right. Sounds more like a hard drug than a liqueur.

Ramirez – As long as it’s legal…

Sanchez – Clears the lungs too.

Ramirez – It’s not flammable, is it?

Charlie – I used to know a firebreather who used this instead of lead-free petrol because it was cheaper.

Felix – I have been known to put some in my 4×4 myself, and I haven’t noticed any reduction in performance.

Ramirez – I’m sure… I’ve never drunk diesel myself but I imagine it has a similar taste.

Benedict – I bet if you were to drink drain cleaner after this, it would taste like holy water.

They all drain their glasses.

Ramirez – So, about this human cadaver?

Derek – This way, please Inspector, Sir ..

Ramirez – You go ahead Sanchez. You know how I feel about dead bodies. (To the others) If I ever leave this job, it will be because of the dead bodies…

Derek opens the freezer. The teacher films.

Sanchez – Oh you weren’t kidding, he’s hard as wood.

Felix – Pardon?

Sanchez – Come have a look, Sir.

Ramirez – No, no, I trust your judgement.

Derek, Felix and Benedict come closer to check.

Benedict – Jesus Christ… He’s actually frozen…

Ramirez – You look surprised, Father… Surely you’re seen your fair share of stiffs…

Derek – I don’t understand! I set it to the lowest…

Derek, Felix, Benedict and Charlie are dismayed.

Jackie – I wacked it up to ten last night. So it would be cold enough to freeze the chips this morning…

Sanchez – What if it was another case of frozen babies, Sir?

Ramirez – It’s a baby?

Sanchez – No. It looks more like a man, early twenties…

Ramirez – So how…

Sanchez – Maybe he survived all these years by eating whatever he could find in the freezer. And when the food ran out, he died of hunger?

Ramirez – Interesting theory, Sanchez… What did you keep in this freezer?

Jackie – Nothing. We keep it unplugged all winter…

Ramirez – I see…

Sanchez – Sir, I think he tried to draw something on the inside of the lid.

Ramirez – Really? Okay, I need to see this…

Ramirez comes closer.

Ramirez – So he did… It’s like cave paintings in there…What does it mean?

Sanchez – I don’t know… Looks like Egyptian hieroglyphics…

Ramirez – Take pictures of everything, Sanchez. And close the door before it all melts. We’ll get it analysed by an Egyptologist.

Sanchez – What for, Sir?

Ramirez – To better understand the victim’s personality.

Sanchez – Shouldn’t we be trying to understand the murderer’s personality…?

Ramirez – Don’t you start trying to confuse me, Sanchez. Are you trying to teach me my job?

Sanchez – Of course not, Sir. I’ll take pictures of everything, right away…

Ramirez – We’ll ask the lab for carbon dating. When we know when he died, we’ll be able to build several hypotheses on the circumstances of his death…

Derek – Are we suspects, Inspector?

Ramirez – Well, the body was found on your premises.

Jackie – But we’re the ones who called the police!

Ramirez – You’d be surprised the number of criminals who call the police after committing their murders…

Felix – And in your opinion, Inspector, when do you think he died?

Ramirez – It’s always difficult with the frozen ones. Time of death could be anywhere between 24 hours and six thousand years.

Sanchez – I hope you all have good alibis between the Jurassic and Cretaceous periods…

Jackie – But listen, I told you this freezer was only switched on last night…

Sanchez – What do we do, Sir, do we take him out of the freezer?

Ramirez – Leave him there for now… We have to be very careful to not break the cold chain…

Sanchez – So what do we do, boss?

Ramirez – What’s gone into you, Sanchez?

Sanchez – What do you mean, boss?

Ramirez – You used to call me Sir, why are you calling me boss now? I don’t condone this flaunting of the rules.

Sanchez – I’m sorry Sir, you’re right.

Ramirez – This isn’t an episode of Midsomer Murders, Sanchez. We are the elite police force: the forensic police!

Sanchez salutes him.

Sanchez – Sir, yes Sir!

Ramirez – As you were.

Sanchez – So, what do we do, Boss?

Ramirez – Why don’t you search this hovel… (aside) Go ahead and fuck up the place even if it’s not necessary… It never fails to impress the suspects.

Sanchez – Of course, Sir.

Sanchez starts searching the pub, moving as many things around as he can and making as much noise as he can.

Ramirez (to Jackie) – So, Madam. You’re the last person to see the victim, is that right?

Jackie – Er…no. I’m the first one to see him dead.

Ramirez – That’s what I meant. So you found the body. That makes you our prime suspect.

Derek – Inspector, are you serious?

Ramirez – I suggest you keep your mouth shut until we tell you to open it. Understood?

Sanchez – Sir, I think I found the murder weapon.

From behind the counter, he pulls the plastic toy gun that Derek took from Jason.

Ramirez – It’s a toy, Sanchez. Can’t you tell?

Sanchez – You’re right, Sir… And the victim didn’t die from gunshot wounds…

Ramirez – That will be for the autopsy to tell. He could well have been shot with that gun before being placed on ice in the freezer.

Sanchez – But you just said yourself it’s a toy gun…

Ramirez – Don’t try to confuse me, Sanchez. (He freezes like he’s having a vision) I just had a flash… And I think this case is a lot more complicated than it looks.

Sanchez – I think’s it’s quite complicated enough…

Charlie – A word of caution, Inspector, the flash could be a side effect of the potato booze…

Sanchez continues his search.

Sanchez – Oh great, there’s another one.

He retrieves the hunting rifle.

Ramirez – Is this your hunting rifle?

Derek – What if it is, is hunting illegal now?

Ramirez – No, but it’s suspicious. You know what they say… He who steals an egg will steal a chicken. Start as a hunter, end as a killer. Is there a flat above?

Derek – Yes.

Ramirez – Come Sanchez, we’re gonna check it out… (Looking towards the two Londoners) This pub has all the hallmarks of a brothel…

Sanchez – No one moves until we get back, alright?

Ramirez – You, the madam, you go first.

Jackie – If you’ll follow me, Inspector…

Ramirez points his chin towards the two Londoners.

Ramirez (to Sanchez) – We’ll interrogate the two whores later.

Catherine and Wendy look at each other, dismayed. The two policemen leave with Jackie. Derek, Felix and Charlie are so concerned they forget the two Londoners, who’ve been sat there watching it all without saying anything.

Derek – Just what we needed… Now we have a dead body on our hands.

Felix – We? But I didn’t do anything!

Derek – What? No, we all agreed!

Charlie – He’s right though, it was mostly your idea, Derek…

Catherine and Wendy are stunned.

Catherine – So you knew about this?

Wendy – You’re all in on it!

Catherine – You’re all accomplices…

They turn toward the women, knowing they’re busted.

Felix – No, but… It’s not at all what you think…

Charlie – I can see how this might look…

Benedict – And how you might have misinterpreted what we said…

Felix – Worse case, it’s involuntary manslaughter.

Derek – Possibly even just a workplace accident.

Catherine – Did you, or did you not put this bloke in the freezer?

Charlie – It’s a little more complicated than that…

Derek – We just wanted to break the monotony.

Felix – To show you that things did happen in Sodgibbon Cross.

Charlie – So you would have enough material to write an article about us. Even a short one.

Benedict – Actually, it was to help you out really.

Felix – Unfortunately, accidents happen.

Catherine – Wackjobs, I tell you…

Derek – You won’t say anything to the police, will you?

Catherine – Come on Wendy, let’s get out of here…

They stand up to leave just as the cops come back with Jackie.

Ramirez – No one leaves without my say so.

The two Londoners sit back down.

Ramirez – What do you think, Sanchez?

Sanchez – Yes, it’s rather cozy…

Ramirez – I’m not talking about the flat, idiot! I’m talking about our investigation!

Sanchez – Oh sorry… What I think, Boss… To be honest…

Ramirez – I see… I can tell I’m going to have to find the key to this mystery on my own, guided by my sole instinct.

Ramirez turns towards the group and feels their awkwardness.

Ramirez – And my instinct tells me that these fuckwits all fit the profile of a perpetrator. Take my word for it, Sanchez.

Sanchez – You’re right, Sir. I’d even say they all fit the profile of the murderer…

Benedict – Gentlemen, please! You’re talking to a minister of the faith.

Ramirez – Don’t let that impress you, Sanchez. A minister of the faith is to the Catholic hierarchy what a General is to the Salvation Army: a pompous title for someone with no real authority.

Felix – As for I, Inspector, I think you’ll find that I am the highest magistrate in this municipality.

Sanchez – But of course. And I’m a peace keeper, does that make me a Blue Helmet?

Ramirez (to the others) – Alright, that’s enough. If you bunch of nitwits have anything to say, now is your last chance.

Derek – Well…

Felix – You see…

Charlie – No, I don’t think so…

Sanchez – I’m betting on the priest, Boss. He looks like butter wouldn’t melt, but look at him, he’s a pimp if I ever saw one.

Ramirez – Very well, since no one wants to spill the beans, we’re going to proceed to the identification of the body. Who knows, that might trigger some memories…

He opens the freezer.

Jackie – Wait, I’ll remove the chips…

Ramirez (to Derek) – You, come over here. Do you recognise the victim, yes or no?

Derek – With that layer of ice over his face I can’t be sure.

Sanchez – Great, we’re going to wait for the Spring thaw…

Ramirez catches sight of the two Londoners.

Ramirez – Right, let’s try something else… Who’re these two skanks?

Sanchez – You’ve got a moonlighting gig as a pimp is that it? A little dough on the side?

Derek – They’re tourists visiting the region, Inspector.

Ramirez – Tourists? Do you really expect me to buy that? The last time there were any tourists in the area, they were Roman. They wore armor and they left after a week, fighting a mild depression.

Sanchez – This case gets stinkier by the minute, Sir.

Jackie – I don’t want to cause trouble but for what it’s worth, before these two showed up, this was a quiet, fairy tale village.

Charlie – Without a happily ever after.

Catherine – Oh, the cheek!

Ramirez – You slags, bring your asses over here.

Catherine comes forward, followed by Wendy. Ramirez forces Catherine’s head in the freezer.

Ramirez – So you don’t recognise the victim either?

Catherine – Oh my God, how gruesome!

Wendy looks too.

Wendy – His face does look familiar…

Sanchez – Must be a local, Sir. He looks a little slow in the head. Also, no one ends up accidentally in a hole like this place.

Ramirez looks at the Londoners again.

Ramirez – Tourists, you say…

Derek – I swear, Inspector. They really are from London. One of them works for the press, the other for the telly.

Ramirez – That’s not incompatible with being a whore. What do you think, Sanchez?

Sanchez – I think it’s a menage a trois gone wrong.

Ramirez (to Felix) – He was your wife’s lover, is that it? That’s why you killed him?

Felix – I’m not married, Inspector.

Sanchez – Too bad for you. You could have claimed temporary insanity during a crime of passion…

Ramirez (to Derek) – So you’re the sucker?

Sanchez – He does have a nice sucker face.

Derek – But of course not! I mean, yes, but… the priest, he’s me wife’s lover.

Ramirez – I see… (he turns towards the two Londoners) And you didn’t see anything, of course? You’re not very observant, I thought you were journalists …

Catherine – Actually, I did… From the window of the flat above, I thought I saw a man, looked like Zorro, come in the pub.

Sanchez – Zorro?

Ramirez – What were you doing up there?

Sanchez – Shagging the landlord probably…

Wendy – The landlady was showing us the flat, it’s for sale.

Ramirez – So you saw Zorro walk in the Red Lion…(ironically) Maybe he’s the killer, Sanchez! Why don’t you check and see if Don Diego de la Vega has any priors…

Sanchez – Right away, Sir… Can you spell the name?

Ramirez sighs.

Catherine – I meant a man wearing a mask, Inspector.

Wendy – Maybe it’s a robbery gone wrong?

Catherine – They could claim self defence.

Ramirez – Go ahead and lead this investigation, why don’t you?

Catherine – Not at all, Inspector.

Wendy – Even if I think the investigation would progress faster…

Ramirez – Alright, Sanchez, go ahead and proceed to the collection of a DNA sample for the purposes of identifying the victim…

Sanchez – I’ll do it right away, Sir…

Ramirez – We’ll also need DNA samples from all the suspects.

Sanchez – What for, Sir?

Ramirez – Why do you think?

Sanchez – To find out who’s the father of the baby who grew up in the freezer?

Ramirez – No, idiot… To find out which one is Zorro… Take them to the town hall for the collection… and send the samples to the lab.

Sanchez – Come on, follow me…

The two Londoners are about to follow him.

Ramirez – Not you… I still have a few questions to ask you…

The others leave.

Ramirez – Right, now that we’re alone, how about you tell me what you’re really doing in the region? The press rarely reaches a crime scene before the cops. Especially around here…

Catherine – It’s a complete coincidence, Inspector, I assure you…

Ramirez – But of course… Wrong place at the wrong time… (to Wendy) Do you have anything to add? You’re seriously lacking in the imagination department, for a television producer. Who do you work for?

Wendy – Mainly for the BBC…

Ramirez – I see… BBC 1, BBC 2, BBC 3, BBC 4… Clearly imagination isn’t the main asset of BBC television producers.

Catherine – Oh really? And what do think it is?

Ramirez – Cup size?

Wendy – Now you’re the one talking in clichés, Inspector. With all due respect.

Ramirez – Don’t tell me you’re here to cast characters for a new show…

Catherine – No, but it’s a shame because there’s quite a choice here. Have you seen their inbred faces?

Ramirez – Yes, you have a point.

Wendy – You included, Inspector… Has anyone ever told you that you could be on television?

Ramirez – You think?

Wendy – Definitely… Movies probably not, but television… I’ll leave you my card if you want.

Ramirez looks at both women for a beat.

Ramirez – Can I ask… What is the exact nature of your relations, you two?

Wendy – Our relations?

Ramirez – Yes, well… You know what I mean…

Catherine – Is this… relevant to your investigation?

Ramirez – Not at all, just inappropriate curiosity…

Derek, Felix, Charlie and Benedict return, looking embarrassed.

Ramirez – Alright you can go now, but don’t leave the municipality until further notice.

Wendy and Catherine move away.

Felix – Inspector, we need to talk… As the First Magistrate of this municipality…

Ramirez – Skip the foreplay…

Felix – We’re a little in over our heads here… After discussing the situation among us, we believe there are certain facts that you should be made aware of…

Ramirez (ironically) – Well, what do you know…

Derek – We know who the victim is.

Ramirez – Well, well, well… And it just came to you, did it?

Benedict – It’s Jason, his nephew.

Felix – You mean his cousin.

Derek – Let’s say my godson.

Felix – He’d been training for years to appear on Incredible Talent.

Benedict – He’s a contortionist.

Derek – One time we found him in a suitcase.

Ramirez – Yea, well now he can play Otzi the Iceman.

Charlie – No but because it’s an accident…

Ramirez – Did you or didn’t you put him in this freezer…

Derek – We did…

Benedict – And we didn’t…

Derek – I didn’t know the freezer was on.

Ramirez doesn’t quite believe him.

Ramirez – What would you think if you were me and heard this story?

Sanchez returns, followed by Jackie.

Ramirez – Right, so we’re going to take all of you down to the station in the chopper, and you’ll be able to explain everything. You might even remember more after your skulls have repeated, brief encounters with a phone book.

Charlie – Do you really think we’ll all fit in the helicopter, Inspector?

Felix – You could always start by torturing the landlord and landlady. It’s their freezer, after all.

Benedict – And their godson. At the end of the day, it’s really just your garden variety family affair…

Derek – Right on brand, Father. I see the Blatherington-Smythe family tradition of raising priests and rats is still alive and well.

Benedict – Inspector, I beg you to show some humanity. At least let me give this poor innocent soul a final blessing.

Ramirez – Ok, but hurry up.

Felix moves closer to Ramirez conspiratorially.

Felix – Look, maybe we can come to an agreement to avoid complications. The justice system is so overloaded…

Ramirez – This gets better all the time… Are you attempting to bribe an officer of the law?

Felix – But not at all, Inspector! Since we are both at the service of the state! Technically it’s not possible for a Civil Servant to bribe another. I was only suggesting an arrangement serving the interest of our nation…

Ramirez – Well, put that way… How much?

Felix – Let’s say…

Benedict opens the freezer and crosses himself.

Benedict – Oh, my God!

Ramirez – What now?

Benedict – The body… it’s resurrected…

Sanchez looks at the body which is now thawed.

Sanchez – He’s right, Sir. He opened an eye.

Derek – Looks like the ice melted.

Jackie – The freezer must have broken down. Thank goodness I hadn’t put all the chips in yet.

Ramirez – I don’t know… He doesn’t look very fresh…

Charlie – It’s like you said before… When the cold chain is broken…

Jason rises out of the freezer like Dracula from his casket.

Benedict – Dear God Almighty! (he crosses himself) Just like Jesus rising from the grave…

Charlie – Captain Igloo edition.

Jason – Show me the money, Uncle Derek!

Sanchez – That, on the other hand, is not canon…

Jackie – What money?

Derek – I’ll tell you later, Jackie…

Ramirez – Never mind her, it’s the police you should be explaining this to…

Felix – Please forgive us, Inspector, it’s just a stupid bet.

Benedict – We wanted to put the video on YouTube.

Ramirez – And him? He was a willing participant?

Sanchez (to Jason) – Do you want to press charges?

Jason – What I want is to be on the telly.

Charlie – Come on Inspector, you can see he’s perfectly fine.

Sanchez – I don’t know… he looks a little confused. He could be scarred for life…

Jackie – Oh no, that’s just how he is, Inspector.

Felix – Actually, I think he even looks sharper than before, don’t you think?

Derek – Give him a glass of potato booze, to help with the thawing…

Jackie pours several glasses.

Charlie – I use this as antifreeze in my car’s radiator. There’s nothing better.

Derek gives the bottle to Jason who drinks directly from it.

Ramirez – Alright, we’re done here, Sanchez… If there’s no body there’s no crime…

Jackie – How about a refill, Inspector?

Ramirez – Oh, go on then.

Jackie hands a glass to Ramirez who drinks it all.

Ramirez – Oh yes, I can see how that’d wake the dead.

In fact, Jason is now fully alive. He takes a few tentative steps.

Benedict – Are you seeing this? He’s walking! It’s a miracle.

Charlie – A miracle? Do you think it could be recognised by the Vatican?

Benedict – A case of miraculous thawing? I’m not sure…

Felix – Of course… A miracle! Maybe that’s what we need!

Derek – Like with Jesus! A bloke everyone thought was dead has come back to life!

Jackie – Do you think it’ll work?

Catherine – The last time they tried it was 2,000 years ago and it’s still very popular.

Derek – We’ve hit gold, I can feel it… JC come back from the dead…

Wendy – More like come back from the frozen burgers, but sure…

Felix – You’re right… this is a sign from above. The nudge we were hoping for from the Man Upstairs. We’ll make Sodgibbon Cross a pilgrimage destination.

Jackie – What do you make of it, Father?

Benedict – But… it’s a fake miracle, we should know.

Derek – On the other hand, real miracles don’t actually exist, right?

Benedict looks at Jason.

Benedict – You know what, you’re right. God has sent him. Jesus even said: Blessed are the poor in spirit…

Felix – We’ll turn this retard into a Saint. Saint Jason. And we’ll turn this village into the next Lourdes.

Charlie – Jason, aka JC. Even his name is a sign.

Felix – I can already see the headlines in the Catholic Times and the Daily Mail: victim of pesticides and freezer accident miraculously comes back to life!

Benedict – Monsanto Subito!

Derek – Glory be to God in the Highest! This is the beginning of a new era for Sodgibbon Cross!

Felix – We are living a historic moment, dear friends.

Charlie – In the words of one of my more sympathetic correspondents, it has turned out to be an Annus Freezeris.

Benedict – For the pilgrimage, we’re going to need a statue of Jason somewhere in town…

Charlie – Jason coming out of his freezer, like Christ coming out of his tomb? Now, that would be the dog’s bollocks.

Felix – If only we could get the press to buy into this…

Derek – But the press is already here!

Benedict – Glory be to God, this village will finally get a second life!

Catherine and Wendy observe the excitement, a little overwhelmed.

Catherine – They’re all wackjobs, I tell you… In the middle of a spectacular mass hysteria… Come on, let’s split before one of them feels the urge to sacrifice a chicken… or a human…

But Wendy seems to be caught in the excitement too.

Wendy – What’s the matter with you? Can’t you see what’s going on? You should write about this!

Catherine – You think?

Wendy – Trust me. Within three days it’ll be like the grotto in Bethlehem around here. And we’re the first ones here! Can you imagine the audience numbers if there’d been a journalist on site back then!

Catherine – You’re right… This kind of thing only happens once every two thousand years… We can’t afford to miss it…

Catherine walks to Jason.

Catherine – Hello Jason. They call you the Messiah of Sodgibbon Cross. Are you thinking of founding a new religion?

Jason – Would I be on the telly?

Wendy – And how! If we play our cards right you may even get your own show.

Jason – Like Graham Norton?

Catherine – Maybe even your own channel…

Sanchez’s phone rings and he picks up.

Sanchez – Inspector Sanchez here… Affirmative… Understood, I’ll pass it on… (he puts his mobile away) We have the results of the DNA tests, Sir.

Ramirez – Yes, so what? We already know who the victim is. Well, we know who his godfather is.

Sanchez – Yes, but now we also know who the baby daddy is…

Jackie – Jason’s dad? So who is it?

Sanchez – Apparently, Father…

Everyone turns to look at Benedict.

Benedict – I don’t understand… There must be a mistake…

Ramirez – Or another miracle…

Catherine sighs.

Catherine – This is definitely the worst village in England…

Wendy – That’s it! I got it!

Catherine – Got what?

Wendy – My new reality TV concept!

Catherine – Celebrity Rectory?

Wendy – The Worst Village in England! Any village in England can participate in the competition and at the end we invite celebrities to spend a month in whichever place has been voted asshole of nowhere… What do you think?

Catherine – Hmm, yes that might work even better than Celebrity Farm.

Wendy – Hallelujah! WC Productions is safe from bankruptcy!

Catherine – Will you excuse me for a minute, I think this is the right moment for another exclusive interview…

Catherine walks to Benedict.

Catherine – According to our sources, you are the father of the new Messiah… Have you considered going freelance by any chance?

Benedict – Freelance?

Wendy – You’ve been working for The Man for thirty years, you know, the Vatican.

Benedict – And all I got for my trouble is that they wanted to shut down my parish…

Wendy – As the Messiah’s father, you could set up as a Sole Proprietorship…

Catherine – And if you do, you’re going to need a good Communications Director.

Jason looks at Benedict with a stupid look.

Jason – Dad?

Wendy – And for the show, this one’s really going to need a coach…

Catherine – Are you ready for a new adventure, Father?

Benedict – Tell you what, Sister, for you I’ll always be ready to be defrocked.

Black

End

About the author

Born in 1955 in Auvers-sur-Oise (France), Jean-Pierre Martinez was first a drummer for several rock bands before becoming a semiologist in advertising. He then began a career writing television scripts before turning to theater and writing plays. He has written close to a hundred scripts for television and almost as many plays, some of which have already become classics (Friday the 13th, Strip Poker). He is one of the most produced contemporary playwrights in France and in other francophone countries. Several of his plays are also available in Spanish and English, and are regularly produced in the United States and Latin America.

Amateur and professional theater groups looking for plays to perform can download Jean-Pierre Martinez’s plays for free from his website La Comediathèque (comediatheque.net). However, public productions are subject to SACD filing.

For those who prefer reading or working from books, printed versions of his plays can be purchased from The Book Edition for a price similar to that of photocopying this document.

Other plays by the same author translated in English:

Casket for two

Critical but Stable

Friday the 13th

Him and Her

Running on Empty

Strip Poker

All of Jean-Pierre Martinez’s plays are available to download for free from his website: www.comediatheque.net

This text is protected under copyright laws.

Criminal copyright infringement will be investigated

and may result in a maximum penalty of up to 3 years in prison

and a EUR 300.000 fine.

Paris – December 2019

© La Comédi@thèque – ISBN 978-2-37705-280-6

http://comediatheque.net

Play available for free download

Amores a ciegas

Posted septembre 29, 2019 By admin

Una comedia de Jean-Pierre Martinez

2 hombres / 2 mujeres

Para restablecer su fortuna, la baronesa de Castelestafa busca para su hija, bastante fea y un poco tonta, un pretendiente tan rico como poco exigente.

DESCARGAR GRATIS EL PDF COMPRAR EL LIBRO
amazon

 

Aquellos textos los ofrece gratuitamente el autor para la lectura. Sin embargo cualquier representación pública, sea profesional o aficionada (incluso gratuita), debe ser autorizada por la Sociedad de Autores encargada de percibir los derechos del autor en el país de representación de la obra. 

Contactar con el autor : FORMULARIO DE CONTACTO

 

Amores a Ciegas

 

Una comedia de Jean Pierre Martínez

PERSONAJES

Carlota, Baronesa de Castelestafa

Marika, su hija

María, su sirvienta

Alán, su yerno

© La Comédi@thèque

 

ACTO 1

El salón del castillo en ruinas de Castelestafa. Muebles antiguos en muy mal estado. Las paredes ocultan su decrepitud detrás de algunos retratos familiares colgados torcidamente. Llega Marika de Castelestafa, una chica poco atractiva y muy mal vestida.

Marika – ¿María? ¿A dónde se habrá ido esa idiota? ¡María! ¡Pero eso no tiene sentido!

Entra la baronesa Carlota de Castelestafa, su madre, una mujer más bien voluptuosa, muy maquillada y vestida con elegancia bastante llamativa. Lleva una bandeja de desayuno.

Marika – Ah, hola madre… ¿Pero dónde está la sirvienta?

Carlota – Acaba de irse…

Marika – ¿Se fue? ¿Pero donde? ¿Y cuándo volverá?

Carlota – No tan pronto, me temo…

Marika – ¿Qué quieres decir? ¡Pero la necesito! (Buscando) ¿No me digas que está otra vez de vacaciones en Portugal?

Carlota – Peor que eso…

Marika – ¿Quieres decir… que se despidió?

Carlota – Desafortunadamente, eso pasa con los sirvientes cuando no se les paga su salario…

Marika – Esa gente no tiene educación… Al menos podría haberme servido mi desayuno antes de irse… De cualquier modo, no podía ni cocinar adecuadamente un huevo cocido…

La baronesa coloca la bandeja sobre una mesa.

Carlota – Mira, hoy, excepcionalmente, fui yo quien te lo preparó… ¡Feliz cumpleaños, querida!

Marika – ¿Lo has hecho tu misma? Eres un amor, mamá…

Carlota – Para el regalo, lo veremos un poco más tarde. Sabes que en este momento tenemos algunas dificultades financieras…

Marika se sienta y come el huevo cocido.

Marika – No te preocupes por eso, madre. En cualquier caso, el tuyo es todo un éxito, ¡bien hecho!

Carlota – ¿El mío?

Marika – ¡Tu huevo cocido!

Carlota – Ah, sí, por supuesto… Si nuestras finanzas se deterioraran un poco más, siempre podría tratar de ubicarme como ama de llaves en un castillo cercano…

Marika – Que graciosa eres.

Carlota – He contratado a otra doncella, pero si no tenemos suficiente dinero para pagarla, me temo que no se quedará mucho más tiempo que la anterior…

Marika – ¿Estas bien, madre? Te veo preocupada. Por María, no te preocupes. Puedo prescindir de una sirvienta por un día o dos.

Carlota – Marika, tengo que hablarte en serio.

Marika – Me asustas… Parece que es algo realmente grave… Te escucho…

Carlota – Marika, ya no eres una niña. Ahora hay cosas que puedes entender… Como sabes, desde tu salida del Convento de las Golondrinas, nuestra situación financiera es muy delicada. Ya no podemos pagar al personal, y este castillo se arruina.

Marika – Yo también quería hablar contigo sobre eso. ¿Conoces esos famosos versos de García Lorca: « Llueve en mi corazón como llueve en la ciudad »?

Carlota – Creo que son de Verlaine, un poeta francés.

Marika – De todos modos, en lo que a mí respecta, sería más bien: « Está lloviendo en mi habitación como cuando está lloviendo en el techo ».

Carlota – Bueno, Marika, puede que haya encontrado una manera de solucionar para siempre nuestros problemas financieros y restaurar este castillo antes de que se derrumbe sobre nuestras cabezas.

Marika – ¿Piensas en uno de esos boletos de la lotería nacional que se anuncia en el aire, que puede convertir a un villano en un advenedizo en un solo sorteo?

Carlota – Pienso en otro tipo de pelotas… digo de boletos, mi querida hija. Y más bien en los juegos de amor que en los de azar. Puedes creer que, en mi experiencia es mucho más seguro…

Marika – Me temo que no entiendo…

Carlota – A tu edad, es hora de conseguirte un marido… ¿Nunca lo pensaste?

Marika – Dios mío…

Carlota – Lo sé, hoy en día, para una niña de una buena familia, no es tan fácil encontrar un pretendiente digno. Especialmente cuando pones el listón un poco alto. ¡La hija de la Baronesa de Castelestafa no puede casarse con cualquiera!

Marika – Está claro.

Carlota – Un día, heredarás mi título de baronesa. Me temo que para ese entonces, esto es todo lo que tendré para dejarte…

Marika – Vamos, todavía no hemos llegado… De todos modos, como dices, hoy en día los príncipes encantados no corren por las calles…

Carlota – Y precisamente por eso, en este asunto, la intervención discreta de una madre puede ser útil…

Marika – ¿Hablas realmente en serio?

Carlota – Una madre… un poco ayudada por las nuevas tecnologías de comunicación, por supuesto…

Marika – ¿Me inscribiste sin mi conocimiento en uno de estos sitios de citas?

Carlota – Un sitio muy exclusivo, te lo aseguro. Incluso tuve que inflar un poco tu dote potencial y retocar tu retrato con Photoshop…

Marika – ¿Mi foto?

Carlota – La nobleza de nuestro apellido es la única riqueza que nos queda. Afortunadamente, muchos hombres ricos se sentirían halagados de casarse con una Baronesa de Castelestafa, incluso sin dinero, y así alcanzar con esa alianza una respetabilidad que el dinero no puede comprar.

Marika – Pero finalmente, madre… ¿Entonces quieres casarme con un plebeyo?

Carlota – Por desgracia, debemos enfrentar los hechos, mi querida hija. Las personas de nuestra condición están tan arruinadas como nosotros…

Marika – Y esa es una buena razón para abarrotar a tu hija con un advenedizo que restaure la fortuna de la familia…

Carlota – Desafortunadamente, no veo ninguna otra solución… Busqué en Google un sitio como « Adopta un noble arruinado punto com » pero no lo encontré… Puedes creerme, no tenemos más opciones…

Marika – ¿No podríamos vender algo?

Carlota – Ya he usado todos los recursos posibles, te lo aseguro… Es eso o nos deshacemos de Castelestafa. El castillo de nuestra familia durante siete generaciones…

Marika – ¡Pero madre, no quiero dejarte!

Carlota – Podrías vivir aquí con tu esposo. El castillo es grande. Simplemente hay que encontrar a alguien bastante complaciente… Y tan rico como poco exigente…

Marika – Bien… Después de todo, ¿por qué no? Nunca vemos a nadie. Puede ser bastante entretenido recibir algunos pretendientes. Juzgaremos por cada pieza…

Carlota – Vuestra primera cita será de un minuto a otro.

Marika – ¿Mi primera cita? ¡Siento que escucho a una secretaria médica! ¡Y que se tratara de sacarles un diente de oro a cada uno! No me digas que la sala de espera ya está llena.

Carlota – No te preocupes, solo tienes un pretendiente hasta la fecha. Y créeme, no fue tan fácil de encontrar…

Marika – Pero por dios, madre, ¡ni siquiera he peinado mi cabello!

Carlota – No vale la pena, te lo aseguro.

Marika – ¡Por favor!

Carlota – Quiero decir, estas bien así, querida.

Marika – ¿Y cómo es el chico?

Carlota – Es el único heredero de un magnate inmobiliario que hizo una fortuna en California.

Marika – Quise decir… físicamente.

Llaman a la puerta.

Carlota – Ah, creo que podrás juzgar por ti misma…

Marika – ¡Dios mío! ¡Pero deberías haberme advertido antes!

Carlota – No estaba segura de vuestra reacción. Preferí sorprenderte. Bien, le abriré yo misma. Como no tenemos ya nadie que abra…

Sale Carlota. Marika parece preocupada y emocionada. Trata de arreglarse un poco el pelo. Pero su madre regresa inmediatamente, precediendo al recién llegado.

Carlota – Entre, entre, por favor. No le preste atención al desorden, la criada se tomó su día…

Llega el pretendiente. Lleva un traje oscuro, lentes oscuros y se guía con un bastón blanco. Tiene en su mano un ramo de flores. Marika permanece muda de asombro.

Carlota – Marika, este es el señor Elsordo.

Alán – Hola Marika.

Marika – Hola señor…

Alán se acerca a ella y le tiende el ramo de flores. Al hacerlo, golpea una mesa de pedestal y derrama un jarrón sobre ella. Marika permanece aturdida por un momento.

Alán – Por favor, llámame Alán.

Marika toma el ramo de Alán mientras su madre recoge el jarrón.

Marika – Bienvenido a Castelestafa, Alán…

Carlota – Oh, y trajo flores, no debiste… Son realmente hermosas… ¿No es así, Marika?

Marika – Sí, hermosas… Muchas gracias…

Carlota – Las pondremos en un florero de inmediato…

Carlota recoge el jarrón caído, y Marika pone las flores en él.

Carlota – Eso es todo… ¿Puedo ofrecerle un café, señor Elsordo? Nunca lo he hecho yo misma, pero siempre puedo intentarlo…

Alán – Gracias, estaré bien… Vengo directamente de Los Ángeles. Desayuné en el avión.

Carlota – Mi hija estaba ansiosa por conocerle… Supongo que se quedará unos días en nuestro país…

Alán – Bueno… para siempre, eso espero. Pero dependerá un poco de su hija, en realidad…

Marika se queda petrificada.

Carlota – Es un poco tímida, ya la conocerá… Apenas ha salido del convento… Bueno, no quería ser monja, se lo puedo asegurar.

Alán – De todos modos, no tengo la intención de apurarla.

Carlota – Estudió en el Convento de las Golondrinas…

Alán – Y ahora el pajarito ha volado de la jaula.

Carlota (riendo) – Es gracioso… Es gracioso, ¿no es así, cariño? (Marika todavía no se inmuta) Por supuesto, es un poco difícil de juzgar para usted que es… Pero confíe en mí palabra: Marika es una chica absolutamente encantadora…

Alán – Lo creo, señora Baronesa. Y de todos modos, como dicen: el amor es ciego.

Carlota (se ríe de nuevo) – ¡Qué divertido!. Pero di algo, Marika. O el señor Elsordo pensará que eres muda.

Marika – Y usted… quiero decir, ¿cómo…?

Carlota – Mi hija probablemente no se atreva a preguntarle cómo le pasó… Nació así, o…

Alán – Bueno… De hecho… fui golpeado por un rayo a la edad de 18 años.

Carlota – Un rayo… Dios mío, qué romántico. ¿No es así cariño?

Alán – Crea en mi experiencia, si un día se ve sorprendida en el campo en medio de la tormenta, no intente refugiarse detrás de uno de esos crucifijos de hierro forjado que a veces se encuentran en las encrucijadas.

Marika – ¿Y por qué?

Alán – Porque atraen a los rayos, señorita.

Carlota – Los crucifijos son verdaderos pararrayos, eso es sabido.

Alán – A veces tengo la impresión de que fue el mismo Señor quien me hizo esta prueba, en penitencia por todos mis pecados…

Carlota – Entonces es usted un creyente…

Alán – La fe es uno de mis mayores consuelos en este mundo…

Carlota – Yo misma me he encargado de que mi hija sea criada de acuerdo con los principios de nuestra santa religión católica romana…

Alán – Escucha, Marika, no voy a dar vueltas sobre el asunto porque el tiempo se acaba. Sé que tengo poco que ofrecerte, excepto la pureza de mis intenciones y mi inmensa fortuna.

Carlota – Lo que nos importa mucho, créalo, señor Elsordo … Estaba hablando de la pureza de sus intenciones, por supuesto…

Alán – Una fortuna que depositaré como ofrenda a los pies de mi futura esposa… La que sabrá adivinar la inmensa necesidad de amor detrás de estas gafas negras …

Carlota – ¡Dicen que los ojos son las ventanas del alma! Lamentablemente, en su caso, las persianas están cerradas. Pero estoy segura que pronto descubrirá quién los abrirá para dejar que entre aire fresco en esta casa…

Alán – Marika, eres heredera de nobleza y gracia. Y has recibido una educación decente. Estoy buscando casarme con una joven desinteresada, que será mi guía en la vida. Y entenderás que en mi estado, la dulzura personal es más importante que lo físico…

Carlota – Mucho mejor, mucho mejor, señor Elsordo. (Marika le clava la mirada) Quiero decir, es muy noble de su parte, Alán. Mi hija, como ya se sabe, algún día heredará mi título de Baronesa de Castelestafa… Una familia que, como puede ver en estos retratos familiares, ha sido ilustre a lo largo de la historia de nuestro país…

Marika – Mamá… Es ciego…

Carlota – Lo siento, olvidé eso…

Alán – No tiene importancia, querida señora.

Carlota – Pero por favor, llámeme Carlota.

Alán – ¿Y por qué?

Carlota – ¡Pero porque es mi nombre!

Alán – Estaba bromeando, querida señora. Quise decir “Carlota”.

Carlota – ¡Es impresionante! ¿No es así cariño? Nunca pensé que una persona discapacitada pudiera ser tan divertida… Bueno, quiero decir…

Llaman a la puerta.

Carlota – Pido disculpas, debe ser la nueva sirvienta…

Alán – ¿En serio? Pensé que la suya solo se tomó su día…

Carlota – Es cierto, pero decidí deshacerme de ella por la misma razón… Se tomó demasiado tiempo libre… Ya sabe como son, ahora… Vuelvo en un momento. Aprovechad la oportunidad de conoceros un poco mas…

Sale Carlota. Marika se queda un momento a solas con Alán, sin saber qué decir.

Alán – De todos modos, tienes una voz muy agradable…

Marika – Gracias…

Nuevo silencio.

Alán – Solo quiero tener el placer de escucharte más… Puedes hacerme preguntas, ya sabes. Esto te permitirá conocerme un poco mejor…

Marika – No sé… Usted…

Alán – Y por favor, no me des de usted.

Marika – Muy bien, entonces… ¿Tocas el piano?

Alán – No… ¿Por qué?

Vergüenza de Marika.

Marika – Debes disculparme por un momento, tengo dos palabras que decirle a mi madre…

Sale Marika. Alán levanta sus lentes oscuros y examina la habitación y los muebles. Muestra un aire cauteloso frente a la miseria del lugar. Mira las pinturas y parece más satisfecho. Carlota y Marika regresan acompañadas de la nueva criada. Alán se pone sus lentes oscuros.

Carlota – Siento haberle dejado a solas por un momento… Esta es María, nuestra nueva criada…

Marika – ¿También se llama María?

Carlota – Sí, como a quien le despedimos. Después de todo así será más práctico, ¿no?

María – ¡Uy! Casi me agarra el aguacero atravesando el parque.

María, una mujer joven con un encanto bastante vulgar, mira a Alán.

Carlota – También observé por mí mismo que al menos uno de cada dos sirvientas se llama María. No sé porque…

María – Hola, señor…

Alán – Hola, señora.

María – ¡Señorita!… ¡Me encantan tus gafas! Pero con esta lluvia… Estas no son horas de ponerse gafas de sol ¿no?

Ella se acerca a Alán que finge no verla. Carlota intercambia una mirada consternada con Marika.

Carlota – Debe disculparla… Es muy difícil encontrar personal hoy en día… Bueno, María, será mejor que se vaya a ver qué pasa en la cocina. Nos vemos luego, ¿no?

María – Bueno señora…

Carlota – Ahora que hemos encontrado una sirvienta, ¿el Señor Elsordo quizás querrá tomar un café? Por lo menos, hay que reconocer que las sirvientas portuguesas saben cómo hacer un buen café…

Alán – No se moleste por mí. Es hora de irme…

Carlota – ¿Ya nos deja usted, señor Elsordo?

Alán estornuda.

Alán – Disculpen, soy alérgico al polen… Deben ser las flores que traje…

María – ¿Está seguro que no es por el polvo? (María mira la habitación.) Porque aquí hay trabajo, ¿eh? ¡Ay, Madre de Dios! Es mejor estar ciego para no ver este desastre ¿verdad, señor Elsordo?

Alán – Tengo que irme, pero volveré pronto… Marika, me alegro de haberte conocido…

Marika – Yo también, Alán.

Carlota – Mi hija le va a acompañar… ¿No es así, querida?

Alán recupera su bastón blanco y se levanta para irse. María entiende que él es ciego.

María – Ah, okey… Disculpe señor Elsordo, no me di cuenta que usted era ciego.

Alán – No se preocupe, estoy acostumbrado.

María – Pero tenga la seguridad, no tengo nada contra los discapacitados, ¿eh? Además, me parece escandaloso, esas personas que estacionan en los puestos reservados para ciegos en los aparcamientos.

La baronesa y su hija intercambian una mirada horrorizada de nuevo.

Carlota – Hasta pronto, Alán.

Alán – Gracias por su bienvenida, señora baronesa.

Marika sale con Alán sosteniéndolo por el brazo.

María – Entonces, ¿cómo es eso de que usted es baronesa?

Carlota – Sí, de hecho. Soy la baronesa de Castelestafa. Heredera del título en séptimo grado del linaje.

María – Yo nunca había visto una baronesa antes que usted.

Carlota – Bueno, ahora que me has visto, vete a trabajar. ¿Cómo te llamas?

María – María.

Carlota – Eso es. Bueno María, ¿por qué no comienzas quitando la mesa y haciendo algunas tareas del hogar?

Marika regresa. María la mira fijamente.

María – Es asombroso como te pareces a mi madre.

Carlota – Gracias por no decir eso delante de su pretendiente… Además, en el futuro, te invito a no hablar directamente con las personas que recibimos aquí, ¿verdad? Entonces Marika, ¿qué te parece?

María – Es increíble. ¡Y además llevamos el mismo nombre!

Marika – Uh… No exactamente… Soy Marika.

María – Oh, lo siento, entendí “María”. Aún así, te pareces a ella, es una locura. Parece que eres familia.

Marika – ¿Cuál es el apellido de tu madre?

María – ¿Qué?

Carlota – ¡Su apellido!

María – Se llama Fernández, como yo.

Carlota – En ese caso, es poco probable que estemos relacionados. Además, la rama de nuestra familia que estaba vinculada al trono de Portugal se extinguió bajo la Revolución…

María – ¿Portugal? Ah, pero no soy portuguesa.

Marika – ¿No eres portuguesa?

María – No, soy española.

Carlota – Sí, bueno, es lo mismo…

María – Oh no, no es lo mismo en lo absoluto. Por cierto, ¿sabes lo que eso significa Marika, en español?

Carlota – No, y no nos importa, lo que sea.

María – Aún así, no me gustaría llamarme Marika…

Carlota – Si te deshaces de esta bandeja y vas a ver qué pasa en la cocina.

María – Muy bien, Madame La Baronesa. (María se va, hilarante) Marika… De todos modos, no me gustaría llamarme así…

La miran salir con consternación.

Carlota – ¿Entonces? ¿Qué piensas?

Marika – ¿De la nueva sirvienta?

Carlota – ¡De tu pretendiente! Todo salió bastante bien, ¿verdad?

Marika (explotando) – ¿Bien? ¡Es ciego y ni siquiera toca el piano!

Carlota – Muy bien, puede que este no sea el esposo ideal… Pero te aseguro que desde el punto de vista financiero, es el yerno ideal. ¡Él es un multimillonario! ¡Es la solución a todos nuestros problemas!

Marika – Entonces puedes casarte con él…

Carlota – El hombre es ciego, está bien, pero no lo suficiente como para no darse cuenta de que soy mayor que su madre. No tenemos elección, querida, ¡Te lo aseguro! Es eso o comenzar a cocinar y limpiar nosotras mismas. Porque a esa sirvienta, tendremos que pagarle si queremos que se quede.

Marika – Solo tenemos que vender más muebles…

Carlota – Si vendemos un poco más, tendremos que sentarnos en el suelo… Tendríamos que estar ciegas para no ver en qué estado se encuentra este castillo…

Marika – ¿Y si vendemos los retratos familiares?

Carlota – ¡Eso nunca!

Marika – ¿Entonces es a mí a quien prefieres vender?

Carlota – Vamos Marika, ya no eres una niña… No me digas que todavía crees en el Príncipe Azul… ¡No tienes que amar a tu esposo! Y si deseas tener un amante, debes considerar que estar casada con una persona con discapacidad visual es una ventaja considerable.

Marika –Tienes una concepción divertida del matrimonio, madre…

Carlota – Todo lo que pide a cambio de los millones que arrojará a tus pies es una pequeña compañía y alguien que lo guíe en la vida.

Marika – Pero por Dios, madre… ¡No soy un perro guía!

Carlota – Todavía puedes aprender a ladrar… Estoy bromeando. Y también debes considerar que un poco de sangre nueva en esta familia, regeneraría un poco la raza.

Marika –¿Sangre nueva? ¿Una persona discapacitada?

Carlota – En cualquier caso, regenerará nuestra cuenta bancaria…

Marika – No, en serio, madre. No puedes exigirme este sacrificio…

Carlota – Solo te pido que te tomes un tiempo para pensarlo, querida… Sé razonable… Recuerda que puede ser difícil para ti encontrar otro esposo que no tenga deficiencia visual… Además… él aún no dijo que sí…

Marika – Un prometido ciego, esperaba algo mejor que eso para mi cumpleaños…

María regresa con un plumero para hacer el polvo.

María – ¿Es su cumpleaños, señorita Marika?

Marika – Sí, ¿por qué? ¿Quieres darme un regalo también?

María – ¡Es asombroso!

Marika – ¿Qué?

María – ¡También es mi cumpleaños! Hoy tengo veinte años. ¿Y usted?

Marika – Yo también.

María – ¡Y nacimos el mismo día!

Carlota –Sí, bueno… Este día nacieron muchos millones de personas en todo el mundo. Eso no es sorprendente.

María – En el mundo, tal vez, pero en este país.

Carlota –¿No naciste en Portugal?

María – Mi padre y mi madre son españoles. Pero yo nací en Francia, en Aviñón.

Marika – ¿En Aviñón…?

María – No me digas que…

Carlota –Puede ser cierto que es una coincidencia increíble. Pero varias personas nacieron en la maternidad de Aviñón ese mismo día.

María – ¡No creo que personas que se parezcan tanto a mi madre! ¡Aquí tengo una foto!

María saca de su bolsillo una foto que pone debajo de la nariz de Marika, quien la examina, preocupada.

Marika – Oh sí… Hay… como una mirada familiar…

Carlota –Bueno, María, ¿Qué te parece si vas a limpiar las habitaciones en este momento?

María – Bueno, señora baronesa. Pero eso no me impedirá pensar que todo esto es un poco raro…

María sale sin recuperar su foto.

Carlota –Me pregunto si no deberíamos deshacernos de ella de inmediato…

Marika – De cualquier modo, es desconcertante, esa historia…

Carlota –¿Qué puede interesarte la historia de una sirvienta?

Marika le pasa la foto a su madre.

Marika – ¿No es cierto que el parecido es sorprendente?

Carlota –¡Pero, por los clavos de cristo! ¡esa chica está completamente loca! ¿Cómo podría alguien de tu rango parecerse a una sirvienta portuguesa o su madre?

Marika – De todos modos, es un hecho que no me parezco a ti en absoluto.

Carlota –Los hijos no siempre se parecen a sus padres. ¿A dónde quieres llegar?

Marika – Ese tipo de cosas pasan. Incluso vi una película sobre eso. Trataba sobre dos niños que habían sido intercambiados por error al nacer en la sala de maternidad…

Carlota –Sí, por supuesto. Las cigüeñas a veces son víctimas de un error de los controladores aéreos…

Marika – Recuerdo que decía… La sangre azul se encuentra en una choza en los suburbios, mientras el verdadero hijo se encuentra en una mansión en la parte elegante de la ciudad.

Carlota –Miras demasiada televisión, querida… No, pero es una locura. Entonces, según tu pensamiento, ¿Yo sería la madre de la criada? ¿Crees que ella se parece a mí?

Marika – No, obviamente…

Carlota –¡Pues ya ves!

Marika – De todos modos… Hay un lunar en la nalga izquierda que es la marca registrada de Castelestafa … y que no heredé de ti. Yo, mi marca registrada, sería más bien el pelo en la espalda…

Carlota – Es un azar genético. A veces se puede saltar una generación. Es como el genio o la belleza. Parece que el hijo de Einstein era un imbécil, y nadie podría decir con seguridad que si Marilyn tuviera una hija, ella no hubiera sido fea.

Marika (pensativa) – De todos modos… Me gustaría ver las nalgas de la sirvienta…

Carlota sigue un momento desconcertada. Llaman a la puerta.

Carlota – ¿Quién puede ser a esta hora?

Marika – ¿Qué hora es?

Carlota – No lo sé, dije eso así, sin pensar…

María regresa, guiando a Alán y sujetándolo por el brazo.

María – El señor Elsordo ha olvidado sus guantes…

Alán – Es cierto, pero debo admitir que hay otra razón para mi precipitado regreso…

María espera, obviamente curiosa, para saber más.

Carlota – Bueno, puedes retirarte, María…

María – Bien, señora baronesa.

María se va con pesar.

Alán – ¿Está su hija aquí?

Marika señala con la cabeza que no.

Carlota – Puedo llamarla, si quiere…

Marika está a punto de salir en silencio, pero Alán avanzando hacia ella le corta el camino.

Alán – En realidad, creo que sería mejor si comenzara a confiarme a usted…

Carlota – Una confesión… ¿Entonces… ya tengo algo que perdonarle?

Alán – Es un poco embarazoso, pero aquí… De hecho, no les dije la verdad en su momento…

Carlota – ¿No es el multimillonario que dice ser?

Alán – No, no se preocupe, no se trata de eso. Se trata de la causa de mi ceguera.

Carlota – Me asustaste… Quiero decir… La causa de su…

Alán – Les dije antes que fui alcanzado por un rayo… En realidad, esa no es la verdadera causa de mi ceguera…

Carlota – Todos tenemos nuestras pequeñas coqueterías, mi querido Alán. Como mujer sé muy bien que a veces la verdad se arregla un poco por mentiras piadosas…

Alán – El origen de mi discapacidad es, por desgracia, mucho más trivial. Tengo una enfermedad incurable…

Carlota – Incurable… ¿Quiere decir que no hay cura posible?

Alán – Sí, eso es lo que quise decir con la palabra incurable.

Carlota – Pero incurable no significa mortal…

Alán – Desafortunadamente, en mi caso, es exactamente lo que significa. Hace un año, me diagnosticaron un tumor cerebral muy mal colocado que primero afectó al nervio óptico y que, por desgracia, continuará creciendo. De hecho, mi médico no me da más de seis meses de vida…

Carlota – Es horrible… realmente lo siento… Pero… ¿qué puedo hacer por usted? No soy doctora…

Alán – Bueno, voy a morir y no tengo herederos. Por eso también me gustaría casarme muy rápido. Me gustaría tener a alguien que me acompañe en mis últimos momentos. Y dejarle mi fortuna después de mi muerte. En lugar de ir a la Cruz Roja o a los impuestos…

Carlota (reanudando la esperanza) – Es una decisión muy sabia de su parte, señor Elsordo… Y si me lo puedo permitir, muy generosa…

Alán – Sé que mi solicitud parecerá apresurada, pero ahora entenderá por qué… Quería saber si estaría a favor de concederme la mano de su hija, que me causó una muy buena impresión antes. Usted también, por supuesto. Tuve la sensación de encontrar una familia al entrar en este castillo…

Carlota y Marika intercambian una mirada avergonzada.

Carlota – Bueno, de hecho… Todo esto es tan repentino… Es amor a primera vista según parece… Lo siento, siempre me olvido que es ciego…

Alán – No se preocupe por eso…

Carlota – Escuche… por supuesto que todo depende de lo que mi hija decida, pero… Por mi parte, si ella aceptara, solo vería beneficios para esta unión…

Alán – Muchas gracias por su apoyo, querida señora. En este caso, desaparezco…

Carlota – ¿Esta desapareciendo? ¿Ya…?

Alán – Quiero decir, me voy a despedir… Provisionalmente…

Carlota – Por supuesto. Pero por cierto, ¿y sus guantes?

Alán – Nunca uso guantes… Hasta pronto, señora baronesa …

Intenta irse con la ayuda de su bastón, pero empuja nuevamente la mesa del pedestal con el jarrón y las flores.

Carlota – No se vaya tan rápido, se lo ruego… ¡María!

María, visiblemente escondida detrás de la puerta, aparece de inmediato.

María – ¿Sí, señora baronesa?

Carlota – Por favor acompaña al señor…

María – Como usted diga, señora.

Carlota – Hasta pronto señor Elsordo. (Alán sale guiado por María) Ahora sí, estamos al pie del muro…

Marika – Es una pesadilla.

Carlota – ¡Este tipo es multimillonario en dólares! Y solo le quedan unos meses… ¡Lo llamo un milagro! Es como ganar la lotería, créeme. Y es mucho más seguro.

Marika – ¡Justo después de hablar sobre esta incertidumbre de mi nacimiento! ¿Cómo podría casarme con este hombre y descubrir mañana que soy la hija de la señora Dos Santos?

Carlota – ¿No es Fernández?

Marika – ¿Crees que es mejor?

Carlota – No, por supuesto. Pero nada indica que este sea el caso. Entonces, ¿Te decides por Alán, querida?

Marika – Tengo que llegar al fondo de todo esto antes de darte una respuesta definitiva.

Carlota – ¿Al fondo? Pero ¿cómo?

María vuelve.

María – ¿Puedo quitar el polvo?

Carlota – Adelante…

La criada comienza a desempolvar con un plumero. Marika la mira insistentemente, hasta el punto de que la criada está un poco avergonzada.

Marika – María, encontrarás en la oficina el uniforme de la criada que te precedió.

María – ¿Un uniforme?

Marika – Ya sabes… El traje negro, el pequeño delantal blanco, el tocado…

María – Bueno, no, señora.

Marika – Aquí, estamos muy apegados a las tradiciones, y queremos que una sirvienta se vea como una sirvienta.

María – Como usted diga, señorita.

Marika – Bueno, ¡vamos!

María – ¿Ahora mismo?

Marika – Ahora mismo.

María – Sí, señorita.

María sale.

Carlota – Deberías haberle dicho que también se afeitara el bigote…

Marika – Es horrible…

Carlota – Sí, estoy de acuerdo. Todavía es más visible que los pelos de la espalda…

Marika – ¿Te das cuenta? Si hubiera habido un error en la maternidad, yo podría ser la equivocada, y María… tu hija.

Carlota – Pero no, vamos… ¡Deja de atormentarte con esta historia para dormir! No hablas portugués, ¿verdad?

Marika – No.

Carlota – ¡Pues ya ves! Y luego la elegancia natural que heredan las personas de nuestra condición… No hay engaño, puedes creerme. Puedes ver que esa chica no tiene el porte orgulloso de una baronesa de Castelestafa.

Marika – Tendré que comprobarlo yo misma…

Sale Marika. La baronesa permanece sola y suspira. Suena el teléfono y ella contesta.

Carlota – Carlota de Castelestafa, le escucho Sí… Sí, sí, lo sé… No, le aseguro que esa pequeña deuda pronto se completará. ¿Cuánto dice? Ah, sí, de todos modos… Escuche, estamos esperando una devolución de dinero y… ¿De qué sirve tener una cuenta en el Banco Popular, si no podemos confiar en la solidaridad de los clientes más afortunados que nosotros? Muy bien… Y luego, como último recurso, venderemos algunas pinturas… De acuerdo, hago lo necesario y le vuelvo a llamar…

Ella cuelga, visiblemente preocupada. Y comienza a recoger el jarrón y las flores que Alán dejó caer cuando se fue. Marika regresa.

Marika – La criada tiene un lunar en la parte inferior de las nalgas…

Carlota – ¿Cómo lo sabes?

Marika – Llegué a la despensa mientras ella se había quitado el pantalón para ponerse su atuendo de doncella. Necesitaba comprobar.

Carlota – ¿Qué nalga?

Marika – La izquierda.

Carlota – ¡Pues ya ves! Para los de Castelestafa, está en el glúteo derecho.

Marika – ¡Hace un momento me dijiste que el gen de la belleza podía saltar de generación en generación! ¡También un lunar puede saltar de nalga en nalga!

Carlota – ¡Pero por los clavos de Cristo, Marika…!

Marika – Yo, la hija de la señora Da Silva…

Carlota – ¿Cómo puedes imaginar tal cosa?

Marika – Creo que voy a vomitar…

Marika se va y cruza a la doncella que regresa, vestida con un traje negro de sirvienta y un delantal blanco.

María – La última vez que vi este tipo de atuendo fue en un canal de pago, y créame, no era un programa para niños…

Carlota – Oh si…

María – Y su hija Marika, ella no es un poco…

Carlota – ¿Un poco qué?

María – Ella se metió en la despensa mientras yo me ponía esto, solo para mirar mis nalgas…

Marika regresa.

María – Parece que no te sientes bien. Estas muy pálida…

Marika – Estaré bien.

María – De todos modos, es increíble lo mucho que te pareces a mi madre…

Marika parece aún peor.

Carlota – Muy bien, María, déjanos a solas un momento…

María sale.

Marika – Mamá… ¿Tienes algo que esconderme?

Carlota – ¡Pero en absoluto, hija mía! ¿Qué quieres decir con eso?

Marika – ¿Recuerdas al menos si cuando diste a luz había otro bebé llamado María?

Carlota – ¿Cómo quieres que sepa? Todos estaban alineados uno al lado del otro en sus incubadoras, como pollitos en batería… Recuerdo que os pusieron debajo de una lámpara porque tenías ictericia. Además, siempre has mantenido esta tez un poco amarilla…

Marika – Gracias…

Carlota – ¿Después de todo, cómo diferenciar a un bebé de otro? Es cierto que podemos confundir…

Marika – Madre mía…

Carlota – ¡No, pero por eso a los bebés se les pone una pulsera!

Marika – ¿Una pulsera electrónica?

Carlota – Una pulsera con el nombre del bebé.

Marika – Esto es una locura… Para un automóvil, hay un número de registro, un número de motor, un número de chasis, grabados en el parabrisas, todo tipo de tatuajes antirrobo, sin mencionar alarma, y ??para un bebé, solo una pulsera con un nombre… Es muy fácil confundir, ¿verdad?

Carlota – Especialmente entre Marika y María, solo hay una letra de diferencia. El bebé pudo comerse un poco su pulsera en esa…

Marika – Y mi pulsera, ¿la guardaste?

Carlota – No, ¿por qué tendría que guardarla?

Marika – No lo sé. Como recuerdo…

María vuelve, muy emocionada.

María – ¡Lo sentía, estaba segura!

Carlota – ¿Qué te pasa ahora?

María – Acabo de tener una conversación con mi madre por teléfono.

Marika – ¿Y qué?

María – Ella me dijo que siempre sospechó que yo no era realmente su hija biológica.

Carlota – En ese caso, ¿por qué no te dijo nada hasta ahora?

María – ¡Para no traumatizarme!

Marika – Pero como es…

María – Ambas estábamos uno al lado del otro en la incubadora, según lo que me dijo mi madre. Pero ella me dijo que la otra bebé era tan fea e insignificante… Inconscientemente pensó que no podía ser su hija…

Carlota – Todo eso son solo delirios de criadas portuguesas…

Pausa.

María – Mi madre se quedó con mi pequeña pulsera, ella la buscó y la ha comprobado. Tiene escrito el nombre de Marika, no María.

El teléfono suena.

Carlota – ¡Pues responde!

María – Marika de Castelestafa, le escucho. No le escucho bien… Oh sí, hola señor Elsordo…

Carlota, furiosa, le arranca el auricular.

Carlota – Sí Alán… No, todavía no, yo… ¿En serio? Muy bien, hablaré con ella ahora y le llamaré pronto…

Ella cuelga.

Carlota – Fue Alán… para preguntar la respuesta a su propuesta de matrimonio. El no puede esperar. Tiene que regresar a California para un tratamiento que le dará una última oportunidad.

María – ¡Eh, a mi no me importan sus planes de boda! Me han estafado desde que nací. ¡Soy la baronesa!

Carlota – ¡Oh dulce niña! Por el momento solo hay una baronesa aquí y esa soy yo.

María – ¡Aún así, tengo derecho a mi herencia! ¡Este castillo será mío cuando te mueras!

Marika – Por ahora solo eres la sirvienta portuguesa…

María – ¡Eres tú quien debería estar en mi lugar! ¡Eres una sirvienta!

Marika se derrumba.

Carlota – Debemos calmarnos, mira…

María – Tienes razón… Olvidemos los títulos y el dinero. Yo por fin he encontrado a mi verdadera madre…

Ella se precipita en los brazos de Carlota avergonzada.

Carlota – Vamos, vamos… De todos modos, mi pobre niña…

Marika – ¿Podrías dejar de llamarla “mi pobre niña”?

Carlota – Ya no tenemos dinero, María. Sin este matrimonio, ni siquiera tendremos lo suficiente para pagar una sirvienta, o quien sea. Solo tenemos este castillo en ruinas y algunos retratos familiares.

María – En este caso, me voy a casar con el multimillonario. Después de todo, es con el título con el que se casará. Por lo demás, ni siquiera verá la diferencia. Y no necesariamente perderá con el cambio.

Marika y María se desafían mutuamente. Carlota interviene.

Carlota – ¿Puedes darnos un momento, María? Volveremos a discutir todo esto en un momento.

María – Está bien… Pero les advierto, no me vais a defraudar…

María sale

Marika – Es una pesadilla…

Carlota – Por eso es urgente que aceptes la propuesta de Elsordo.

Marika – ¿De verdad crees que es lo más urgente?

Carlota – ¡Por supuesto! ¡De lo contrario, el ganso que pone los huevos de oro se nos escapará! Y estaremos sin dinero.

Marika – Y tal vez ya no sea baronesa…

Carlota – ¿Quién te querrá de nuevo si ni siquiera tienes sangre azul? (Marika se derrumba) No te preocupes. Seguirás siendo mi hija pase lo que pase. La carne de mi carne. No es posible que esta bruja sea una baronesa… incluso si es mi hija biológica.

Marika – ¿Pero qué hacer con Alán?

Carlota – Tienes que casarte con él ahora mismo, antes que se dé cuenta de que quizás no eres del todo lo que él cree… Después ya será demasiado tarde.

Marika – Tienes razón…

Carlota – Llamaras a Elsordo de inmediato para decirle que aceptas su propuesta de matrimonio.

Marika – ¿Y después?

Carlota – Lo arrastras a Las Vegas para una ceremonia relámpago. Y vuestra luna de miel seguida de ese proceso.

Marika – ¿Y la sirvienta?

Carlota – Yo me encargaré de ella durante ese tiempo…

Marika – De acuerdo. Así que voy… Me entregaré para guardar el nombre y el castillo de Castelestafa.

Carlota – ¡La buena sangre no puede mentir! Reconozco en ti el espíritu caballeroso que Castelestafa siempre ha mostrado a lo largo de la historia.

Marika – ¡Amar será como ir a la guerra!

Ellas salen

Negro.

Acto 2

Carlota limpia vestida con ropa de mucama. María está sentada leyendo una revista de celebridades.

Carlota – Ouh la la… No me había dado cuenta de lo agotador que era limpiar…

María – Ya verás, lo peor son los cristales. Todavía hay rastros de mugre. Pero te ayudaré con algo, si quieres…

Carlota – Oh si…

María – Lo mejor para las ventanas es el vinagre… El vinagre blanco, para los cristales, es lo mejor.

Carlota – ¿Realmente no quieres ayudarme?

María – ¿No ves que estoy leyendo? Si quiero mantener mi rango en el futuro, todavía tengo mucho con lo que ponerme al día. Especialmente con respecto a la vida de las personas de la realeza. No sabía que la vida de esa gente era tan complicada.

Carlota – No te puedes imaginar cuánto…

María – Y todos estos nobles con esos nombres tan largos. Pensé que todo eso se había acabado con la Revolución…

Carlota – Afortunadamente, todavía tenemos algunos privilegios… Yo también te daré algunos consejos, si quieres…

María – Oh ¿sí?

Carlota – Para viajar casi de gratis, por ejemplo. Cuando llegas a cualquier lugar, vete a tocar la puerta de algún castillo. Seguramente es un primo lejano. Siempre habrá una habitación de invitados esperándote.

María – Ya veo… Como hoteles de lujo, pero gratuitos.

Carlota – Eso es. Como hoteles de lujo, pero sin calefacción.

María – Entonces, si entiendo bien, todos vosotros son primos…

Carlota – Sí…

María – No me sorprende que todos se vean tan degenerados… Por cierto, ¿tienes noticias de tu hija? Me refiero a Marika…

Carlota – Desafortunadamente no… En estos casos, durante las primeras semanas, se recomienda evitar cualquier contacto con la familia.

María – La verdad… no lo sabía.

Carlota – Pero ella terminará volviendo a casa…

María – Bueno, por ahora me voy a bañar, eso me va a relajar. Porque todo esto me agotó…

Carlota – Entiendo…

María (preparándose para salir) Cuando hayas terminado el polvo, ¿empiezas con los cubiertos? No es mi intención ofenderte, pero esta casa era una verdadera pocilga cuando llegué…

Carlota – Sin embargo, recuerda que no soy tu sirvienta…

María – ¡De qué sirve tener una sirvienta cuando ya tienes una madre!

María sale.

Carlota – Bueno, voy a empezar con los cristales, así que…

Llegan Alán y Marika. Marika lleva dos maletas. Ella ha cambiado su aspecto y parece más satisfecha, asumiendo mucho mejor su feminidad. Alán también parece estar en mejor forma y se viste más alegre.

Carlota – ¡Hola hijos míos! ¡Pero deberíais haberme advertido que vendríais hoy! Hubiera preparado vuestra habitación…

Marika – Mamá? ¿Pero qué está pasando aquí?

Carlota – ¿Qué?

Marika – ¡No me digas que estás haciendo las tareas del hogar!

Carlota – Oh eso… No te preocupes, querida, te lo explicaré…

Alán – Hola, señora baronesa.

Carlota – ¿Cómo esta, mi querido yerno?

Alán – Mejor. Mucho mejor…

Carlota (molesta) – Oh, sí… Parece que el matrimonio le sienta bien…

Alán – Tengo mucho menos dolor de cabeza, es cierto. Y a veces, casi tengo la impresión de ver destellos de luz…

Carlota – ¿Sabe lo que dicen? El amor es ciego, el matrimonio le devuelve la vista… Pero cuando dice mejor, quiere decir… ¿que no morirá de inmediato?

Alán – Parece que le decepcionaría, suegra…

Carlota – Estoy bromeando… ¡vamos!

Alán – Todos moriremos algún día, ¿no?

Carlota – Sí… tarde o temprano.

Alán – Digamos que en mi caso, siento que será un poco más tarde de lo esperado.

Carlota – Bueno, ¡es maravilloso! ¿No es así querida?

Marika – Sí, por supuesto…

Carlota – Entonces, ¿y la luna de miel? ¿Es hermoso Las Vegas?

Marika – ¿No recibiste nuestra carta?

Carlota – Dios mío, no, todavía no. Pero ya sabes, de los Estados Unidos de América…

Marika – Finalmente, nos casamos en Perpiñán, en la más estricta intimidad…

Alán – Para que ir a América a casarse, si también aquí tenemos curas a quienes les gustan los niños.

Carlota – No me digas que además, ya estás embarazada…

MarikaTodavía no, tranquilízate. Bueno, ¿quién sabe?

Carlota – Perpiñán, muy bien… Cataluña se parece mucho a California, ¿verdad? O digamos que la parte de arriba se parece mucho a Baja California… ¿Tuvisteis buen clima?

Marika – Llovió durante tres semanas seguidas. Apenas pudimos salir fuera de nuestra habitación en el hotel. (Marika se acerca con cariño a Alán) Pero finalmente, no me arrepiento de no ir a Las Vegas…

Alán – Yo tampoco. Aparentemente, el aire de Cataluña me hizo mejor efecto que el tratamiento milagroso que tuve que recibir en esa clínica de los Estados Unidos.

Carlota – Ya veo…

Marika – Alán me llevó una vez al cine a ver una película sucia…

Alán – Quiso decir una película suiza…

Carlota – Oh ¡Pero qué bueno!

Marika le lanza a Alán una mirada tiernamente cómplice.

Marika – Pero, ¿Para qué ir al cine, cuando puedes encontrar con que divertir sin salir de la cama…

Alán (con amor) – Creo que me saqué el número de la suerte… Bueno, las dejo hablar un momento juntas. Deben tener muchas cosas que contarse entre madre e hija… Me voy a refrescar un poco.

Carlota – Te acompañaré…

Alán – No te preocupes, puedo arreglármelas solo…

Carlota – Ya conoces la casa, ¿verdad?

Alán – Ahora es un poco mía, ¿no?

Carlota – Sí…

Alán – Hasta luego, mi amor… ¿Llevarás mi maleta a mi habitación?

Marika – De inmediato, mi corazón…

Carlota lanza una mirada preocupada a su hija. Alán vuelve a salir alterando la mesa del pedestal y el jarrón.

Carlota – ¿Y bien? Parece que sobreviviste a esta prueba, querida…

Marika – Sí, debo decir que no fue tan malo como lo imaginé… Admito que incluso tuve cierto placer en…

Carlota – Te agradezco que te guardes la historia de vuestra noche de bodas… Ahora tenemos asuntos más urgentes que resolver…

Marika – ¿Un asunto?

Carlota – ¿No me digas que ya has olvidado el contexto especial de este matrimonio…?

Marika – No, por supuesto…

Carlota – Imaginaras que estaba esperando el regreso del yerno para pagar algunas cuentas… ¡Si no hacemos una transferencia rápida al Banco Popular, el castillo será incautado!

Marika – ¿Tenemos una cuenta en el Banco Popular?

Carlota – Por desgracia, son los únicos que todavía nos quieren… Y si no encontramos rápidamente pasta ¡tendremos que ir al comedor público!

Marika – Hablaré de esto con Alán, te lo prometo…

Carlota – Muy bien, entonces… en mis brazos, hija mía…

Se abrazan por un momento.

Marika – ¿Y la criada?

Carlota – Ese es el segundo problema con el que tenemos que lidiar… He hecho todo lo posible para calmarla. Pero empieza a sentirse un poco como en casa.

Marika – ¿Entonces todavía no la has despedido?

Carlota – ¡Eso es porque ahora ella dice ser parte de la familia! Como puedes ver por mi atuendo, tuve que hacer algunas concesiones… Y cuando ella sepa…

Llega María, seguida de Alán.

María (furiosa) –El señor Elsordo me acaba de contar la noticia de su matrimonio… ¡Y tu que me habías dicho que tu hija estaba en rehabilitación de drogas!

Marika – ¿Le dijisteis eso?

Carlota – Tuve que decirle algo.

María – Entonces tus mentirillas y tu repentina amabilidad, ¿eran por eso? Para engañarme…

Carlota – A ver, tranquilitos…

Alán – Confieso que ni yo, baronesa, no creo lo que escuchan mis oídos… ¿Entonces confirma las palabras de su doncella?

María – ¡Eh, yo no soy la doncella!

Alán – Quiero decir… de su hija biológica. ¡Pero eso es monstruoso! ¿Cómo se puede convertir a una hija en esclavo doméstico?

Marika – Bueno, tampoco es Cenicienta…

Alán – En cuanto a mí, entiendo que me siento un poco defraudado… Pensé casarme con una futura baronesa…

María – Y ahora se encuentra casado con una bastarda.

Marika – ¡Bastarda serás tú!

Las dos mujeres están listas para recibir golpes.

Carlota – Veamos… Un poco de dignidad, damas… Al menos una de vosotras tiene sangre azul…

María y Marika dejan de pelear. María va con Alán.

María – ¡La hija de la baronesa, soy yo! ¡Es conmigo que deberías haberte casado! (Avanza hacia Alán) Y créeme, en la cama, no habrías tenido quejas…

Marika – ¿Qué dices, perra?

Carlota – No nos dejemos vencer por la ira o después lo lamentaremos.

Alán – Me pregunto si no sería mejor pedir un divorcio… Lo digo, considerando las nuevas circunstancias…

Carlota – ¡No haga nada, querido amigo! Seguramente hay una manera de disipar este pequeño malentendido…

Alán – ¿Un pequeño malentendido? Ya ni siquiera sé con quién estoy casado. ¿Si con la mujer que me dijo que sí o la que llevará mañana el nombre de Baronesa de Castelestafa?

Carlota – Ya lo he pensado lo suficiente, porque sospechaba que todo esto causaría cierta… tensión temporal.

María – Esto debe ser una broma…

Carlota – Esto es lo que propongo… Alán se acaba de casar con Marika. Se quedará con su esposa, que heredará mi título de baronesa de Castelestafa.

María – ¿Y qué hay de mí?

Carlota – María, en compensación, heredará el castillo y todo lo que contiene cuando yo muera.

Marika – ¿El título, eso es todo?

Carlota – ¿No me digas que prefieres la riqueza material al prestigio de un nombre como el nuestro?

Marika – No, por supuesto, pero…

Carlota – Por supuesto, es consabido que muchos barones mezclaron su sangre azul con la de las criadas, ya sabes. Si estuviéramos haciendo una investigación genética, seguramente nos daríamos cuenta de que la mayoría de los sirvientes son nuestros primos.

María, escéptica, mira a Alán y Marika.

María – ¿Y si tienen hijos? Podrían reclamar la herencia…

Carlota – Por supuesto, Marika estará exenta del deber matrimonial para no correr el riesgo de tener una descendencia…

Marika – ¿El deber matrimonial? Desde mi recuerdo de nuestra noche de bodas, no siento que haya sido una tarea para mi esposo…

María – Oh ¿si?

Nueva tensión entre las dos mujeres.

Carlota – Bueno, creo que ahora todos lo vemos un poco más claro, ¿no es así, mi querido yerno?

María – Entonces, ¿nunca seré baronesa?

Marika – Te dejaremos el castillo, ¿de qué te quejas?

Carlota – No tendrás el título, pero serás considerada como familia. Y si mi hija muere, serás una baronesa en su lugar.

Marika – ¡Qué encantador!

Carlota – En cuanto al señor Elsordo, de todos modos, él no está interesado en la dote de mi hija. Es multimillonario. Lo que quería era casarse con una chica de una buena familia. Desde este punto de vista, no podemos decir que ha sido engañado… ¿Usted cómo lo ve, señor Elsordo?

Alán – No lo veo muy claro…

María – Por supuesto… Si además es ciego…

Carlota (a María) – Te trataré como mi segunda hija, y Marika te tratará como a una hermana.

María – Vaya hermana…

Carlota – ¿Qué le parece, Alán?

Alán – ¿Y con quién cumpliré mi deber conyugal? Sin embargo, estoy casado… Me da ciertos privilegios.

Carlota – Siempre puedes dormir con la criada. Probablemente hubiera terminado así de todos modos, como en todas las comedias de parejas…

Marika – ¡Eh, yo no he dicho que estaba de acuerdo!

María – ¡Yo tampoco!

Carlota – Seremos una familia ensamblada… Está muy de moda en la actualidad…

María – Bueno…

Alán – ¿Y quién hará los quehaceres?

María – ¡Yo no, de ninguna manera!

Carlota – Queda por encontrar una sirvienta… Pero Alán es rico, ¿verdad? Y ahora, él es el hombre de la casa… ¡Satisfará las necesidades de toda la familia!

Alán – Sí, bueno… en realidad, los bienes raíces no están yendo muy bien en este momento, ya saben… Incluso en California…

Carlota – Me acaba de decir que eventualmente ya no morirá, ¡no me diga que además esta arruinado!

Alán – Por desgracia, suegra… Pero lo importante del matrimonio es el amor, ¿no?

Carlota está a punto de desmayarse.

Carlota – Creo que me está dando algo…

Marika – Disculpa por un momento…

La baronesa se retira con su hija. Dejado solo con María, Alán se quita las gafas y cae en sus brazos. Entendemos que son cómplices.

Alán – ¡Y listo!

María – ¡Para nosotros la gran vida!

Alán – ¡Y cómo, baronesa!

Se besan

María – La mala noticia es que, en tu ausencia, descubrí que el castillo está hipotecado.

Alán – ¿No me digas que me casé por nada con ese monstruo?

María – ¿No conseguiste demasiado de la noche de bodas, al menos?

Alán – De qué hablas… ¿Es que no la has visto?

María – Eso no fue lo que ella dijo antes…

Alán – Bueno, todavía tenemos las pinturas…

María – Debe valer dinero, todo eso…

Ella va a examinar una imagen y torpemente la hace caer.

María – Mierda. Ayúdame a poner esto en su lugar…

Alán se acerca. Mientras levanta la pintura, María mira hacia atrás.

María – ¿Qué es esto?

Alán – ¿Qué?

María – Hay una inscripción en el reverso de la pintura…

Alán – Puede ser una firma prestigiosa… ¿A veces sucede que una imagen de un pintor anónimo finalmente se atribuye a Miguel Ángel o Leonardo?

María – ¿Leonardo? ¿El actor o el futbolista?

Alán – Leonardo, el pintor! Bien, entonces, ¿qué estás leyendo?

María mira la inscripción.

María – No puedo leer… No tengo mis lentes… Ve allí, tienes buenos ojos…

Alán mira la inscripción.

Alán – Hecho en China…

María – ¿Hecho en China?

Alán – Estos son falsos.

María – ¿No? ¿Estás seguro ?

Alán – ¡No creo que en ese momento, los nobles hicieran sus retratos familiares en China! (Pausa) ¿Te das cuenta? Me casé con esa degenerada por unos retratos falsos?

Tiempo de reducción.

María – Y solo les quedan unos pocos muebles… No vamos a llegar muy lejos con eso…

Alán – No puedo creerlo…

María – Nos han engañado…

Alán – Sí… Parece que esta es la historia del estafador estafado…

María – Pero si estos retratos son falsos, entonces…

Alán – El título de nobleza de la baronesa también sería falso…

María – ¡No!

Alán saca su teléfono celular.

Alán – Espera… estoy buscando en Internet… Baronesa de Castelestafa… Eso no es cierto… Mira esto…

Le muestra la pantalla de su teléfono a María.

María – No…

Alán – Castelestafa… Debimos ser mas cautelosos…

María – Debimos haber verificado antes sus títulos de nobleza…

Alán – ¿En quién se puede confiar hoy en día?

María – No investigamos…

Alán – ¿Pero cómo es que su hija nunca tuvo la idea de escribir su propio nombre en Google?

María – ¡Estas personas aún viven en la Edad Media! ¡Y la niña apenas salió del convento de las Golondrinas! Estoy segura de que su madre solo le da acceso a Internet con un filtro parental…

Alán – Entonces, ¿qué haremos?

María – ¡Nos largamos de aquí! Hay algunas joyas en la habitación de la vieja, allá arriba. Las tomo y nos vamos antes de que estas dos mitómanas regresen.

Alán – Aún no he desempacado, será más práctico.

María sale. Mientras tanto, Alán mira en la pantalla de su teléfono para buscar más detalles sobre la biografía de Carlota.

Alán – No es cierto… Bueno … Fíjate en la baronesa, con unos años menos…

Le sorprende el regreso de Carlota y Marika.

Carlota – No creo lo que ven mis ojos.

Marika – Alán, ¿no eres ciego?

Alán – Es decir… ¡Acabo de recobrar la vista! ¡Es un milagro !

María regresa y llama a Alán antes de ver a los otros dos.

María – ¿Alán? Eso es todo, ya tengo las joyas, espero que no sean falsas también…

Alán va hacia María, con los brazos extendidos para intentar hacerle alguna seña.

Alán – ¡Finalmente te descubro, mi querida esposa!

Marika – Soy yo, tu esposa…

Alán (decepcionado) – ¿No…? Me pregunto si no hubiera preferido quedarme ciego…

Carlota – Entonces… así es todo… Nos tomaron por tontas… Así que fuiste su cómplice desde el principio, ¿verdad?

Marika – ¿Son un par de ladrones?

Alán – Estafadores… Hay que expresarse con las palabras adecuadas…

Carlota – Entonces no eres ciego, ni multimillonario… y esta perra no es mi hija biológica…

María – Eh, un poco mas de gentileza, baronesa, ¡cuidadito conmigo!

Carlota – ¡Y todo este circo fue para convencernos de concertar el matrimonio lo antes posible!

Marika – ¡Para desnudarnos!

Carlota – No puedo creerlo…

Alán – Bien… Y ahora que las cosas están claras para todos, ¿qué vamos a hacer?

Carlota – ¿Qué vamos a hacer? Pero si es muy simple. ¡Denunciarlos a ambos! Yo presentaré una queja.

Alán – Oh, y que le parece si nos calmamos, está bien. Okey, no soy ciego ni multimillonario. Pero eso no es penado por la ley, que yo sepa. Y ahora, te guste o no, ¡soy tu yerno!

María – ¡Es verdad, después de todo, eres tú quien quiere casar a tu hija con un pobre ciego para capturar su herencia! ¿Eh? Eso no es bonito bonito tampoco, ¿No crees?

Carlota – Tu, la criada, cállate. Nadie te ha llamado.

María – Primero, nunca he sido criada. ¡Y la mentirosa eres tú! ¡Tu castillo está hipotecado, y estos retratos familiares son falsos!

Marika – ¿Falsos?

Carlota (avergonzada) – Eso es ridículo…

María – Oh ¿si?

Carlota – Puedes ver que estas personas no saben nada de pintura. ¡Falsificaciones! ¿Y tú? Apuesto a que no eres realmente portuguesa…

Alán – No más que tú baronesa…

Marika – ¿De qué hablas?

Alán (a Carlota) – Tampoco le dijiste toda la verdad sobre tus orígenes…

Carlota (avergonzada) – ¿Yo?

Alán – Tu marido era actor de cine porno. ¡Y lo conociste en un set de filmación! Todo está en Wikipedia…

Carlota – He pedido varias veces la eliminación de este artículo…

Marika – ¿Pensé que papá era un campeón de equitación y que estaba muerto cuando se cayó de su caballo?

Alán – Podemos decir eso así, sí… Solo se olvidó de decirte quién era la montura…

María – Y las condiciones especiales de esa película de rodeo…

Carlota – Era arte puro. Todo ocurrió sobre un escenario…

María – Sí… Y probablemente sea gracias al dinero que te pagaron para actuar en esas películas de autor que pudiste comprar este castillo.

Alán – Para fingir respetabilidad…

Marika – Oh, Dios mío… ¡Pero esto no puede ser verdad! Y yo que pensaba que lo peor que me podía pasar era ser hija de una sirvienta portuguesa… Pero entonces… ¿quiénes son realmente mis padres? ¿Y quién soy yo?

María – Puedes estar tranquila, eres la hija de tu puta madre… En cuanto a tu padre…

Alán (mirando su móvil) – No se excluye que hayas sido concebida durante el rodaje de una de esas películas de culto como esta… (Mostrando la pantalla a Marika) Obra maestra del séptimo arte en la que por primera vez Carlota lleva el título de baronesa…

María – Y eso es todo lo que lleva puesto en esa película.

Carlota – Fui nominada a los premios Oscar por esa…

María – Los Oscar del Porno, por supuesto.

AlánEntonces ven que yo también podría tener la impresión de que me mentí un poco sobre el pedigrí de mi perra guía.

La baronesa está avergonzada.

Marika – Pero di algo, madre…

Carlota – Así es, yo inventé nuestra historia familiar…

Marika – Entonces no eres baronesa de Castelestafa… ¿Pero esos retratos familiares?

Carlota – Son absolutamente genuinos, te lo garantizo. Bueno, quiero decir, de aquellos que han servido como modelos… Solo que… no son nuestra familia.

Marika – Esto es una pesadilla…

Carlota – La buena noticia es que realmente eres mi hija.

Marika – ¡Soy una hija de puta! ¿Te parece que eso es un consuelo…

Carlota – Ya no estamos en la Edad Media. Ya no tenemos que considerar a las actrices como prostitutas…

Marika – ¡Pero si eras un actriz X!

María – Bueno, cuando hayan terminado esta conmovedora escena familiar…

Carlota – ¿No creéis que tal vez haya una manera de llevarse bien? Un buen arreglo es mejor que un mal divorcio.

Marika – Un buen arreglo…

Carlota – La verdad es que ni siquiera podemos permitirnos una sirvienta. Y que a partir de ahora no podemos confiar demasiado en nuestra supuesta nobleza para obtener un yerno ideal…

Alán – Especialmente porque tu hija ya está casada, te recuerdo…

Carlota – Ya ves, querida, que aquí todos estamos condenados a encontrarnos en un terreno común…

Marika – Ya ni siquiera puedes vender esas pinturas. Son copias, no tienen valor…

Alán – ¿Podemos alquilar el castillo para filmar películas pornográficas? La señora debe haber mantenido contactos en el medio.

Carlota – Qué dirían nuestros amigos… sin mencionar al sacerdote. No, yo vería algo más adecuado… Tal vez sea posible… ¡Aquí, un festival de música clásica, por ejemplo!

María – Ah, sí… Podríamos pedir una subvención al ayuntamiento y al gobierno…

Carlota – Hacer que la música clásica sea accesible para las clases más desfavorecidas está muy de moda.

María – Eso es todo… Un concierto de música clásica accesible para los discapacitados de la cultura. Llegaremos lejos con eso…

Alán – Entonces, ¿por qué no abrir habitaciones temáticas? A la gente le encantan los castillos, y una baronesa, siempre es buena en la decoración.

Marika – Podrías cuidar a mi esposo y a mí. Y María haría las habitaciones…

María – Eh, Alán es mi hombre, ¿de acuerdo?

Marika – Pero es mi esposo delante de Dios… o por lo menos delante del alcalde de Perpiñán. Y ahora que sé que el señor Elsordo no es ciego… Después de todo, es un hombre bastante guapo… Y excepto dinero, lo tiene todo para hacer feliz a una mujer…

Marika y María están a punto de pelear. Alán las separa.

Carlota – Vamos, seguramente también hay una manera de encontrar un acuerdo sobre este punto. Entre personas de nuestra condición, siempre logramos hacer arreglos, ¿no es así?

Marika – Por personas de nuestra condición, ¿te refieres a delincuentes?

Carlota – Pues… También, sí…

Negro

Epílogo

Marika, vestida de sirvienta, hace el polvo con un plumero. Los otros tres están en sillones y toman té en un ambiente muy mundano.

María – Con mucho gusto volvería a tomar un poco de té…

Marika le sirve torpemente, con los dientes apretados.

Carlota – No te preocupes, querida, mañana será tu turno de ser baronesa.

Alán – Y el suyo para ser sirvienta.

Carlota – Se decía cada dos días…

Alán – Suegra, creo que acabamos de inventar el matrimonio alternativo.

Carlota – Y la democracia rotativa.

Alán – ¿Quién necesita engañar a su esposa con la criada como en un mal teatro de parejas? ¡Mañana la sirvienta será mi esposa!

Carlota – Y tu sirvienta será tu mujer.

Alán – Un verdadero cuento de hadas.

Carlota – En resumen, tenías razón, mi querido yerno… Es la gran vida… ¿No es así, señoras?

Marika y María intercambian una mirada.

María – Mi querida hermana, a veces me pregunto si nosostras no somos las verdaderas víctimas de esta farsa…

Carlota – A propósito, no olvidéis que se acerca la Navidad.

Alán – Tengo muchas ganas de ver estas celebraciones familiares por primera vez en nuestro castillo.

Carlota – La familia, eso es todo. (Pausa) Por cierto, me alegra que todos estemos aquí para contarte una gran noticia, Alán.

Alán – Oh ¿si? ¿Qué?

Carlota – La familia crecerá…

Alán – ¿Un niño para Navidad? ¡Es maravilloso! ¿Pero quién es la madre?

Marika y María intercambian una mirada asesina, antes de mirar a Carlota con una mirada sospechosa. Carlota parece apenas avergonzada, y pone la mano en su barriga.

Carlota – Un nuevo milagro, aparentemente…

Alán (para relajar el ambiente) – ¿Si ponemos un poco de música?

Carlota – Sería perfecto… Me encanta la música clásica.

Alán – Y dicen que amansa a las fieras.

Alán presiona un control remoto para lanzar una pieza de música clásica, para elegir (por ejemplo el Himno a la Alegría o una música de Navidad).

A medida que aumenta el nivel de la música, la luz disminuye en esta conmovedora escena de felicidad familiar.

Negro.

Fin

El autor

Jean-Pierre Martinez es autor teatral y guionista francés de origen español. Nacido en 1955 en Auvers-sur-Oise, sube al escenario primero como baterista en diversos grupos de rock, antes de hacerse semiológo para la publicidad. Luego trabaja como guionista para la televisión, y vuelve al teatro como autor. Ha escrito mas de 60 guiones para distintas series de la televisión francesa, y 78 comedias para el teatro (13 y Martes, Strip Poker, Bar Manolo, Ella y El, Muertos de la Risa, Breves del Tiempo Perdido, El Joker…). Actualmente es uno de los autores contemporáneos mas representados en Francia, y varias de sus obras han sido ya traducidas en español y en inglés. Es licenciado en literatura española e inglesa (Sorbonne), en linguística (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), en economía (Institut d’Études Politique de Paris), en escritura de guiones (Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuelle). Jean-Pierre Martinez ha escogido ofrecer todos los textos de sus obras para descargar gratuitamente en su web : comediatheque.net.

Comedias de Jean-Pierre Martinez traducidas en español:

Comedias para 2

El Joker

El Último Cartucho

EuroStar

Zona de Turbulencias

Comedias para 3

13 y Martes

Por Debajo de la Mesa

Un pequeño asesinato sin consecuencias

Comedias para 4

Cuatro Estrellas

Foto de Familia

Strip Poker

Un Ataúd para Dos

Comedias para 5 o 6

Crisis y Castigo

Pronóstico Reservado

Comedias para 7 a 10

Bar Manolo

Milagro en el Convento de Santa María-Juana

El pueblo más cutre de España

Comedias de sainetes (sketches)

Breves del Tiempo Perdido

Ella y El, Monólogo Interactivo

Muertos de la Risa

Este texto está protegido por las leyes

relativas al derecho de propiedad intelectual.

Toda copia es susceptible de una condena,

hasta de 300 000 euros y 3 años de prisión.

París – Setiembre de 2019

© La Comédi@thèque – ISBN 978-2-37705-277-6

https://comediatheque.net/

Écologie

Posted août 14, 2019 By admin

L’écologie peut devenir le sujet d’une tragicomédie lorsque la folie des hommes en vient à mettre en péril leur existence même en tant qu’espèce.

***

Au répertoire de La Comédiathèque

APRÈS NOUS LE DÉLUGE

Après nous le déluge

Posted août 13, 2019 By admin

Une tragicomédie écologique de Jean-Pierre Martinez

2 hommes et 2 femmes

Sur une Terre devenue inhabitable en raison du réchauffement climatique, une humanité à l’agonie vit ses dernières heures. Deux hommes et deux femmes s’apprêtent à s’élancer dans un vaisseau spatial vers la planète inconnue qui pourrait leur servir d’ultime refuge. La mission de ces quatre « élus » : donner à l’humanité une chance de se perpétuer après avoir causé sa propre perte par sa folie autodestructrice. Mais une telle humanité mérite-t-elle vraiment d’être sauvée ? Tous ne sont pas d’accord…

Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l’autorisation de la SACD :

Comédiathèque théâtre pièces télécharger textes gratuit

 

 

TÉLÉCHARGER LE PDF
GRATUITEMENT
ACHETER LE LIVRE
SUR AMAZON
ACHETER LE LIVRE
SUR BOOKEDITION
amazon BOOK

 

LIRE LE TEXTE INTÉGRAL DE LA PIÈCE

Après nous le déluge

Une tragi-comédie écologique

ACTE 1

Le poste de commandement d’un vaisseau spatial baptisé « L’Arche » (le nom peut figurer sur un élément du décor ou sur les combinaisons des membres de l’équipage). Debout devant une table de commande électronique futuriste équipée d’un écran, Virginie s’affaire à de mystérieuses manipulations (réglages, contrôles, mesures…). Paul arrive.

Paul – Que dit la météo ?

Virginie – Les vents sont toujours très violents à la surface de l’océan. Ce serait suicidaire de décoller maintenant.

Paul – Je vois… Mais la température ne cesse de monter. L’eau est entrée en ébullition juste au-dessus de nos têtes. Si nous attendons trop longtemps, notre système de réfrigération ne tiendra pas le coup.

Virginie – Il fait déjà une chaleur à crever… Autre chose ?

Paul – J’ai repéré une fuite dans le silo de lancement. Le béton est fracturé sur plus de dix mètres, et l’eau est en train de s’engouffrer par la brèche. Si la paroi cède d’un coup, on finira comme des homards plongés dans une marmite d’eau bouillante.

Virginie – Une accalmie est prévue dans cinq ou six heures. Il faut tenir jusque-là, on n’a pas le choix…

Paul – OK. Je vais surveiller cette fissure en attendant.

Virginie – Malheureusement, il n’y a rien d’autre à faire pour l’instant… (Elle se détourne de ses instruments et se lève de son siège.) Comment est-ce qu’on a pu en arriver là…?

Paul – Je ne sais pas.

Virginie – Je n’attendais pas vraiment une réponse.

Paul – Je sais…

Virginie – Tu crois qu’on est les derniers ? À part nos deux coéquipiers, bien sûr…

Paul – D’après les images fournies hier par les derniers satellites encore opérationnels, il ne reste plus aucune terre émergée à la surface du globe.

Virginie – Alors ça y est… La Terre n’est plus qu’un unique océan…

Paul – La température de l’air atteint plusieurs centaines de degrés. Même ceux qui ont réussi à embarquer sur un bateau ne peuvent pas survivre très longtemps dans de telles conditions.

Virginie – Quelques sous-marins nucléaires, peut-être, pendant un mois ou deux…

Paul – Mais contrairement à nous, ils ne peuvent pas espérer décoller vers une autre planète pour fuir cet enfer.

Virginie – La Terre était un paradis. Cet enfer, c’est nous qui l’avons créé.

Paul – Plus un morceau de glace… Plus une goutte d’eau douce… Plus un bout de terre où poser les pieds… Et cette température qui n’arrête pas de monter. Le processus est enclenché. Cette fois il est irréversible…

Virginie – C’est avant qu’il aurait fallu arrêter cette machine infernale.

Paul – Oui… mais maintenant, il est trop tard. Il faut penser à l’avenir…

Virginie – L’avenir ?

Paul – Qu’on le veuille ou non, c’est la fin de notre monde. La seule chose qu’on peut encore espérer, c’est sauver notre peau.

Virginie – On a provoqué l’extinction de tous les animaux qui vivaient sur cette planète. À présent c’est notre tour. Nous sommes les derniers spécimens d’une espèce en voie de disparition. Et si nous mourons sans descendance, l’humanité mourra avec nous.

Paul – « L’Arche »… Au moins, ils auront gardé le sens de l’humour jusqu’au bout…

Virginie – J’ai l’impression d’être un de ces animaux que Noé avait embarqués avec lui sur son bateau, enfermés dans des cages…

Paul – Reste à savoir si on arrivera à se reproduire en captivité…

Virginie – Et surtout si on trouvera une nouvelle terre d’accueil pour y refonder un embryon de civilisation. Tu y crois vraiment, toi ?

Ève arrive.

Ève – On n’a pas le choix. Il faut y croire. Y214 est la seule planète susceptible de nous accueillir, à une distance qu’on puisse atteindre avec ce vaisseau. Si on arrive à le faire décoller, évidemment…

Virginie – Un nouvel ouragan passe juste au-dessus de nous. On aura une fenêtre de tir dans quelques heures.

Ève – Deux hommes et deux femmes pour sauver l’humanité…

Virginie – On se croirait dans un programme de télé-réalité.

Ève – C’est curieux, on a été tirés au sort parmi des milliers de candidats… Pourquoi je n’ai pas l’impression que c’est une chance de faire partie des quatre finalistes ?

Paul – Tu penses que « L’Arche » peut nous conduire là-bas ?

Ève – Comment savoir ? C’est une première. Cette fusée est un prototype. Elle est propulsée par des réacteurs utilisant une technologie entièrement nouvelle, supposée nous faire voyager à la vitesse de la lumière.

Virginie – Mais cette technologie révolutionnaire n’a pas pu être testée auparavant en conditions réelles.

Paul – On n’a jamais envoyé un vaisseau aussi loin avec des passagers à bord. Les vols habités avaient été abandonnés depuis des années.

Ève – Pas assez rentables.

Virginie – Et puis il reste cette incertitude au sujet d’une hibernation aussi prolongée. Est-ce que notre organisme y résistera ? Les expériences qu’on a tentées portaient sur un ou deux mois au maximum. Là on parle de plus de dix mille ans.

Ève – Oui, sur le papier, c’est possible. Mais je ne suis même pas sûre d’avoir envie que ça marche.

Paul – Eh bien moi, oui… C’est notre seule chance de survie. Même si elle est mince, je n’ai pas l’intention de la laisser passer.

Ève – Ouais…

Paul – Virginie ?

Virginie – C’est tout ce qui nous reste. Autant s’accrocher à cet espoir. Sinon on n’a plus qu’à se laisser mourir.

Ève – Je me demande si ce ne serait pas mieux. En tout cas ce serait plus simple.

Paul – Je t’en prie, Ève, reprends-toi. On va avoir besoin de tout le monde pour mener cette arche à bon port.

Virginie – Et puis c’est pour ça qu’on nous a choisis, non ? On a une mission !

Ève – Sauver l’humanité…

Alban arrive.

Alban – Mais est-ce que l’humanité mérite d’être sauvée ?

Paul – Ouh là… Excuse-moi, Alban, mais moi je veux juste sauver ma peau. Alors les débats philosophiques…

Alban – Si l’humanité s’était un peu plus préoccupée de philosophie que de profit, on n’en serait pas là… C’est par égoïsme et par cupidité que l’homme a scié la branche sur laquelle il était assis.

Ève – Et pour finir qu’il a abattu l’arbre entier, et toute la forêt avec, pour en faire de la pâte à papier.

Alban – En gardant bonne conscience au prétexte que ce papier serait recyclé.

Paul – D’accord, mais quand on a dit ça, qu’est-ce qu’on fait ? Si on n’a pas décollé avant ce soir, on sera tous morts. Pourquoi ne pas tenter notre chance ailleurs ?

Alban – Parce que tu crois vraiment que c’est une chance ? Une chance pour qui, d’abord ? Pas pour la planète qu’on envisage de coloniser, en tout cas.

Paul – Une chance pour nous quatre. Notre dernière chance. Et on n’a pas de temps à perdre en bavardages inutiles.

Ève – Pour l’instant, malheureusement… à part attendre que le vent tombe. Il n’y a rien d’autre qu’on puisse faire dans l’immédiat…

Silence.

Paul – Très bien, alors allons-y ! Bavardons un peu… Histoire de faire connaissance… Il n’y a plus aucun être humain sur cette terre à part nous, alors on a plutôt intérêt à s’entendre, non ? (Un temps) À propos, Alban et Ève, Paul et Virginie… C’est des noms de codes, c’est ça ? Au point où on en est, on pourrait s’appeler par nos vrais noms, vous ne croyez pas ? Bon, moi je m’appelle vraiment Paul, mais vous ? C’est quoi vos vrais noms ?

Un temps.

Virginie – Je m’appelle vraiment Virginie.

Les deux autres restent muets.

Paul – Non ? Alors ça aussi ce serait un hasard ? Bon, je prends ça pour un signe, alors… Alban et Ève, Paul et Virginie… Moi ça me va. (Avec un regard appuyé vers Virginie) Je suis volontaire pour repeupler cette nouvelle planète.

Alban – Eh ben… Elle est bien barrée, la planète…

Paul lui lance un regard incendiaire.

Paul – Woh, woh… Doucement quand même. J’ai le sens de l’humour, mais jusqu’à un certain point.

Il s’avance menaçant, et l’autre lui fait front.

Alban – Jusqu’au point où ce sont les autres qui commencent à faire de l’humour ? En fait, il n’y a que tes propres blagues de merde qui te font rire, c’est ça ?

Virginie s’interpose.

Virginie – Oh, les chatons, on se calme un peu sur la testostérone, d’accord ! Même si on arrive jusqu’à cette planète et qu’elle est habitable, ce ne sera pas l’île de la tentation. On aura assez à faire comme ça pour essayer de survivre jour après jour dans un monde totalement inconnu.

Ève – Je rejoins Virginie là-dessus. Sur Terre, tout paraissait simple parce que des milliers de générations nous avaient transmis leur expérience, pour distinguer les plantes comestibles des plantes toxiques, les animaux inoffensifs des animaux dangereux, les régions hospitalières des zones inhabitables…

Virginie – On devra tout réapprendre. Le danger sera partout. Chaque pas que nous ferons sera un saut dans l’inconnu. Et comme on n’est que quatre, on n’aura pas droit à l’erreur.

Ève – On nous a sélectionnés pour nos compétences en médecine, en aéronautique, en astrophysique, en biologie… Mais dans un monde totalement nouveau et peut-être hostile ?

Paul – On sait des choses. On ne part pas de rien. On n’est pas des hommes préhistoriques.

Ève – Nos connaissances sont purement théoriques. À quoi ça nous servira de savoir comment fonctionne une voiture, un ordinateur ou un téléphone quand on ne disposera plus d’une industrie pour les produire ?

Virginie – Il faudra repartir à zéro. Réapprendre à construire une hutte, à chasser avec un arc, à faire du feu avec deux silex, à s’éclairer avec une torche…

Alban – Et les hommes préhistoriques en savaient beaucoup plus que nous là-dessus.

Ève – Au bout de deux ou trois générations, nos beaux souvenirs du monde d’avant, totalement inutiles, deviendront des récits fabuleux que nos descendants finiront par oublier.

Alban – Ou qu’ils se mettront à déformer et à embellir pour en faire une nouvelle Bible.

Virginie – Alban et Ève, c’est vrai que c’est tentant…

Un temps.

Paul – Très bien, alors on jouera les Robinson. Tous les gosses en rêvent, non ?

Ève – Oui… mais l’île de Robinson, elle était sur Terre.

Paul – Au moins, je ne serai pas obligé de me taper Vendredi. Si l’idée c’est de perpétuer l’espèce… Deux hommes, deux femmes, ça fait au moins deux possibilités, non ?

C’est cette fois à Ève qu’il lance un regard appuyé.

Ève – Si tu ne changes pas un peu de disque, je crois surtout que tu es condamné à te pelucher pour le restant de tes jours. Parce que question méthode de drague, il faudrait penser à une mise à jour immédiate.

Paul – D’accord, alors on parle de quoi ?

Virginie – Si on ramène l’histoire de la Terre à 24 heures, l’Homme est né à minuit moins deux. Et pendant ces deux minutes, il a réussi à rendre sa planète inhabitable. Ça mérite quand même qu’on s’arrête un instant là-dessus, non ?

Paul – Un jour ou l’autre, la Terre serait devenue invivable. À terme en tout cas, c’est une certitude, en raison de l’explosion programmée du soleil.

Alban – Oui, mais dans des milliards d’années. L’Homme serait mort de vieillesse. Là, il s’agit d’un suicide collectif. Homo sapiens avait à peine 300.000 ans. Les dinosaures ont dominé la Terre pendant près de 165 millions d’années !

Ève – Et ce n’est pas eux qui ont causé leur propre perte, en détruisant consciencieusement la planète.

Virginie – Et puis en quelques milliards d’années, on aurait eu le temps de se préparer. D’organiser le déménagement. Là, c’est le radeau de la Méduse.

Ève – Et on en est déjà à se bouffer le nez…

Virginie – C’est vraiment sûr à cent pour cent, pour Y214 ?

Ève – Cent pour cent, non. Sur le papier, c’est une planète jumelle de la Terre. Presqu’exactement les mêmes caractéristiques.

Virginie – En théorie… Mais personne n’est jamais allé voir.

Alban – Et puis même si ce vaisseau fonctionne parfaitement bien, le voyage vers cet éventuel refuge sera très long et très incertain.

Ève – On risquera à tout moment une collision avec un astéroïde.

Paul – Rien n’est sûr tant qu’on ne sera pas là-bas, évidemment, mais a priori, tous les clignotants sont au vert, non ?

Un temps.

Alban – Et si cette planète habitable était déjà habitée ?

Virginie – Habitée ?

Ève – Par des êtres doués d’intelligence.

Paul – Si c’est le cas, il s’agit probablement d’une civilisation primitive. On n’a observé aucun signe d’une vie évoluée. Ondes radio, satellites artificiels, mégalopoles émettrices de lumière ou de chaleur…

Alban – C’est peut-être des écolos…

Paul – Ou des sauvages.

Alban – Des sauvages ?

Ève – Quand on voit ce que les Espagnols ont fait des Incas en débarquant en Amérique… Oui, il y a peut-être une perspective de salut. Mais à quel prix ? Je suis d’accord avec Alban, il faut poser la question : l’espèce humaine mérite-elle d’être sauvée ?

Alban – Ce serait rendre un service au monde que d’empêcher qu’elle le soit.

Les trois autres lui lancent un regard inquiet.

Paul – Qu’est-ce que tu veux dire, concrètement ?

Alban – L’humanité, aujourd’hui, c’est comme une plante qui va mourir. Juste avant la fin, pour perpétuer l’espèce, elle projette son pollen dans l’espace, dans l’espoir de coloniser une autre terre après avoir épuisé la sienne.

Paul – Si on se met à faire des métaphores, maintenant…

Alban – Mais cette plante est toxique, et nous en sommes les mauvaises graines.

Virginie – Qu’est-ce que tu proposes, au juste ?

Alban – D’empêcher cette pollinisation maléfique. L’avenir de l’humanité est entre nos mains. Nous avons le pouvoir d’y mettre un terme. Et nous nous grandirions en décidant sciemment de faire ce choix.

Silence de mort.

Paul – Ils en ont sélectionnés quatre, et il a fallu qu’on tombe sur un illuminé ! (Paul cherche du regard le soutien d’Alban et d’Ève.) Et vous, qu’est-ce que vous pensez ? Vous êtes d’accord pour un suicide collectif ?

Ève – Le suicide collectif… il a déjà eu lieu, non ?

Paul – D’accord, donc ils sont au moins deux dans la secte. Et toi, Virginie ?

Virginie – Évidemment. On ne peut pas dire que le bilan de l’humanité plaide beaucoup en sa faveur. Mais accepter de mourir sans rien tenter… c’est peut-être un peu radical, non ?

Ève – L’humanité, c’est comme une colonie de termites. Quand elle s’installe quelque part, c’est pour bouffer la charpente et partir ailleurs quand la maison est prête à s’écrouler.

Paul – Bon, alors en clair, parce que moi je ne fais pas dans la métaphore, l’humanité, moi je m’en fous. Ce que je veux, c’est sauver ma peau.

Alban – Ce n’est pas si simple. En sauvant ta peau, tu risques aussi de sauver l’humanité.

Paul – Bon… alors qu’est-ce qu’on fait ? On vote ? On se suicide ou on essaie de survivre ? (Levant la main) Je suis pour tenter ma chance. Qui d’autre ?

Virginie lève la main.

Virginie – Je suis pour la vie. Coûte que coûte. Et puis oui, j’ai peur de mourir.

Paul – Ève ?

Ève – Franchement, vu les chances de réussite de cette mission, je me demande si ça vaut le coup. Pourquoi ne pas accepter notre destin, et mourir avec les autres ? Que nos dépouilles, au moins, reposent sur notre planète d’origine… auprès des nôtres.

Alban – C’est aussi mon avis. Que le berceau de l’humanité soit aussi son cercueil.

Paul – D’accord. Deux voix contre deux… On est bien avancés… Mais après tout, si vous voulez absolument mourir, libre à vous. Vous n’avez qu’à rester ici. Le sas de sortie est juste là.

Virginie – Le vaisseau sera beaucoup plus difficile à manœuvrer à deux. Cela réduira encore nos chances de survie. Sans parler de celle de l’humanité, évidemment…

Alban – Ce dont il est question, ce n’est pas de sauver quatre vies ou d’en sauver deux. C’est de mettre un terme définitif à l’histoire de l’humanité.

Paul – Attends, Alban, il y a quand même un détail qui m’échappe… On a été tirés au sort parmi un panel de scientifiques pour donner une chance à l’humanité de survivre. Si tu voulais mourir avec les autres, pourquoi t’être porté volontaire ?

Alban – Précisément pour ça. Pour empêcher que ce cancer n’envoie ses métastases dans tout l’univers.

Paul – Donc, en fait, tu as menti. Tu es un traître. Un infiltré. Une taupe du camp de la défaite. Et c’est toi qui nous donnes des leçons de morale ?

Alban – J’assume ce mensonge. Qui veut la fin, veut les moyens.

Paul – Très bien… (Avec un air de défi) Mais est-ce que tu es sûr d’avoir les moyens ?

Ils s’apprêtent à nouveau à s’affronter, et Virginie s’interpose encore.

Virginie – On ne va pas se battre… Mais je rejoins Paul sur un point. Et si nous, on veut vivre ? Vous allez décider pour nous ? Qu’est-ce que vous allez faire ? Nous tuer ?

Paul – Le connaissant un peu, j’imagine qu’il pense plutôt à un truc plus tordu. Comme un sabotage, par exemple. Et si la fissure dans le silo, c’était lui ?

Ève – Quelle fissure ?

Paul – On n’était que quatre, et il a fallu qu’on tombe sur un putain de terroriste.

Virginie – C’est comme ça que tu veux sauver le monde, Alban ? En devenant un criminel ?

Alban – Je préférerais vous convaincre… Mais sinon je saurai prendre mes responsabilités, et je m’arrangerai avec ma conscience.

Virginie – Et toi, Ève ?

Ève – Non, je ne déciderai que pour moi. Je ne me prends pas pour Dieu. Que ceux qui veulent vivre soient libres de le faire. À eux de juger si cela en vaut la peine…

Virginie se rapproche de ses instruments de bord.

Paul – Du nouveau ?

Virginie – Les prévisions météo ont un peu évolué. Le vent commence déjà à fléchir. Il y aura une légère accalmie dans trois heures.

Paul – C’est maintenant ou jamais. Il y a une fenêtre de tir, et ce sera la dernière. On a juste le temps de se préparer au lancement. Et tous ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi.

Paul défie Alban du regard. Alban et Ève sortent sans que l’on sache si c’est pour préparer le départ ou pour signifier leur opposition. Paul et Virginie échangent un regard préoccupé.

Paul – Je n’ai pas confiance en eux…

Virginie – Ève ne fera rien contre nous, mais lui…

Paul – Tu crois qu’il irait jusqu’à saboter l’Arche ?

Virginie – C’est un idéaliste. Il est capable de tout.

Paul – Dans ce cas, on n’a pas le choix.

Virginie – Comment ça ?

Paul – C’est eux ou nous.

Virginie – Non, il n’en est pas question.

Paul – Je te rappelle qu’on a une mission.

Virginie – Mais nous n’avons plus de comptes à rendre à personne. Sauf à nous-mêmes.

Paul – On a une responsabilité morale. On s’est engagés à sauver l’humanité. C’est pour ça qu’on nous a permis de vivre, alors que tous les autres sont déjà morts.

Virginie – Une responsabilité morale ? Fais-moi rire. Tout à l’heure, tu disais que tu voulais seulement sauver ta peau…

Paul – Moi peut-être, mais toi ? Tu es une idéaliste, toi aussi. À quoi est-ce tu es prête pour donner à l’humanité une chance de s’en sortir ?

Virginie – Pas à tuer, en tout cas.

Paul – Je peux m’en charger. Je veux bien faire le sale boulot, j’ai l’habitude…

Virginie – Mais si je te laisse faire, je serai complice.

Virginie jette un regard à ses instruments.

Paul – Un problème ?

Virginie – Un court-circuit dans la salle des propulseurs… Impossible de lancer la mise à feu du réacteur numéro trois.

Paul – On aura besoin de toute la gomme pour échapper à l’attraction terrestre… C’est réparable ?

Virginie – Peut-être, mais il faut faire vite, sinon on va rater la fenêtre de tir.

Paul – Et si c’était lui ?

Virginie – Ça peut aussi être un simple incident technique…

Paul – On n’est pas obligés de les tuer. On peut se contenter… de les neutraliser.

Virginie – Les neutraliser ?

Paul – Un bon somnifère, et on les met direct au congélo avec un peu d’avance. Au moins ils nous foutront la paix pendant quelques milliers d’années.

Virginie – Et ce somnifère, comment tu leur fais ingurgiter ? De force ?

Paul – Il reste une bouteille de mauvais champagne dans le frigo. On pourrait la boire pour sceller notre grande réconciliation… Pour célébrer notre départ… ou notre suicide collectif ?

Virginie semble hésiter.

Virginie – D’accord… Mais occupe-toi d’abord du court-circuit.

Paul – Je vais voir ce que je peux faire…

Il sort. Virginie s’affaire aux commandes. Ève revient.

Ève – Je viens de croiser Paul. Je suis au courant pour la panne.

Virginie – Et bien entendu, tu n’y es pour rien.

Ève – Je t’ai déjà répondu là-dessus. Je ne ferai rien pour faire capoter la mission. Mais si un accident nous empêche de partir, ça résoudra définitivement tous nos problèmes…

Virginie – Et Alban ?

Ève – Quoi ?

Virginie – Tu crois qu’il serait capable de saboter le vaisseau ?

Ève – Je ne sais pas… mais je peux le comprendre.

Virginie – En effet, je te trouve très… compréhensive à son égard. Attention Ève. On a une mission. Nos sentiments ne doivent pas interférer dans nos décisions.

Ève – Tu es jalouse ?

Virginie – Non. Mais il va falloir choisir ton camp. Tu es avec nous ou contre nous ?

Alban revient.

Alban – Alors on en est là ?

Virginie – C’est un peu toi qui l’as voulu, non ?

Alban – Je n’en fais pas une affaire personnelle, si c’est ça que tu veux dire.

Ils se défient du regard.

Ève – Une affaire personnelle ? Ça veut dire quoi ? Vous vous connaissiez avant d’embarquer sur ce vaisseau ?

Silence embarrassé.

Virginie – Je te pose la question une seule fois, Alban, et je ne mettrai pas en doute ta réponse. C’est toi qui as provoqué ce court-circuit ?

Alban – Non.

Virginie – D’accord. Ça me suffit.

Alban – Ça ne veut pas dire que je ne m’opposerai pas à ce départ, d’une façon ou d’une autre.

Ève semble mal à l’aise.

Ève – Je vais donner un coup de main à Paul, ça ira plus vite.

Elle sort.

Virginie – Tu savais que je serais du voyage ?

Alban – Non. Pas avec certitude. Mais on n’était déjà plus très nombreux, et c’était une sérieuse possibilité. J’ai vu ton nom sur la short list. D’un point de vue scientifique, tu avais toutes les qualités requises. Et tu étais très proche des militaires qui nous gouvernaient à l’époque…

Virginie – Ne me dis pas que c’est pour te venger de moi que tu as fait tout ça. Et que pour le seul plaisir de causer ma perte, tu serais prêt à sacrifier l’humanité toute entière.

Alban – Je t’ai aimée, c’est vrai. Passionnément. Et tu n’as pas changé.

Virginie – Merci.

Alban – Ce n’était pas un compliment. Ton ego est toujours… surdimensionné.

Virginie – Chez les hommes, on appelle ça l’ambition, je crois. Et c’est considéré comme une qualité.

Alban – Tu as raison. D’ailleurs, c’est curieux.

Virginie – Quoi ?

Alban – Tous ces préjugés que la société nous imposait. Le sexisme, entre autres. Tout ça n’a plus aucun sens maintenant que la société a totalement disparu.

Virginie – Malheureusement, tant qu’il restera un macho, on n’en aura pas fini avec le machisme.

Alban – Tu as raison. Le ver est dans le fruit. Il finira toujours par le bouffer de l’intérieur. C’est dans nos gènes.

Virginie – Alors tu penses que l’homme est fondamentalement mauvais ?

Alban – Il l’a prouvé, non ?

Virginie – Certains hommes, peut-être. Pas tous.

Alban – Hitler, Pol Pot, Donald Trump…

Virginie – Mozart, Picasso, Bob Dylan…

Alban – Dans certaines conditions, n’importe quel homme est capable du pire.

Virginie – Ou du meilleur… Si Hitler avait réussi son examen d’entrée à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne… la face du monde en aurait peut-être été changée.

Alban – Mais les hommes auraient quand même fini par faire de la Terre un gigantesque camp d’extermination.

Virginie – Je te plains, Alban. Comment peut-on se haïr à ce point ?

Alban se rapproche d’elle.

Alban – Si tu m’avais aimé, j’aurais peut-être fini par m’aimer un peu moi aussi.

Virginie – Donc c’est de ma faute, en réalité… La fin du monde, tout ça… C’est à cause de moi, en fait.

Alban – Peut-être. Pas toi toute seule, évidemment, mais les gens comme toi.

Virginie – Les gens comme moi ?

Alban – Ceux qui pendant des siècles, en décidant de vivre dans l’insouciance, ont conduit cette planète à sa perte.

Virginie – D’accord. Alors toi tu es un pur, si je comprends bien. Tu as vécu dans le souci permanent, c’est vrai. Mais Alban, est-ce que la vie mérite d’être vécue sans un peu d’insouciance ? Est-ce que tu auras été heureux, au moins ? Seul dans ta tour d’ivoire. Je ne parle pas d’être heureux toute sa vie, je parle de ces petits bonheurs qui de temps en temps font que la vie reste supportable. Est-ce qu’une fois au moins dans ta vie tu as été heureux, Alban ?

Alban – Je ne sais pas… Pendant les quelques mois que j’ai passés avec toi, peut-être.

Virginie s’approche de lui.

Virginie – Je t’ai aimé, moi aussi. Peut-être encore plus que tu ne m’as aimée toi-même. Mais entre nous, ça ne pouvait pas marcher.

Alban – Pourquoi ?

Virginie – Pour ça précisément. Ce qui nous sépare encore aujourd’hui. J’ai besoin de croire en quelque chose. Contre toute évidence. J’ai besoin de légèreté. Et toi… tu n’échapperas jamais à la gravité. (Ils sont sur le point de s’embrasser, mais elle se reprend.) Si tu m’aidais plutôt à faire décoller cette fusée ?

Il semble hésiter.

Alban – Désolé, mais non… Je ne participerai pas à ça.

Virginie – Alors je te demande solennellement de ne rien faire pour l’empêcher.

Il sort sans répondre, croisant Paul qui revient. Ils échangent un regard méfiant.

Paul – Ça y est, c’est réparé. Heureusement, ce n’était pas si grave. Pour cette fois…

Virginie – Alban m’a juré qu’il n’y était pour rien.

Paul – Il ment peut-être.

Virginie – Je ne crois pas.

Paul – Comment tu peux en être sûre ?

Virginie – J’ai mes raisons…

Paul – Il en pince pour toi, c’est ça ?

Virginie – Ne te mêle pas de ça. Où en est la voie d’eau dans le silo ?

Paul – Ça ne s’arrange pas, mais ça peut tenir encore deux ou trois heures.

Virginie – Tu as l’air soucieux. Quelque chose d’autre nous empêche de partir, qui ne soit pas lié à la fusée elle-même ?

Paul – Aucun animal marin n’a résisté à la température. Ils sont tous morts, et leurs cadavres flottent à la surface. Sur une épaisseur de plusieurs dizaines de mètres par endroit. Sans parler des divers décombres charriés par l’océan suite à l’immersion de toutes les terres habitées. Bus, voitures, containers, troncs d’arbres, animaux, êtres humains… Il faudra traverser ce mur de déchets et de chairs en décomposition pour arriver à la surface.

Virginie – La structure de la fusée n’y résistera pas. Qu’est-ce que tu proposes ?

Paul – Juste avant le lancement, j’enverrai un missile pour essayer de faire un trou dans ce mur qui nous sépare de la surface.

Virginie – On a des missiles ?

Paul – Je te rappelle que ce programme a été lancé par l’armée.

Virginie – Mais… pourquoi des missiles ?

Paul – Au cas où les habitants de la planète que nous coloniserons ne soient pas aussi accueillants qu’on peut l’espérer.

Virginie – Je vois… Je ne savais pas. Et les deux autres, ils sont au courant ?

Paul – J’étais le seul à le savoir. Jusqu’à maintenant.

Virginie – Alors mieux vaut qu’ils continuent de l’ignorer…

Paul – Oui, c’est aussi mon avis.

Virginie – Tu sembles savoir beaucoup de choses que nous ignorons… Qui t’a dit tout ça ? Pourtant, tu es un civil, comme nous. (Paul ne répond rien et semble un peu embarrassé.) Tu n’es pas un civil ?

Paul – Je faisais partie de l’armée, avec le grade de colonel. Depuis la mort accidentelle du général qui devait nous accompagner dans cette mission, et qui devait piloter cet engin, c’est moi qui représente le gouvernement militaire sur ce vaisseau.

Virginie – Le gouvernement… Il est où, aujourd’hui, ce gouvernement mondial ? Quelques généraux gâteux désignés pour nous conduire jusqu’au bord du précipice, mais en rang par deux, en marchant au pas et en fermant sa gueule…

Paul – Il y avait quand même quelques résistants. Je n’ai pas connaissance que tu en faisais partie.

Virginie – Comment le sais-tu ?

Paul – J’étais bien placé pour le savoir…

Virginie – Je vois… Tu faisais partie de la police politique, c’est ça ? En somme, toi aussi tu es un infiltré.

Paul – Tout ça c’est de la littérature. Aujourd’hui, c’est moi qui suis là, que vous le vouliez ou non.

Virginie – Oui… À la place de ce général… Qu’est-ce qui lui est arrivé, au fait, à ce pauvre homme ? Ce n’est pas toi qui aurais précipité sa fin, par hasard, pour prendre sa place à bord de cette Arche de Noé ?

Paul – Tout ça n’a plus aucun sens, de toute façon.

Un temps.

Virginie – Est-ce qu’au moins vous êtes sûr de savoir lancer un missile, Colonel ?

Paul – Je n’ai jamais servi dans des unités de combat. Mais ça ne doit pas être si compliqué que ça.

Virginie – Donc, ce n’est pas pour tes compétences scientifiques que tu es là. En fait, tu es le seul de nous quatre à n’avoir aucune compétence particulière.

Paul – Je suis très doué en bricolage, et j’ai des couilles. Le mari idéal, quoi. Et puis vous l’avez dit vous-mêmes, pour arriver à survivre et à se reproduire en milieu hostile, ce sera tout aussi utile qu’un doctorat en astrophysique.

Paul s’affaire à son poste de commande.

Virginie – Tu crois que ça peut marcher ton missile, pour nous dégager un passage vers les étoiles à travers le cimetière qui est au-dessus de nos têtes ?

Paul – On verra bien. Tu as une autre idée ?

Virginie – Non.

Paul – Alors vas-y, fais décoller cette putain de fusée !

Virginie (ironique) – À vos ordres, Colonel… Je commence la check list. Ensuite on pourra lancer le compte à rebours. Je vais rejoindre le poste de pilotage supérieur. Tu peux demander à Ève de me remplacer ? Il faut aussi surveiller la météo… et le niveau d’eau dans le silo.

Paul – Tu crois qu’on peut lui faire confiance ?

Virginie – J’en prends la responsabilité.

Paul – Je lui dis de venir.

Il sort. Virginie s’affaire un instant devant ses instruments. Ève revient.

Virginie – Merci. On va avoir besoin de toi pour faire décoller cet engin. Je suis biologiste, moi, pas pilote de fusée. Je n’ai même pas mon permis voiture.

Ève – La bonne nouvelle, c’est que là où on va, tu ne risques plus d’en avoir besoin. À supposer qu’on réussisse un jour à reconstruire une voiture et une route, il n’y aura aucun flic pour te verbaliser.

Virginie – Il faut bien que la fin du monde ait quelques avantages…

Ève – Un problème ?

Virginie – Devant Paul, j’ai fait mine de savoir de quoi je parlais, en prononçant les mots de check list et de compte à rebours, mais je n’ai aucune idée de ce qu’il faut faire pour faire décoller cette fusée. Tu le sais, toi ?

Ève – J’ai reçu une formation de quelques heures à peine, comme toi. En catastrophe, juste avant que le centre spatial ne soit englouti sous les eaux. Mais bon… j’ai pu sauver le manuel de bord.

Elle sort de sa poche un livret.

Virginie – Si on a le mode d’emploi, alors… On est sauvés. Et l’humanité avec nous. J’espère que c’est plus simple qu’une notice de meubles à monter en kit…

Elle s’asseyent l’une à côté de l’autre et commencent à manœuvrer leurs instruments tout en jetant de temps à autre un regard sur la notice.

Ève – Je crois que j’ai compris l’idée générale. Ça n’a pas l’air si compliqué que ça finalement.

Virginie – Oui, c’est ce que me disait Paul au sujet de…

Ève – De ?

Virginie – Je ne sais plus… Bon, alors je te fais confiance… Je peux te laisser un instant ? Il faut que je monte.

Ève – Ils sont déjà deux dans le poste de pilotage supérieur. Tu crois qu’ils ont besoin de toi ?

Virginie – Non… Mais j’ai envie de pisser.

Ève – OK. Va pisser, et on sauvera le monde après. Je peux te poser une question, avant ?

Virginie – D’accord, mais vite fait… Je t’ai dit, ça urge.

Ève – Si Alban devait se mettre en couple avec moi, ça te dérangerait ?

Virginie – Si ça pouvait le convaincre de ne pas s’opposer à notre mission, je dirais même que je t’y encourage.

Ève – Mais ça ne te laisserait plus que Paul…

Virginie – Vu comme ça, c’est vrai que… Paul est crétin, d’accord. Et peut-être même un salopard. Mais au moins il est vivant.

Ève – Oui. C’est marrant. De n’être plus que quatre sur Terre, ça rend tout d’un coup très indulgent avec les défauts des uns et des autres.

Virginie – Bon, maintenant, il faut vraiment que je pisse.

Virginie sort. Alban revient.

Alban – Alors tu as changé de camp ?

Ève – Je ne suis pas en guerre, Alban. Je partage ton analyse. L’humanité ne mérite sans doute pas de vivre. Mais les hommes…

Alban – Quelle différence fais-tu entre les deux ?

Ève – Je déteste comme toi les pires crimes que l’humanité a pu engendrer. Mais je ne peux pas m’empêcher d’aimer certains hommes… Comme toi, par exemple.

Il semble un peu troublé.

Alban – Je ne suis pas un homme pour toi, crois-moi.

Ève – J’ai toujours aimé les causes désespérées…

Alban – Tu mérites mieux que moi, je t’assure.

Ève – Évidemment que je mérite mieux que toi ! Mais tu crois que j’ai le choix, maintenant ? C’est toi ou Paul…

Alban – Vu comme ça, évidemment.

Ève – C’est ton ex ?

Alban – Qui ?

Ève – Virginie ! Il n’y en a plus que deux sur Terre à part nous. À moins que tu ne préfères les hommes… Ce qui réduirait encore d’autant les chances de survie pour l’espèce humaine.

Alban – On a eu… une liaison.

Ève – Et ça n’a pas marché…

Alban – J’étais marié à l’époque, mais pas avec elle… Et puis elle me trouvait trop intransigeant.

Ève – Sans blague…

Alban – C’est elle qui a décidé de mettre fin à notre… aventure.

Ève – Une aventure ? Ça m’a toujours amusée, ce mot, pour parler d’une histoire d’amour. On imagine un couple, dans la jungle, en train de se frayer un chemin à la machette en essayant d’éviter toutes sortes de danger, pour trouver finalement un trésor enfoui dans une pyramide Inca.

Alban – Alors que le plus souvent, s’agissant d’un adultère, ça consiste seulement à louer une chambre par internet dans un hôtel sordide où on peut payer en liquide.

Ève se rapproche de lui.

Ève – Est-ce que l’amour est une aventure, je ne sais pas… Avec toi, sûrement.

Alban – Si notre histoire d’amour devait commencer sur cette planète inconnue, ça pourrait bien ressembler à ce que tu décris. Moi Tarzan, toi Jane. Mais je ne suis pas sûr d’avoir vraiment le profil pour jouer les Tarzan…

Ève – Donc tu envisages quand même la possibilité d’une aventure avec moi…

Alban – J’envisage surtout d’en finir avec tout ça. Mais si on devait s’en sortir malgré tout… Virginie et moi, c’est du passé. Comme tu dis, à quatre, ça ne laisse pas beaucoup de possibilités.

Ève – Ça me touche beaucoup, ce que tu dis là. C’est très romantique.

Alban – Je croyais que notre mission, c’était la reproduction.

Ève – Si c’est un devoir, alors… Mais ça ne fait rien, je prends…

Ève l’enlace. Virginie revient.

Virginie – J’espère que je n’interromps pas le début de quelque chose…

Ève se reprend.

Ève – La météo sera optimale dans deux heures exactement.

Virginie – Je vous conseille d’aller dormir un peu. On aura besoin de tout le monde pour faire décoller cet engin.

Alban – Vous préférez nous savoir en train de dormir, c’est ça ?

Virginie – Je m’engage à ne pas en profiter. Pour vous tuer tous les deux, je veux dire…

Elle sort. Ève se rapproche à nouveau d’Alban.

Ève – C’est peut-être la dernière fois, Alban. La dernière nuit sur cette terre. La dernière occasion pour un homme et une femme de prouver que l’amour est plus fort que tout.

Alban – Pourquoi est-ce que j’ai envie de te croire ?

Ève – Eros et Thanatos, ces deux-là feront toujours bon ménage. La perspective de mourir, ça donne envie de baiser, c’est connu.

Alban – Il paraît même que certains pendus se mettent à bander en se balançant au bout de leur corde.

Ève – Tu sais parler aux femmes, toi. Et tu te demandes encore pourquoi Virginie t’a quitté ?

Elle le prend par la main, et ils sortent.

Noir.

 

Acte 2

 

Paul et Virginie sont installés à leurs postes et s’affairent à diverses manipulations.

Virginie – Pour moi, tous les paramètres sont OK.

Paul – Pour moi aussi. Et on ne peut plus attendre. La paroi du silo de lancement est sur le point de céder. L’eau monte de minute en minute. Elle atteint déjà le bas de la fusée. Il faut lancer le compte à rebours.

Virginie – On ne les réveille pas avant ?

Paul – Pour reprendre ces polémiques stériles ? On leur a proposé de quitter l’Arche. Maintenant, qu’ils le veuillent ou non, ils seront du voyage.

Virginie – D’accord. Je déclenche le protocole. (Elle procède à quelques manipulations.) C’est parti… Plus que dix minutes avant le départ.

Paul – Je lance le missile pour nous frayer un passage à travers ce tas de merde.

Virginie – Ce tas de merde, comme tu dis, il est aussi composé de ce qui reste de l’humanité toute entière.

Paul – Oui, c’est bien ce que je disais.

Virginie – Vas-y.

Paul s’affaire à son poste, sous le regard inquiet de Virginie.

Paul – C’est parti. Impact dans 75 secondes.

Virginie – OK.

Paul – Tu vas rire, mais je n’étais pas sûr de savoir comment lancer ce missile.

Virginie – Tu vas rire toi aussi, mais je ne suis pas complètement certaine de savoir comment faire décoller ce tas de ferraille…

Paul – Une minute avant l’impact. Il faut attendre…

Un temps.

Virginie – Comment on a pu en arriver là ?

Paul – Je crois que tu l’as déjà dit. Je t’ai répondu que je ne savais pas, et tu m’as rétorqué que ce n’était pas vraiment une question.

Virginie – Comment est-ce possible qu’on n’ait pas pu arrêter ça ? C’est ça la vraie question…

Paul – Il y a eu de multiples tentatives pourtant. À chaque fois qu’une étape de plus était franchie vers cette fin du monde annoncée.

Virginie – À chaque fois les mesures prises étaient insuffisantes. Des demi-mesures faites pour régler des problèmes qui s’étaient aggravés entre-temps.

Paul – Quand elles étaient vraiment appliquées. Tous les gouvernements de tous les pays du monde trichaient.

Virginie – En mettant en avant qu’ils avaient d’autres préoccupations plus urgentes.

Paul – Faire tourner l’économie.

Virginie – Nourrir la planète.

Paul – Ne pas trop contrarier les électeurs.

Virginie – Jusqu’au moment où on a supprimé les élections.

Paul – Je crois que le début de la fin, c’est quand Donald Trump est arrivé au pouvoir. Tu te souviens ?

Virginie – Je n’étais pas encore née… mais oui, j’ai entendu parler de ça.

Paul – À partir de ce moment-là, c’était vraiment foutu.

Virginie – Quand tous les cons qui votent choisissent comme roi le plus con d’entre eux, ça ne peut que tourner mal.

Paul – Après tout a été très vite. Cette guerre nucléaire entre l’Inde et le Pakistan, qui a déclenché la Troisième Guerre Mondiale. Les intégrismes religieux. L’instauration des dictatures. Les génocides. La famine. L’accélération du réchauffement. La montée des eaux…

Virginie – Et puis après, c’était irréversible.

Paul – Je ne sais même plus exactement qui a été à l’origine de ce programme de la dernière chance qui va peut-être nous sauver la vie aujourd’hui.

Virginie – Je crois surtout que ce programme, tout le monde l’avait oublié. C’est sans doute pour ça que par miracle, on a pu le conduire à son terme.

Paul – Au départ, il s’agissait de reconstituer une nouvelle Arche de Noé. Et puis finalement, il n’y a plus que nous.

Virginie – Tout ça est tellement absurde. Quel immense gâchis. Est-ce que ça vaut encore le coup. Ça me donne envie de pleurer…

Paul semble ému lui aussi, pour la première fois, et il a un geste de réconfort pour Virginie.

Paul – Allez… Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

Virginie (retenant ses larmes) – C’est fou comme ce genre de phrases à la con reprennent soudain tout leur sens dans certaines circonstances exceptionnelles…

Paul – J’en ai d’autres si tu veux…

Virginie – Comme quoi ?

Paul – C’est après la foire qu’on compte les bouses.

Virginie – Celle-là, il faudra que tu me l’expliques…

Paul – Ça veut dire que…

Virginie – Non mais pas maintenant. Là il faut qu’on sauve l’humanité.

Paul – OK.

Virginie se reprend.

Virginie – Merci… Finalement, tu es un philosophe, Paul. Il suffisait seulement d’attendre le bon moment pour que le monde entier s’en aperçoive.

On entend un grondement sourd.

Paul – L’impact a eu lieu. Qu’est-ce que ça donne ?

Virginie observe son écran.

Virginie – La couche de débris est légèrement plus mince à l’endroit de l’explosion. Mais elle est toujours là. J’espère que ça suffira.

Paul – Il faut décoller tout de suite, on n’a pas le choix.

Alban et Ève reviennent.

Virginie – Ah, voilà Alban et Ève… (Avec un sous entendu amusé) Alors ? Bien dormi ?

Alban – J’ai été réveillé par le grondement d’une explosion. Qu’est-ce que c’est ?

Virginie – Je ne sais pas…

Alban – Ne me prenez pas pour un con.

Paul – J’ai lancé un missile, pour nous ouvrir un chemin parmi les décombres qui flottent à la surface.

Ève – Un missile ?

Alban – Je ne savais pas que nous étions à bord d’un bâtiment de combat…

Paul – Les caravelles de Christophe Colomb aussi étaient équipées de canons.

Alban – Alors vous nous aviez aussi caché ça.

Virginie – Je n’étais pas au courant, je te le jure.

Alban – Je m’oppose à ce départ. Je refuse que l’inauguration possible d’une nouvelle humanité commence par le massacre des habitants de Y214. Car j’imagine que vous savez aussi que cette planète est habitée.

Silence embarrassé.

Virginie – Paul ? Qu’est-ce que tu sais encore, que tu ne nous aurais pas dit ?

Paul – Une planète habitable est forcément habitée. La nature a horreur du vide. On ne sait pas quel est le degré de développement de cette civilisation, mais oui. Il y a… quelque chose.

Ève – Ça change tout.

Paul – Pour moi, ça ne change rien.

Ève – Mais pour moi oui.

Alban – Il ne s’agit plus simplement de trouver un refuge pour l’humanité. Il s’agit d’aller coloniser un nouveau monde, en soumettant ou en exterminant les populations autochtones.

Paul – Et qu’est-ce que tu comptes faire pour empêcher ça ?

Alban – Je pourrais te tuer.

Paul – Mais tu ne le feras pas.

Alban semble hésiter.

Alban – Alors je te propose un deal.

Paul – Tiens donc…

Alban – Je ne m’opposerai pas à ce départ. Puisque c’est ce que vous souhaitez tous les trois, j’accepte de vous laisser partir. Et même de partir avec vous et de faire tout mon possible pour que ce voyage réussisse.

Paul – Mais…

Alban – J’exige que tous les missiles soient lancés avant notre départ.

Ève – Moi aussi. Si nous survivons, je refuse que ce soit au prix d’un nouveau massacre.

Virginie – Je suis d’accord. Nous ne pouvons pas reconstruire une civilisation sur les décombres de celle que nous aurions détruite pour prendre sa place.

Ève – On essayera de s’entendre avec cette population autochtone. Sinon, c’est nous qui périrons.

Paul semble hésiter.

Paul – D’accord.

Alban – Alors lance les maintenant.

Paul – OK. C’est parti pour le bouquet final. De toutes façons, il faut se frayer un passage à travers tous ces déchets. Et le premier tir n’a pas suffit.

Paul procède à diverses manipulations.

Ève – Quels déchets ?

Virginie – Je t’expliquerai…

Paul – Impact dans dix secondes. Je m’améliore…

Silence de mort. On entend quelques grondements lointains.

Virginie – Alors ?

Paul – Je crois que maintenant, la voie est libre.

Virginie – Parfait… Départ dans quatre minutes et vingt-et-une secondes.

Alban – Ce n’est pas tout.

Paul – Quoi encore ?

Alban – Que nous survivions tous, ça ne me pose pas de problème.

Paul – Merci de ta générosité.

Alban – Pourvu que l’humanité disparaisse avec nous.

Paul – Tiens donc… Et qu’est-ce que tu proposes ?

Alban sort une fiole qu’il tend à Paul.

Alban – La stérilisation chimique définitive.

Paul – C’est une blague ?

Alban – Je suis médecin, vous le savez. On avait mis au point ce produit pour limiter les naissances en Inde. C’est absolument indolore et c’est efficace à cent pour cent.

Virginie – Ce n’est pas drôle, Alban.

Alban – Ce n’est pas une plaisanterie.

Ève – Tu vas trop loin.

Alban – J’ai toujours pensé que l’humanité ne méritait pas d’exister. Aujourd’hui, sa survie est entre mes mains. Je ne laisserai pas échapper cette occasion unique d’en terminer avec le genre humain.

Paul – Et tu n’as rien trouvé de mieux ?

Alban – Je ne me satisferai pas d’une promesse. Je suis médecin, je peux procéder à ma propre stérilisation et à celle de Paul.

Paul – Alors comme ça, tu veux me castrer ? Tu te prends pour un vétérinaire, et tu me prends pour un clebs ?

Virginie – Je crois qu’il se prend pour Dieu. Ça a toujours été ça, son problème.

Alban – J’ai seulement parlé de stérilisation… Tu resteras un homme, rassure-toi.

Paul – Monsieur est trop bon…

Ève – Tu es devenu fou, Alban. Comment peux-tu proposer une horreur pareille ?

Virginie – Non, Alban, nous n’accepterons pas de vivre pour être les derniers des Mohicans. Si ça doit arriver, ça arrivera. Mais ça ne peut pas être un choix. En tout cas, ce n’est pas le mien. Oui, l’humanité est capable du meilleur comme du pire. Cela s’appelle la liberté. Et on n’a rien trouvé de mieux que la liberté pour que la vie mérite d’être vécue. Qu’est-ce que tu voudrais ? Qu’on soit seulement guidés par nos instincts, comme des animaux ? Qu’on soit tous parfaits, comme seuls des robots peuvent l’être ? Oui, l’humanité, si elle survit, reproduira sans doute les mêmes erreurs. Les mêmes monstruosités.

Alban – Même Auschwitz ?

Ève – Peut-être Auschwitz. Peut-être pas. Ça s’appelle le libre arbitre. Et c’est le propre de l’homme.

Alban – D’accord, on avait le choix de faire de cette terre un paradis ou un enfer. Et qu’a-t-on fait ?

Paul sort un pistolet d’allure futuriste.

Paul – Maintenant ça suffit.

Virginie – Où as-tu trouvé cette arme ?

Paul – Tu veux mourir, je vais exaucer tes vœux. Mais tu ne nous empêcheras pas de vivre.

Alban – Tu es sûr de savoir te servir de ça ? Attention, tu pourrais te blesser…

Virginie – Il ne plaisante pas, Alban. Il sait se servir d’une arme, et il s’est déjà servi de celle-ci pour éliminer ceux qui se sont mis en travers de sa route. Il était membre de la police militaire.

Alban – Un flic, j’aurais dû m’en douter…

Paul met Alban en joue.

Ève – Ne tire pas ! Il est fou, mais il ne mérite pas de mourir. Et si je comprends bien, tu ne vaux pas mieux que lui.

Virginie – Tu vas le tuer, et après, qu’est-ce que tu feras ? Tu vas nous tuer aussi ?

Ève – Quand tu seras le dernier représentant de l’espèce humaine dans l’univers, et qu’il n’y aura plus personne pour te contredire, tu crois que tu seras plus avancé ?

Virginie – On ne peut pas se passer de lui, Paul. On ne peut se passer de personne. Deux couples, c’est le minimum pour espérer sauver l’espèce humaine.

Ève – Et tout simplement pour survivre dans un environnement très difficile. Tu trouves qu’on est trop nombreux comme ça ?

Virginie – Je te rappelle qu’il est médecin. Tu pourrais bien regretter de l’avoir tué le jour où tu seras blessé ou malade.

Paul semble hésiter.

Paul – Tu as de la chance d’avoir ton fan club… Attachez-le.

Virginie s’approche pour l’attacher.

Virginie – Désolée, tu ne nous laisses pas le choix.

Paul – En tout cas il faut faire vite maintenant. Où en est le compte à rebours ?

Profitant d’un instant d’inattention, Alban se jette sur Paul et après une brève lutte, parvient à lui arracher son pistolet, avec lequel il le met en joue.

Alban – Arrête tout de suite le protocole de départ. On ne va nulle part.

Virginie manipule quelques boutons.

Virginie – Procédure interrompue.

Alban pointe son arme vers Paul.

Ève – Ne tire pas !

Alban – Donne-moi une bonne raison de ne pas tirer !

Ève – Je suis enceinte.

Alban, qui fixait Paul, se tourne vers Ève.

Alban – De lui ?

Ève – Mais non, pas de lui ! Tu m’imagines baiser avec cet abruti ?

Paul – Merci…

Alban – De moi ?

Ève – On vient à peine de faire l’amour ensemble. Comment je pourrais affirmer être enceinte de toi ? Tu es sûr que tu es vraiment médecin ?

Paul – Tiens donc… Il voulait me stériliser, et il a déjà engrossé la moitié de l’équipage…

Alban – Alors tu es enceinte de qui ?

Ève – De mon mari, tout simplement. Il devait partir avec moi. Il est mort il y a un trois semaines. C’est toi qui as pris sa place…

Paul – Mais quand tu dis qu’il l’a remplacé, tu veux dire…?

Ève – Toi tu la fermes, ou sinon, je te jure que c’est moi qui vais te tuer.

Paul ne prend pas cette menace à la légère. Alban est déstabilisé.

Paul – Depuis quand est-ce que tu le sais ?

Ève – Un mois. Vu les circonstances, je ne pensais pas nécessaires de vous en informer.

Virginie – C’est un signe, Alban. Est-ce que tu vas condamner cet enfant, ou lui donner une chance de vivre ? Tu es médecin…

Alban hésite avant de baisser son arme.

Alban – D’accord, je vais coopérer… De toute façon, on n’a que très peu de chances de survie, même en conjuguant nos efforts.

Virginie – Je relance le protocole.

Ève – Je vais au poste de pilotage supérieur.

Alban – Je t’accompagne.

Ils sortent. Les deux autres se mettent au travail pour préparer le décollage.

Paul – Donc Alban et Ève sont en couple. Ça devait arriver.

Virginie – Oui. Mais Ève est déjà en cloque, et ce n’est pas Alban le père. Ce n’est pas très catholique, tout ça…

Paul – Jésus non plus n’était pas le fils de son père.

Virginie – Et dire que ces gens-là nous auront fait la morale jusqu’au bout…

Paul – En tout cas maintenant, on n’a plus le choix… Je veux dire, nous deux…

Virginie – C’est la pire déclaration que j’ai jamais entendue.

Paul – Paul et Virginie, on était fait pour se rencontrer, non ?

Virginie – Mais si je me souviens bien, Paul et Virginie, ça ne se termine pas très bien…

Paul – Ah oui ? Remarque, au point où on en est…

Virginie – Tu as raison… Une histoire qui commence aussi mal que la nôtre, est-ce que ça peut vraiment se terminer encore plus mal ?

Noir.

 

Acte 3

 

Paul, Virginie, Alban et Ève sont à leurs postes, concentrés sur les préparatifs du décollage.

Paul – Cette fois, on y est. C’est le moment de vérité.

Ève – Trente secondes avant le décollage.

Effets spéciaux sonores et lumineux pour marquer la mise à feu.

Virginie – Les quatre réacteurs sont allumés.

Paul – Tous les voyants sont au vert.

Ève – C’est parti.

Alban – La fusée est sortie du silo.

Virginie – On accélère.

Ève – On est à moins de cent mètres de la surface.

Virginie – On va traverser la couche de décombres qui flottent encore au-dessus de nous. Ça va secouer un peu…

Nouvelles perturbations.

Paul – On a franchi l’obstacle. On est dans l’atmosphère terrestre !

Virginie – J’espère que la structure n’a pas trop souffert, et que la carlingue n’est pas endommagée.

Alban – Tous les paramètres sont OK. Nous prenons de l’altitude.

Ève – Nous sommes à cinq mille pieds.

Virginie – Nous quittons l’atmosphère de la Terre.

Moment d’émotion, ils échangent un regard à la fois soulagé et grave.

Alban – Regardez bien cette planète s’éloigner. Cette Terre dont nous avons fait un gigantesque cimetière, c’est la dernière fois que vous la voyez.

Ève – Et nos enfants ne la verront jamais plus.

Virginie – Pas avant des centaines de générations en tout cas, avant que les hommes, s’ils parviennent à survivre, soient en mesure de reconstruire un engin de ce type.

Paul – Il faudra pour ça rebâtir une civilisation. Une industrie.

Ève – En veillant à ce que cette révolution industrielle ne nous conduise pas au bord du même précipice.

Paul – Nous avons quitté la zone d’attraction terrestre. Je branche la gravité artificielle.

Virginie – La Terre est déjà loin. Nous allons contourner la Lune.

Ève – Le sort de l’humanité est entre nos mains.

Alban – Pour le meilleur ou pour le pire. À nous de choisir.

Même Paul semble ému. Il se rapproche pour lui tendre la main.

Paul – Sans rancune, Docteur.

Alban accepte de lui serrer la main.

Alban – Vous pouvez compter sur moi.

Ève – On n’a pas le choix, il va falloir s’entendre.

Paul – J’ai conscience de la responsabilité qui est la nôtre. Moi aussi, j’ai perdu toute ma famille. Mes amis.

Alban – Il faudra qu’on écrive tout ça dans un livre, pour les générations futures. Pour éviter qu’elles ne reproduisent les mêmes erreurs.

Virginie – Mais est-ce qu’elles nous croiront ?

Ève – En fait, tout ça, tout ce qui nous arrive, c’était déjà écrit dans la Bible. Le déluge, l’Arche de Noé…

Virginie – On a pris ça pour des contes à dormir debout…

Ève – Même sans croire en Dieu, on aurait dû comprendre la portée symbolique de ce livre qui nous vient de la nuit des temps.

Alban – Comment faire pour que notre message à nous parvienne intact jusqu’à ceux qui nous succéderont. Dans des milliers voire des millions d’années…

Paul – Je ne sais pas.

Virginie revient à son poste de commandement.

Virginie – J’ai branché le pilotage automatique.

Paul – J’ai réussi à sauver une bouteille de champagne russe.

Virginie lui lance un regard réprobateur.

Virginie – Tu crois vraiment qu’il y a lieu de fêter ça ?

Paul – Tu as raison, on le débouchera en arrivant.

Ève – Maintenant il va falloir rejoindre les caissons d’hibernation. Pour économiser nos réserves en oxygène. On en aura besoin à l’arrivée.

Alban – Si on se réveille un jour. Parce que beaucoup de choses peuvent arriver pendant un voyage de quelques milliers d’années, dans un vaisseau qui va à la vitesse de la lumière.

Virginie – Et si nous nous réveillons, reste à savoir si ce sera au paradis ou en enfer…

Ève – En attendant, c’est l’ordinateur de bord qui gérera tous les problèmes qui pourraient survenir, et qui prendra les décisions à notre place.

Alban – Espérons que lui, au moins, ne se trompera pas.

Virginie – Alors c’est le moment de se dire au revoir.

Ève – Ou adieu…

Ils se serrent l’un l’autre dans les bras.

Alban – Bonne chance.

Ève – Et à la grâce de Dieu.

Alban – Je ne crois pas en Dieu. Mais j’espère que lui croit en nous.

Virginie – On ne va pas tarder à le savoir.

Alban – Alors rendez-vous… dans seize mille ans. Peut-être…

Noir.

 

Acte 4

 

Alban et Ève se réveillent lentement de leur sommeil.

Ève – Alban ?

Alban – Ève ?

Ève – Tout va bien ?

Alban – Il me semble.

Ève – En tout cas, on est toujours en vie.

Alban – Oui… Enfin, je crois…

Ève – C’est curieux. Je me sens en pleine forme.

Alban – Moi aussi. Je ne me suis jamais senti aussi bien.

Ève – Peut-être que ça n’a pas marché…

Alban – Quoi ?

Ève – L’hibernation. On a dormi combien de temps ?

Alban – Je ne sais pas… J’ai l’impression d’avoir dormi une heure.

Ève regarde un cadran.

Ève – On a dormi exactement… seize mille deux cent quatorze ans sept mois trois semaines deux jours et une heure.

Alban – Ah oui quand même…

Ève – C’est ce qui s’appelle une grasse matinée.

Alban – Je ne te demande pas quel jour on est.

Ève – Sur Terre, on serait vendredi.

Alban – Mais tout ça… ça ne veut plus rien dire du tout.

Ève – Notre planète d’origine est à des milliers d’années lumière, et toute vie a probablement disparu de sa surface.

Alban – On est déjà arrivés à destination ?

Ève – Pas tout à fait. L’ordinateur de bord devait nous réveiller à l’approche de ce nouveau système solaire, 24 heures avant d’entrer dans l’atmosphère de Y214.

Alban – Et les deux autres ?

Ève – Ils dorment encore, apparemment.

Alban – Ce serait le bon moment pour s’en débarrasser. (Elle lui lance un regard réprobateur.) Je plaisante.

Ève – On va attendre encore un peu. La cryogénisation, c’est un processus très délicat. Mieux vaut ne pas brusquer les choses.

Alban – Et ton enfant ? Il bouge encore, lui aussi.

Ève – Ce n’était qu’un embryon quand on a congelé sa mère il y a seize mille ans. Il ne va pas bouger avant un certain temps.

Alban – La plus longue gestation de l’histoire de l’humanité… Comment est-ce qu’on l’appellera ?

Ève – Pas Caïn, en tout cas. Mais il faut encore lui trouver une terre d’accueil.

Alban – Y214… On devra lui trouver un nom aussi, à notre planète…

Ève – Tout de même… C’est un moment extraordinaire. Pour la première fois, des hommes vont entrer en contact avec une forme de vie totalement inconnue.

Alban – C’est excitant, c’est vrai. Et ça fait peur aussi…

Ève – J’ai l’impression d’être Christophe Colomb quelques heures avant de débarquer en Amérique.

Alban – L’Amérique, c’était quand même la même planète.

Ève – Est-ce que nous on va pouvoir s’adapter ?

Alban – Et est-ce que cette planète et ses éventuels habitants vont pouvoir s’adapter à nous ? Ne serait ce qu’aux virus qu’on transporte inévitablement avec nous.

Ève – On ne va pas tarder à le savoir.

Alban – Ç’aurait pu être un moment merveilleux. Mais il a fallu que l’Homme mette fin à l’humanité pour en arriver là.

Ève – On s’approche de la première planète de ce système solaire. Apparemment, elle est totalement inhabitable. Trop loin de son étoile.

Alban – Tout confirme que Y214 est bien habitable. L’atmosphère et la pesanteur sont très similaires à celles de la Terre. Une pesanteur légèrement moindre. Mais c’est infime.

Ève – Comment perdre quelques kilos sans effort… Il suffit de changer de planète.

Alban a un geste tendre envers elle.

Alban – Tu es très bien comme ça. Seize mille ans, et pas une ride…

Ève – Merci…

Ils s’embrassent.

Alban – Il faudrait peut-être les réveiller.

Ève – Vas-y… Je vais superviser la navigation. On se rapproche de notre destination finale… Si l’ordinateur ne nous a pas perdus en route. Le système de localisation est en panne pour l’instant…

Alban s’approche du caisson où repose Virginie.

Alban – J’ai l’impression d’aller réveiller la Belle au Bois Dormant.

Ève – Je t’interdis de l’embrasser…

Il se penche sur le caisson.

Alban – Non…

Ève – Quoi ?

Alban – Il n’y a personne dans le caisson.

Ève – Ce n’est pas possible…

Ève s’approche du caisson où est supposé reposer Paul.

Ève – Personne non plus…

Alban – Ils seraient déjà réveillés ?

Ève – Ils sont peut-être là-haut…

Alban – Je vais aller voir.

Ève – Ne me laisse pas seule trop longtemps, parce que c’est vraiment flippant. Tu ne veux pas que je vienne avec toi ?

Alban – Il faut que quelqu’un reste aux commandes.

Il sort. Ève s’affaire aux commandes. Elle semble surprise, puis inquiète. Elle manipule divers instruments de bord.

Ève – Et merde…

Alban revient au bout d’un instant, la mine défaite.

Ève – Alors ?

Alban – Oui, ils sont là-haut…

Ève – Mais…?

Alban – Ils sont morts.

Ève – Morts ? Dis-moi que tu n’y es pour rien.

Alban – Je n’y suis pour rien.

Un temps.

Ève – Mais morts comment ? Depuis combien de temps ?

Alban – Je ne sais pas exactement. Visiblement depuis très longtemps. Je te passe les détails…

Ève – Qu’est-ce qui a bien pu se passer ?

Alban – Je ne sais pas. Quelque chose n’a pas dû fonctionner dans leur hibernation. Le processus a été interrompu accidentellement. Ils se sont sans doute réveillés alors que le vaisseau était à mi-distance.

Ève – Impossible de revenir en arrière, et un délai beaucoup trop long pour parvenir à destination vivants.

Alban – Ils ont survécu pendant quelques temps, quelques mois, quelques années, et puis ils sont morts.

Ève – Ils n’ont pas pu se remettre en hibernation. Ils sont morts de vieillesse.

Alban – C’est dingue… Ils auraient pu nous réveiller… Nous tuer… Il ne restait que deux caissons en état de marche.

Ève – Ils auraient pu nous sacrifier pour s’en sortir à notre place.

Alban – Ils ne l’ont pas fait. Ils nous ont laissés dormir pendant seize mille ans.

Ève – Tu vois. Les hommes sont parfois capables du meilleur.

Alban – Oui… Ou alors c’est elle qui l’en a empêché.

Ève – On ne saura jamais ce qui s’est passé exactement.

Alban – J’espère au moins qu’on trouvera une terre où les ensevelir.

Un temps.

Ève – Alors maintenant, nous sommes vraiment seuls dans l’univers… Seuls avec cet enfant que je porte dans mon ventre.

Alban – Heureusement qu’il n’est pas de moi. Si on en fait un autre et qu’on compte sur eux pour perpétuer l’espèce, au moins ce ne sera que la moitié d’un inceste.

Ève – Au point où on en est, on n’est plus à ça près.

Alban – Et puis la Bible n’était pas si regardante là-dessus… Pour perpétuer l’espèce, les enfants d’Adam et Ève ont bien dû se marier ensemble, non ?

Ève continue de regarder ses instruments.

Ève – Il y a quelque chose que je ne comprends pas.

Alban – Quoi ?

Ève – On n’est pas où on devrait être.

Alban – On est où, alors ?

Ève – Les instruments de mesure et de navigation ne fonctionnent plus. On n’a presque plus d’électricité. Impossible de savoir où on est.

Alban – Et encore moins où on va…

Ève – Alors qu’est-ce qu’on fait ?

Alban – Il n’y a plus qu’à attendre. Le pilotage automatique fonctionne encore. On verra bien où il nous conduit.

Ève – Espérons que ce sera à bon port…

Noir

 

Acte 5

 

Alban et Ève sont installés chacun à leur poste de commande. Ils sont concentrés sur leurs tâches et ils ont l’air soucieux.

Ève – Nous venons d’entrer dans l’atmosphère de cette planète inconnue. Et nous sommes sous l’emprise de son attraction.

Alban – Même si la plupart de nos instruments sont pour l’instant hors d’état de fonctionner, la procédure automatique d’atterrissage semble se dérouler normalement.

Ève – J’ai réussi à remettre en état un des panneaux solaires. Les batteries commencent à charger. On ne devrait pas tarder à recevoir des informations.

Alban – Il serait temps, parce que le sol se rapproche très rapidement.

Ève – Si nous atterrissons sur un astre mort, ce sera la fin. Nous n’avons plus de carburant, il sera impossible de repartir ailleurs. Cette planète sera notre refuge ou notre tombeau.

Alban – Espérons qu’il s’agit bien de Y214…

Ève – Ce serait un miracle que l’ordinateur de bord ait trouvé une autre planète habitable.

Alban – Nous ne sommes plus qu’à 10.000 mètres de la surface. On commence à distinguer quelque chose à l’œil nu.

Ève – Ça ressemble à un grand océan, avec quelques terres émergées.

Alban – Reste à savoir si cet océan est bien constitué d’eau, si cette atmosphère est respirable, et si ces terres sont habitables

Ève – Habitables par des êtres humains comme nous, tu veux dire. Cette planète peut très bien être habitée par une forme de vie qui aurait su s’y adapter, mais être totalement invivable pour des organismes comme les nôtres.

Alban – On distingue quelques taches de couleur. Du vert, principalement.

Ève – De la végétation ?

Alban – Peut-être. S’il y a de la végétation, il y a peut-être aussi des animaux.

Ève – Voire même une forme de vie intelligente.

Alban – Par intelligente, tu veux dire une espèce comme la nôtre, capable de détruire sa propre planète d’origine en l’espace de quelques siècles ?

Ève – Disons une espèce raisonnable, alors.

Alban – On commence à distinguer les détails.

Ève – Oui, c’est bien ça. Un immense océan, parsemé d’îles, avec une végétation luxuriante.

Alban – On ne voit pas de traces de civilisation…

Ève regarde un écran.

Ève – Ça y est, les batterie sont suffisamment chargées. L’ordinateur de bord commence à envoyer des informations.

Alban – Et alors ?

Ève – C’est incroyable à quel point cette planète ressemble à la Terre.

Alban regarde l’écran par dessus l’épaule d’Ève.

Alban – Elle a exactement les mêmes caractéristiques.

Ève – Oui… On dirait qu’elle matche à 99%. C’est incroyable…

Alban – Il y a un problème ?

Ève – Si on veut…

Alban – Quoi ?

Ève – L’ordinateur a pu enfin nous localiser.

Alban – Et ?

Ève – Nous ne sommes pas où nous devrions être.

Alban – On n’est pas sur Y214 ?

Ève – Pendant notre sommeil, l’ordinateur de bord a dû juger que la planète que nous visions n’était finalement pas habitable. Et il a décidé de changer le plan de vol.

Alban – Ou alors c’est eux…

Ève – Eux ?

Alban – Paul, Virginie… Ils se sont rendus compte que ce voyage nous conduisait à la mort, et ils ont changé de route.

Ève – Dans ce cas, ils ont décidé de rebrousser chemin.

Alban – Rebrousser chemin ?

Ève – Ce système, c’est notre système solaire. La planète que nous avons dépassée tout à l’heure, c’est Neptune. Et notre destination, c’est la Terre.

Alban – La Terre ?

Ève – Nous allons atterrir dans quelques minutes. Après un périple de seize mille ans dans la galaxie.

Alban – Tout ça pour ça… Alors finalement, nous revenons pour mourir sur cette terre qui nous a vus naître…

Ève – Pas sûr…

Alban – Quoi ?

Ève – D’après les informations que je reçois, pendant ces seize mille ans, la planète est redevenue habitable.

Alban – La Terre n’est plus seulement un vaste océan. On distingue clairement un chapelet d’îles.

Ève – Les calottes glaciaires se sont un peu reconstituées aux pôles.

Alban – Quelle est la température au sol ?

Ève – Encore dans les 80 degrés à l’équateur, mais tempérée ailleurs… Une vingtaine de degrés sur l’île où l’ordinateur a décidé de nous poser.

Alban – L’océan n’est plus en ébullition.

Ève – La planète est habitable. Partiellement, en tout cas…

Alban – Habitable… mais plus habitée.

Ève – Non… Apparemment, il n’y a plus personne… Aucune trace de vie humaine…

Alban – Quelques animaux, peut-être.

Ève – Des poissons, probablement. Certaines espèces qui auraient survécu à des profondeurs extrêmes. Et qui redeviendraient peu à peu amphibies.

Alban et Ève regardent ensemble vers un hublot imaginaire situé côté spectateurs.

Alban – Il faudra tout recommencer à zéro.

Ève – En essayant de ne pas refaire les mêmes erreurs…

Alban – J’aperçois l’endroit où nous allons nous poser. On voit même un palmier.

Ève – Tu es sûr que ce n’est pas un pommier ?

On entend un grondement, et un signal d’alerte clignote.

Alban – C’est quoi, ça ?

Ève – Le pilotage automatique ne répond plus. Je vais passer en manuel.

Alban – On va essayer de se poser en douceur.

Ils s’affairent tous les deux à leurs postes de commande. On entend un nouveau grondement et un nouveau signal d’alerte.

Ève – Qu’est-ce qui se passe encore ?

Alban – Les commandes manuelles ne répondent plus non plus.

Ève – L’Arche est devenue incontrôlable. Sa trajectoire est modifiée. Si on ne s’éjecte pas maintenant, on va se retrouver au beau milieu de l’océan…

Alban – La navette ne résistera pas à l’impact.

Ève – Au mieux on sera naufragés au milieu de cet océan, sans moyens de regagner une côte.

Alban – Qu’est-ce qu’on fait ?

Ève – Il faut s’éjecter. Finir la descente en parachute.

Alban – Alors adieu les derniers vestiges de la civilisation d’avant. On arrivera sur Terre dans le plus simple appareil.

Ève – Presqu’en tenue d’Ève et d’Adam.

Ils se lèvent pour endosser leurs parachutes, et s’approchent au devant de la scène, comme si c’était de ce côté qu’ils allaient sauter. Ils se donnent la main.

Alban – Bienvenue au Jardin d’Eden. Prête à réinventer l’humanité avec moi ?

Ève – Si on s’en sort, à nous de décider si nous ferons à nouveau de cette terre un enfer ou un paradis.

Ils font encore un pas en avant et se figent.

Alban – Go ?

Ève – Go !

Noir

Fin

  

Ce texte est protégé par les lois relatives au droit de propriété intellectuelle.
Toute contrefaçon est passible d’une condamnation
allant jusqu’à 300 000 euros et 3 ans de prison.

Avignon – Août 2019

© La Comédi@thèque – ISBN 978-2-37705-271-4

Ouvrage téléchargeable gratuitement

 

À cœurs ouverts

Posted juillet 22, 2019 By admin

Une comédie de Jean-Pierre Martinez

Jusqu’à 24 personnages (hommes et femmes)
Dans un bistrot situé en face d’un hôpital, et tenu par un drôle de patron, se croisent les destins d’hommes et de femmes à la recherche d’un cœur à prendre. Pour une transplantation, ou plus si affinité…

Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l’autorisation de la SACD :

Comédiathèque théâtre pièces télécharger textes gratuit

 

 

TÉLÉCHARGER LE PDF
GRATUITEMENT
ACHETER LE LIVRE
SUR AMAZON
ACHETER LE LIVRE
SUR BOOK EDITION
COEUR amazon BOOK

 

LIRE LE TEXTE INTÉGRAL DE LA PIÈCE

À cœurs ouverts

Scène 1

Un bistrot. Le patron est derrière son bar, en train d’essuyer des verres. Une femme arrive, ne respirant pas la joie de vivre. Sans un regard vers lui, elle vient s’installer au comptoir. Le patron l’observe un instant du coin de l’œil.

Patron – Madame… Qu’est-ce qui vous ferait plaisir ?

Elle – Vous avez de l’arsenic ?

Patron – C’est pour emporter ou pour consommer sur place ?

Elle – J’hésite encore…

Patron – Prenez un café en attendant. Avec un petit calva, ça vous remontera. Le calva c’est pour moi.

Elle – Un calva ? À cette heure-ci ?

Patron – Sachez que le calva est connu depuis l’Antiquité pour ses vertus antidépressives. J’en prescris tous les jours à mes clients, et personne ne s’est encore suicidé jusqu’à maintenant.

Elle – C’est gentil, mais je me contenterai du café. Je travaille à l’hôpital, juste en face.

Il lui prépare son café.

Patron – Aide-soignante… Ça ne doit pas être marrant tous les jours…

Elle – Chirurgien.

Patron – Ah… Pardon Docteur…

Elle – C’est un peu mieux payé, mais ce n’est pas forcément plus marrant.

Patron – Je vois ça…

Elle – Et encore, je ne vous parle que de mon boulot. Heureusement que je bosse jour et nuit. Ne pas avoir de vie privée, ça n’a pas que des inconvénients, vous savez… quand on a une vie de merde…

Il lui tend un journal.

Patron – Jetez un coup d’œil à votre horoscope, il prévoit peut-être une amélioration passagère.

Elle jette un regard au journal.

Elle (lisant) – « Vous donnerez votre cœur à un inconnu »…

Elle repose le journal sur le comptoir.

Patron – C’est une bonne nouvelle, non ?

Elle – Ça dépend.

Patron – Il ne faut pas donner son cœur à n’importe qui, c’est sûr.

Elle – Et surtout, il vaut mieux le donner de son vivant.

Patron – Je ne suis pas sûr de vous suivre…

Elle – « Vous donnerez votre cœur à un inconnu »… Regardez, ce n’est pas à la rubrique amour, c’est à la rubrique santé…

Patron – Ça doit être une erreur…

Elle – J’ai un patient qui attend une transplantation cardiaque. Il nous manque juste un donneur en bonne santé. Mais mort de préférence.

Patron – Ah oui…

Elle – On ne peut rien faire d’autre que d’attendre… Il faudra que quelqu’un meurt pour qu’un autre vive.

Patron – C’est le destin…

Elle – Un accident est si vite arrivé. Après tout ce sera peut-être moi. Puisque c’est dans mon horoscope.

Il pose le café devant elle.

Patron – Décidément, vous êtes de nature optimiste…

Elle – Je n’ai pas eu d’enfant, ce serait ma dernière chance de donner la vie…

Patron – Vous êtes vraiment sûre que vous ne voulez pas ce calva ?

Elle – Jamais pendant le service… Si un donneur se présente et que je dois opérer dans une heure…

Patron – Si c’est vous le donneur, il n’y aura plus personne pour faire cette opération.

Elle – En matière de transplantations cardiaques, ce sont les donneurs qui manquent, pas les chirurgiens. Ce genre d’opérations, ça reste exceptionnel. J’en connais qui seraient prêts à tuer pour réaliser leur première transplantation.

Patron – Bon, alors c’est moi qui vais le boire ce calva, et je vous offre le café.

Elle – Vous êtes un drôle de cafetier. Ce n’est pas comme ça que vous allez faire des affaires.

Le patron se sert un calva et le boit cul sec.

Patron – Il y a longtemps que j’ai renoncé à l’idée de faire fortune. Et puis je n’offre pas le café à tout le monde, vous savez…

Elle – Pourquoi moi ? On ne peut pas dire que je sois d’un commerce agréable…

Patron – Je me suis toujours méfié des gens trop aimables. J’ai mes têtes, c’est tout. Il y en a qui me reviennent et d’autres pas.

Elle – En somme, j’ai de la chance, alors…

Patron – Remarquez, on ne se connaît pas… C’est peut-être moi, votre bel inconnu…

Elle – Allez savoir… Bon, il faut que je file…

Patron – Encore une vie à sauver ?

Elle – Non, mais je suis garée sur une place « handicapé ».

Patron – Avec votre caducée sur le pare-brise, vous pouvez vous garer n’importe où sans avoir d’amende, non ? Rien que pour ça, j’aurais aimé faire médecine.

Elle – Merci pour le café…

Patron – Faites bien attention en traversant la rue.

Elle – On vient à peine de se rencontrer, et vous êtes déjà une mère pour moi. Si je suis encore célibataire dans dix ans, faites-moi penser à vous épouser.

Patron – Hélas… qui aurait envie d’épouser sa mère ? (Elle sort) C’est le drame de ma vie…

Noir

Scène 2

Le patron est derrière son comptoir. Il lit le journal. Un homme et une femme arrivent. Ils s’asseyent à une table.

Elle – Je te préviens, je n’ai pas beaucoup de temps… Je reprends mon service dans une heure. Et mon patron n’attend qu’une occasion pour me virer…

Lui – Merci de me sacrifier ta pause déjeuner.

Elle – Non, mais je ne te sacrifie rien… (Regardant la carte) Je vais manger quelque chose. Pas toi ?

Lui – Si, si, bien sûr, je veux dire… Merci d’avoir accepté de déjeuner avec moi.

Elle repose la carte. Un temps.

Elle – Donc, tu avais quelque chose à me dire…

Lui – Oui…

Silence embarrassé.

Elle – Je t’écoute…

Le patron lance un regard intrigué vers eux.

Lui – Je ne sais pas trop comment te dire ça…

Elle – Comme on n’a pas trop le temps, je vais t’aider un peu… Tu veux sortir avec moi, c’est ça ?

Lui (pris de court) – Oui, enfin…

Le patron arrive, interrompant cette scène un peu pathétique.

Patron – Qu’est-ce que je vous sers ?

Elle – Une salade niçoise… sans anchois et sans thon.

Lui (pour plaisanter) – Un jambon beurre… sans beurre. (La femme ne rit pas et le patron lui lance un regard glacial.) Non, je déconne. Un jambon beurre, s’il vous plaît.

Patron – Une niçoise et un Paris-beurre. C’est parti.

Le patron repart.

Elle – Tu manges de la viande ?

Lui – Euh… oui. Enfin, non.

Elle – Mais tu manges du jambon…

Lui – Oui, mais… Du jambon, ce n’est pas vraiment de la viande, si ?

Elle – Tu as vu la dernière enquête de L214 sur l’élevage des cochons en cages ?

Lui – Non.

Elle – Je pense que si tu l’avais vue, tu ne mangerais plus de jambon…

Lui – Excuse-moi, je… Je ne savais pas…

Elle – C’est ce que disaient les Allemands après la guerre au sujet des camps.

Lui – Qu’est-ce qu’ils disaient ?

Elle – Je ne savais pas…

Lui – D’accord… donc… tu es végétarienne.

Elle – Vegan.

Lui – OK…

Elle – Tu ne connais pas la différence, c’est ça ?

Lui – Non.

Elle – Je ne mange aucun produit d’origine animale. Je ne porte pas de cuir, non plus. Pas de fourrure, évidemment.

Lui – De ce temps-là…

Elle – Pardon ?

Lui – Non, je veux dire… Moi non plus, je ne porte pas de fourrure. C’est déjà un début, non ?

Elle – Écoute, je vais être franche avec toi, je ne pourrai jamais sortir avec un type qui bouffe du jambon. Mais on peut être amis, si tu veux… On n’est pas sectaires, non plus.

Lui – C’est si grave que ça ? Je veux dire… C’est juste une tranche de jambon.

Elle – Tu sais dans quelles conditions il a été élevé, ce cochon ? Comment il a vécu ? Dans quelles conditions il a été abattu ?

Lui – Non.

Elle – Tu as déjà visité un élevage de porcs ?

Lui – Non.

Elle – Tu as déjà visité un abattoir ?

Lui – Non… et toi

Elle – Moi non plus, mais j’ai vu beaucoup de vidéos là-dessus.

Lui – OK… Non, mais… je n’y tiens pas plus que ça, moi, au jambon… Enfin, je veux dire… à la viande en général.

Elle – Donc, tu pourrais devenir vegan, juste pour sortir avec moi ?

Lui – Pourquoi pas ? Bien sûr ! Absolument…

Elle – Et si j’étais musulmane ou juive, que je te demandais de ne plus manger de porc et de te convertir à ma religion, tu le ferais ?

Lui – Tu es musulmane ?

Elle – C’est juste une supposition. Alors ?

Lui – Je ne sais pas… Peut-être… Je suis catholique, mais… C’est comme pour la viande, je n’y tiens pas plus que ça…

Elle – Tu es vachement influençable, en fait.

Lui – Ou alors… je tiens vachement à sortir avec toi.

Elle – Ouais… mais ce ne serait pas par conviction.

Lui – Que je sortirais avec toi ?

Elle – Que tu arrêterais la viande ! Ce serait juste pour sortir avec moi.

Lui – Oui, enfin…

Elle – Et dès que je t’aurais largué, tu te remettrais à bouffer de la viande.

Lui – On ne sort pas encore ensemble, et tu envisages déjà de me larguer ?

Un temps.

Elle – C’est quoi ta pire expérience alimentaire ?

Lui – Pardon ?

Elle – Le pire repas de ta vie, si tu préfères.

Lui (plaisantant) – J’espère que ça ne va pas être celui-ci… (Elle reste à nouveau de marbre) Non, je… Je ne sais pas…

Elle – Eh bien moi, je peux te le dire.

Lui – OK.

Éventuellement musique mélodramatique pendant le récit de cet épisode traumatique.

Elle – Je devais avoir une dizaine d’années. On était invités avec mes parents chez des amis à eux. Un médecin et sa femme. Ce n’était pas vraiment des amis, en fait. C’était juste nos nouveaux voisins. Ma mère les avaient invités une première fois pour leur souhaiter la bienvenue dans le quartier, et ils nous rendaient l’invitation. Mes parents sont des gens très simples. Ça devait les flatter d’être invités à dîner chez un chirurgien. Ils s’attendaient sans doute à ce que ces grands bourgeois mettent les petits plats dans les grands. Donc on prend l’apéro, on bavarde un peu et on se met à table. C’est vrai que la vaisselle était en porcelaine, et la nappe d’une blancheur immaculée. Il y avait tellement de couverts sur la table qu’on se demandait lequel prendre pour commencer. Arrive le plat principal, après une salade verte, et qu’est-ce que le chirurgien met sur la table ?

La musique s’arrête brusquement.

Lui – Tu me fais peur…

Elle – Un cœur !

Blanc.

Lui – Un cœur  humain ?

Elle – Non quand même… Enfin je ne crois pas. Un cœur de bœuf, j’imagine.

Lui – Un cœur de bœuf… Je ne savais même pas que ça se mangeait… Le mou, à la rigueur… Pour les chats… C’est du poumon, je crois… Mais un cœur !

Elle – Et ces deux sadiques ont encore le culot de nous demander si on aimait ça.

Lui – Et alors ?

Elle – Mes parents sont des gens extrêmement polis… Alors invités chez un docteur, tu penses bien… Donc ma mère de répondre poliment : mais bien sûr, vous pensez bien. On n’en a jamais mangé, mais bon. Il faut bien une première fois, pas vrai ?

Lui – Oh putain…

Elle – Et mon père qui en remet une couche : Ah oui, du cœur de bœuf, c’est original, ça change un peu. C’est vrai, on n’y pense jamais, on devrait en faire plus souvent, hein chérie ? Moi, je suis prise d’un haut-le-cœur, évidemment. Je dis que je n’aime pas ça. Ma mère insiste : tant qu’on n’a pas goûté, on ne peut pas dire qu’on aime pas ça ! Et le docteur de nous faire la leçon : vous savez que chez les peuples primitifs, les guerriers mangeaient le cœur de leurs ennemis pour s’approprier leur force ? Et la femme du docteur d’en rajouter : en tout cas, c’est très bon pour la santé, le cœur de bœuf. C’est plein de protéines. Et ne dit-on pas « fort comme un bœuf »… Et me voilà avec un énorme morceau de cœur dans mon assiette.

Lui – Il n’y avait rien d’autre à bouffer ?

Elle – De la salade verte.

Lui – Du cœur avec de la salade…

Elle – Ce n’est pas facile à couper non plus, je peux te le dire. Genre une semelle en caoutchouc, tu vois ? Tu en as déjà mangé ?

Lui – Une semelle en caoutchouc…?

Elle – Et tout le monde de mastiquer son cœur de bœuf avant de se forcer à l’avaler. Le tout en parlant de la pluie et du beau temps, pour faire comme si tout ça était parfaitement normal.

Lui – Et c’est bon ? Enfin, je veux dire… Quel goût ça a ?

Elle – Aucun. Ça a la consistance d’un chewing-gum. Depuis, je n’ai plus jamais mâché de chewing-gum. Et surtout, du jour au lendemain, je suis devenue vegan. Avant même que le mot existe. Je me demande même si ce n’est pas moi qui ai inventé le concept…

Lui – Ah oui… Il y a de quoi être traumatisée pour toujours…

Elle – Attends… et si c’est toi qui avais raison…?

Lui – Pardon ?

Elle – Maintenant, je me demande si c’était vraiment un cœur de bœuf.

Lui – Non ?

Elle – Ben c’était un chirurgien, tu vois… Quand ils transplantent un nouveau cœur à un patient, on ne sait pas trop ce qu’ils font de l’ancien. J’imagine qu’il n’y a pas beaucoup de malades qui demandent à le récupérer pour le garder en souvenir dans un bocal.

Lui – Tu crois qu’il y a des chirurgiens cannibales ?

Le patron revient avec le sandwich et la salade.

Patron – Et voilà. Un Paris-beurre et une niçoise sans anchois ni thon. J’ai mis du maquereau à la place. (La fille lui lance un regard assassin, et il poursuit pince-sans-rire.) Je plaisante. Bon appétit.

L’homme regarde son sandwich, avant de le repousser.

Lui – Non, c’est toi qui as raison. Ce ne serait pas honnête de ma part.

Elle – Quoi

Lui – D’arrêter la viande juste pour sortir avec toi. Il faut que j’y crois.

Elle – C’est sûr…

Lui – Le problème, c’est que d’arrêter la viande, c’est comme d’arrêter la clope. Quand on est accro…

Elle – Donc tu renonces à…

Lui – Je sais ce que j’ai à faire.

Elle – Là c’est toi qui me fais peur.

Lui – Je vais aller à la boucherie juste en face. Je vais acheter un cœur de bœuf, et je vais le bouffer tout entier. Après, je pense que je serai définitivement dégoûté de la viande. Comme toi.

Elle – Tu ferais ça pour moi ? Tu boufferais un cœur de bovin ?

Lui – À ton avis ?

Il se lève. Surprise, elle se lève aussi.

Elle – Mais… tu y vas maintenant ?

Lui – Si je réfléchis trop, je risque de ne pas y arriver.

Elle – Et… tu as une recette ?

Lui – Je vais le bouffer cru. Je suis un guerrier, non ?

Elle – Bon…

Lui – Allez, souhaite-moi bonne chance.

Il l’enlace et, jouant sur l’effet de surprise, il l’embrasse longuement et fougueusement sur la bouche. Il sort. Elle le regarde partir, interloquée. Le patron, qui a tout vu, revient.

Patron – Ça ne lui a pas plu, le Paris-beurre ?

Elle – Il a décidé de devenir vegan.

Patron – En tout cas, il a l’air vraiment motivé…

Elle – Oui…

Noir

Scène 3

Le patron passe un coup de chiffon sur son comptoir. Un couple arrive et s’assied à une table.

Lui – Tu es sûre que c’est une bonne idée ?

Elle – Quoi ?

Lui – De prendre un dernier verre ensemble.

Elle – On a été mariés pendant dix ans. On ne va pas se quitter comme ça, dans le bureau d’un juge. Ce serait trop triste.

Lui – Oui…

Le patron arrive.

Patron – Et pour ces messieurs-dames ?

Elle – Qu’est-ce que tu prends ?

Lui – Je ne sais… (Ironique) Champagne ?

Elle – Pourquoi pas…?

Lui – Alors deux coupes, s’il vous plaît.

Patron – Désolé, je n’ai que de la blanquette de Limoux. Pour les kirs. Vous savez, ici, on est en face d’un hôpital, on n’a pas souvent l’occasion de faire péter la Veuve Clicquot.

Lui – Bon… Alors un café.

Elle – Moi aussi.

Patron – Et deux expressos.

Le patron s’éloigne.

Elle – Alors ça y est… Cette fois, c’est vraiment fini ?

Lui – C’est ce qu’on voulait, non ?

Elle – Bien sûr. Ça n’empêche pas…

Lui – Tu ne regrettes pas ?

Elle – Un divorce, c’est toujours un échec. Je regrette que ça n’ait pas marché.

Lui – Moi aussi…

Un temps.

Elle – En même temps, c’est toi qui m’as trompée.

Lui – Oui…

Elle – Excuse-moi, je ne voulais pas revenir là-dessus… On est divorcés, tu n’as plus de comptes à me rendre.

Lui – Non… (Un temps) Et toi, tu ne m’as jamais trompé ? Tu peux me le dire, maintenant.

Elle – Non.

Lui – Un simple dérapage sans lendemain ?

Elle – Non.

Lui – Un petit baiser furtif, un soir, après quelques verres de trop ?

Elle – Non.

Lui – Non, bien sûr… Tu es tellement parfaite…

Elle – Je crois comprendre que dans ta bouche, ce n’est pas un compliment…

Le patron rapporte les deux cafés.

Patron – Et voilà…

Elle – Merci.

Le patron repart.

Lui – Je peux te demander quelque chose ? Maintenant que c’est fini, de toute façon…

Elle – Encore ?

Lui – Pour l’instant, tu n’as rien avoué…

Elle – Si c’est un interrogatoire, alors… Vas-y, je t’écoute…

Lui – Est-ce qu’au moins une fois, pendant toutes ces années qu’on a passées ensemble, tu m’as menti ?

Elle – Menti ?

Lui – Même par omission. Quelque chose d’important que tu m’aurais caché. Quelque chose dont tu ne serais pas fière, évidemment. Sinon, ça n’a aucun intérêt…

Elle – Pourquoi tu me demandes ça, maintenant ?

Lui – Je ne sais pas… Savoir que finalement, tu n’étais pas si parfaite… Ça m’aiderait à faire mon deuil.

Elle – Je ne suis pas morte tout de même.

Lui – Je veux dire le deuil de notre relation. De notre amour, si je peux me permettre.

Elle – Tu peux.

Lui – Alors

Elle – Si ça peut t’aider…

Lui – Je t’écoute.

Elle – Ce n’est pas si facile…

Lui – Ne me dis pas que tu as l’embarras du choix.

Elle – Non, justement. Je réfléchis…

Lui – J’ai tout mon temps.

Elle – Tu te souviens de notre première voiture ?

Lui – Oui.

Elle – Un matin, on l’a retrouvée dans la rue avec une aile complètement enfoncée.

Lui – Oui.

Elle – Évidemment, personne n’avait laissé de mot pour le constat.

Lui – Non.

Elle – C’était moi. J’avais embouti le pilier du portail en sortant en marche arrière. La voiture était neuve, je n’ai pas osé te le dire. J’avais tellement honte. J’ai garé la voiture dans la rue, et je n’ai rien dit.

Lui – Je sais.

Elle – Tu sais ?

Lui – Il y avait la trace de la peinture sur le pilier du portail. Elle doit y être encore.

Elle – Et tu n’as rien dit ?

Lui – Tu avais l’air d’y tenir tellement à ce mensonge… Qu’est-ce que ça aurait changé ?

Elle – Rien, probablement. Mais pourquoi n’avoir rien dit ?

Lui – Tu bousilles notre voiture toute neuve. Tu mens de façon totalement pathétique. Je ne suis pas flic. Qu’est-ce que j’aurais pu dire ?

Elle – Je ne sais pas. Tu aurais pu… marquer un point.

Lui – Ce n’est pas comme ça que je voyais notre couple. C’était tellement enfantin, ce mensonge. Presqu’attendrissant. Je me suis dit que ça devait être important pour toi. J’ai préféré te laisser ta dignité…

Elle – Merci… c’est gentil.

Lui – Oui… (Un temps) Et toi, tu te fous de moi.

Elle – Pas du tout. C’est vrai, je t’assure.

Lui – Quand tu m’as demandé si je t’avais déjà trompé, j’ai été honnête avec toi. J’aurais pu nier. On serait peut-être encore mariés. À toi de jouer le jeu, maintenant. Il y a forcément autre chose… Quelque chose de plus grave…

Silence.

Elle – D’accord… Tu te souviens quand tu étais parti trois jours à Toulouse pour un congrès.

Lui – Oui.

Elle – Je t’avais dit que j’irai à l’hôpital pour un examen de routine.

Lui – Ah oui… je me souviens.

Elle – C’était pour une IVG.

Lui – Une IVG…

Elle – Un avortement, si tu préfères…

Lui – On avait décidé d’avoir un enfant… Tu avais arrêté la pilule…

Elle – Oui…

Lui – Je ne comprends pas.

Elle – Moi non plus…

Lui – Et alors

Elle – Je ne sais pas… J’ai eu peur.

Lui – Peur ?

Elle – Peur de ne pas y arriver. Peur que tu me quittes… Entre nous, je n’avais pas tout à fait tort.

Lui – Ne renverse pas les rôles… Si on avait eu cet enfant, les choses auraient peut-être été différentes.

Elle – Peut-être…

Un temps.

Lui – Comment tu as pu nous faire ça ?

Elle – Merci de ne pas avoir dit me faire ça… Ça ne s’explique pas. Je ne me suis pas sentie capable. Capable d’assumer ça.

Lui – Ça

Elle – Donner la vie. Devenir mère.

Lui – Tu aurais pu m’en parler. Partager ça avec moi.

Elle – Je n’ai jamais osé te le dire… J’avais trop honte…

Lui – Comme pour la voiture.

Elle – Je suis vraiment désolée. J’ai eu peur…

Lui – Je te faisais peur à ce point ? Même pour la voiture…

Elle – C’est de moi dont j’avais peur. (Un temps) Tu crois vraiment que les choses auraient pu être différentes ?

Lui – Les choses sont toujours comme elles sont. Ça ne sert à rien de les imaginer autrement après coup. Il faut croire que nous deux, ce n’était pas possible.

Silence.

Elle – Je crois qu’on ferait mieux d’y aller.

Lui – Oui…

Ils se lèvent pour partir.

Elle – Tu la revois toujours ?

Lui – Qui

Elle – Celle avec qui tu m’as trompée.

Lui – Ah, celle-là…

Elle – Tu ne m’as jamais dit qui c’était. Tu peux me le dire, maintenant. Je la connais ?

Lui – À quoi ça servirait…?

Un temps.

Elle – Tu ne m’as jamais trompée.

Lui – Non…

Elle – Alors pourquoi

Lui – C’était plus facile comme ça.

Elle – Tu veux dire plus facile pour moi.

Lui – Plus facile pour nous deux… Je crois qu’on ferait mieux d’y aller, maintenant… 

Elle – Allons-y.

Ils partent.

Noir

Scène 4

Le patron ramasse des verres sur le comptoir et les plonge dans un évier qu’on ne voit pas. Un homme et une femme arrivent. L’homme jette un regard suspicieux et un peu dégoûté vers le bar. Ils s’asseyent à une table.

Lui – C’est vraiment crado. Je me demande pourquoi je continue à venir ici.

Elle – C’est le seul bistrot en face de l’hôpital…

Lui – Quand tu vois les normes d’hygiène qu’on nous impose dans notre boulot… Un patient attrape une maladie nosocomiale dans ton service, même un rhume, il te fait un procès. Ensuite il vient prendre son petit ballon de rouge ici dans un verre à peine rincé entre deux clients, dont l’un a peut-être une hépatite et l’autre le virus Ebola.

Elle – Ouais…

Lui – Tu as vu ça ? La vaisselle sale baigne dans l’évier du matin au soir. Je ne te raconte pas le bouillon de culture… À la fin de la journée, tu as partagé tes microbes avec la moitié de la ville. Maladies nosocomiales, tu parles. Et une maladie que t’attrape dans un bistrot, comment ça s’appelle ?

Elle – Une cirrhose du foie

Le patron s’approche.

Patron – Et pour ces messieurs-dames, qu’est-ce que ce sera ?

Lui – Je ne sais pas… Un jus de tomate.

Elle – Un café.

Le patron s’éloigne.

Lui – Je ne sais pas pourquoi je prends du jus de tomate, j’ai horreur de ça.

Elle – On ne sait plus quoi prendre, à force.

Lui – Les sodas, c’est tellement sucré. J’aurais dû prendre un jus de fruits.

Elle – Il est encore temps…

Lui – Je ne sais pas… Tu as vu la gueule du patron ? Il n’a pas l’air aimable.

Elle – Tu veux que j’y aille ?

Lui – Trop tard, il vient de déboucher la bouteille. C’est tout moi, ça. Je vais devoir m’enfiler un jus de tomate alors que j’ai horreur de ça. En plus, la tomate, ça me donne des brûlures d’estomac. Pas toi ?

Elle – Non.

Lui – Tant pis, je ne le boirai pas…

Elle (pour changer de sujet) – Qu’est-ce que tu fais cet été ?

Lui – Je ne sais pas encore… J’irai sans doute passer une semaine ou deux chez mes parents, comme tous les ans.

Elle – Tu es très lié avec tes parents, alors.

Lui – Pas spécialement. Ils sont chiants, mais ils ont une villa avec piscine près d’Antibes.

Elle – Quand on est chiants, si on veut encore voir ses enfants après qu’ils ont quitté la maison, il faut investir dans une piscine. Tu devrais y penser pour les tiens, le moment venu…

Lui – Ouais… Sauf si je n’ai pas envie de les voir trop souvent.

Elle – Et à part ça, ça va ?

Lui – Oui, enfin… ma femme a encore invité les voisins à dîner.

Elle – Et alors ?

Lui – Ce n’est pas qu’ils ne sont pas sympas, mais… ils sont un peu chiants, eux-aussi…

Elle – Pourquoi elle les a invités ?

Lui – On vient d’arriver dans le quartier. Ils ont eu la gentillesse de nous inviter chez eux pour faire connaissance. Du coup on s’est sentis obligés de leur rendre l’invitation. Je crains que ça devienne une habitude, tu vois ?

Elle – Je vois très bien.

Lui – Maintenant qu’on a mis le doigt dans l’engrenage…

Elle – J’ai peut-être une solution.

Lui – Une solution

Elle – Pour être sûr qu’ils ne reviendront jamais bouffer chez toi.

Lui – Comment ça ?

Elle – Il m’est arrivé la même chose il y a quelques années, quand j’ai acheté la maison.

Lui – Et alors ?

Elle – Les voisins nous invitent. Des enseignants, tu vois. Abonnés à Télérama, meublés par la CAMIF. De gauche, évidemment. Écolos tendance végétariens mais qui mangent quand même de la viande de temps en temps si elle est bio.

Lui – Je vois très bien. Gentils, mais totalement assommants. Et comment tu as fait pour t’en défaire ?

Elle – Quand on leur a rendu l’invitation, je leur ai servi un plat un peu spécial.

Lui – Spécial

Elle – Un cœur.

Lui – Un cœur ? Comment ça un cœur ?

Elle – Un cœur de bœuf. Direct. Juste avec une salade.

Lui – Un cœur de bœuf ? Je ne savais même pas que ça se mangeait… Où est-ce que tu as trouvé ça ?

Elle – À la boucherie du coin.

Lui – Je ne savais pas que ça se vendait.

Elle – Ah non, mais il ne me l’a pas vendu. Il me l’a donné.

Lui – Non ? Et ils en ont bouffé ?

Elle – Ce sont des gens polis, tu comprends. Je t’ai dit, des enseignants, tu vois. Alors tolérance, respect de la différence, ils n’ont pas osé moufter, tu penses bien. Genre je respecte les coutumes de chacun, même si elles sont différentes des miennes, et je fais un effort pour partager quelque chose avec eux, même si ce n’est pas exactement mes valeurs. Ils se sont pincés le nez, et ils ont tout bouffé.

Lui – Et après ?

Elle – On ne les a jamais revus.

Lui – Jamais ?

Elle – On se croise de temps en temps, évidemment, on est voisins. Mais ils n’ont plus osé nous réinviter, de peur qu’on leur rende l’invitation, et qu’on leur serve un truc encore pire que la dernière fois… On les a totalement traumatisés, je te dis.

Lui – C’est dingue…

Elle – Ah, non, tu aurais dû voir leurs têtes quand j’ai posé ça sur la table… J’aurais dû prendre une photo. D’ailleurs je crois que je l’ai fait…

Lui – Merde… Mais du coup, tu as dû en bouffer aussi.

Elle – Il faut savoir ce qu’on veut, mon vieux. Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Mais après, tu es tranquille pour le restant de ta vie.

Lui – D’accord… Ouais, je ne sais pas trop… Je vais en parler à ma femme…

Elle – Surtout pas, malheureux !

Lui – Pourquoi ça ?

Elle – Elle ne serait pas d’accord, évidemment !

Lui – Oui… Il y a des chances.

Elle – Non, tu lui fais la surprise. Tu lui dis, ce soir, c’est moi qui cuisine, chérie.

Lui – Ah oui, rien que ça, ça va la surprendre, c’est sûr…

Elle se lève.

Elle – Bon allez, il faut que je te laisse.

Lui – OK.

Elle – Tu me raconteras ta soirée, promis ?

Lui – Attends, il ne m’a même pas encore servi mon jus de tomate…

Elle – Tu verras, ça marche à tous les coups. Si tu ne veux plus jamais les avoir à dîner sans te fâcher avec eux, c’est la seule solution, je t’assure… Il y a une boucherie juste en face.

Lui – Merci du conseil ! Tu as raison, je vais faire ça…

Elle – Quand on peut aider…

Elle sort.

Noir

Scène 5

Le patron attend derrière son comptoir, désœuvré. Un homme et une femme arrivent.

Elle – Salut Marcel.

Le patron répond d’un hochement de tête. Ils s’asseyent à une table. Le patron arrive pour prendre la commande.

Patron – Qu’est-ce que je vous sers ?

Elle – Comme d’habitude.

Patron – Et vous ?

Lui – Pareil.

Patron – Pareil que la petite dame ou pareil que d’habitude ?

Lui – Pardon ?

Patron – Je ne sais pas ce que vous prenez d’habitude, moi !

Lui – Je viens pourtant tous les matins, comme elle.

Patron – C’est comme ça. Il y a des têtes dont je me souviens, et d’autres que je préfère oublier…

Lui – Disons pareil qu’elle, alors.

Patron – Et deux cafés…

Le patron s’éloigne.

Lui – Toujours aussi aimable…

Elle – Il faut savoir le prendre.

Lui – Quel con.

Elle – Tu sais comment il s’appelle, ce con ?

Lui – Non.

Elle – Marcel.

Lui – Vous avez l’air très intimes… ce con de Marcel et toi.

Elle – Je viens tous les jours prendre un café avant d’aller bosser…

Lui – Moi aussi… Mais moi, il fait mine de ne pas me connaître.

Elle – Tu es jaloux ?

Lui – C’est peut-être lui qui est jaloux… Tu le connais si bien que ça ?

Elle – On ne s’est jamais vraiment parlé.

Lui – Comment tu sais qu’il s’appelle Marcel

Elle – Je ne sais pas… Tout le monde le sait… En tout cas, tout le monde l’appelle Marcel, et il ne s’est jamais plaint.

Un temps.

Lui – Ça va ?

Elle – Oui.

Lui – Qu’est-ce que tu as envie de faire ?

Elle – Je ne sais pas…

Lui – Il fait beau… On ne va pas aller s’enfermer dans une salle de ciné. On se balade un peu ?

Elle – Comme tu veux.

Lui – Cache ta joie… Il y a quelque chose qui te préoccupe ?

Elle – Non… Pas spécialement.

Lui – Je ne sais pas moi… Quelque chose dont tu voudrais me parler.

Un temps.

Elle – OK… S’il m’arrive quelque chose un jour, je veux donner mes organes.

Il reste un instant interloqué.

Lui – À qui

Elle – Je ne sais pas ! Pour quelqu’un qui en aurait besoin.

Lui – Besoin…?

Elle – Tu le fais exprès ou quoi ? Une transplantation !

Lui – Ah oui… Très bien…

Elle – J’ai ma carte de donneur sur moi, mais au cas où…

Lui – D’accord.

Elle – Il faut bien que je le dise à quelqu’un. Parce que quand on n’est plus en état de parler…

Lui – OK.

Elle – Et si je suis en état de mort cérébrale, je ne veux surtout pas qu’on me maintienne en vie artificiellement.

Lui – Pas de problème… Mais tu sais, on n’est pas encore mariés. Je ne suis même pas sûr que j’aurais mon mot à dire. Ce serait sûrement à tes parents de prendre la décision.

Elle – Ils sont morts.

Lui – Ah oui, c’est vrai… À tes frères et sœurs, alors.

Elle – Je suis fâchée avec toute ma famille.

Lui – Bon… On n’a plus qu’à se marier, alors. Pour que je puisse disposer moi-même de tous tes organes.

Elle – C’est une demande en mariage ? Parce que ce serait sans doute la plus originale de toute l’histoire des demandes en mariage.

Lui – Tu veux bien m’épouser ?

Elle – Oui… (Un temps) Et toi ?

Lui – Ben oui, puisque je viens de te demander ta main… Enfin, ta main, ton cœur, tes poumons, ton foie, et tout le reste…

Elle – Non, je veux dire, et toi, s’il t’arrivait quelque chose. Maintenant que je vais pouvoir disposer de tous tes organes, moi aussi.

Lui – Ah oui… Là on nage en plein romantisme…

Elle – Alors ?

Lui – Je ne sais pas… Je n’y ai pas vraiment réfléchi… Je ne donne déjà pas mon sang… sauf à quelques moustiques.

Elle – Tu as tort.

Lui – Si en mourant, je pouvais te léguer mon cœur pour te sauver la vie, je le ferai sûrement. Mais alors donner mon cœur à un inconnu… C’est vrai, tu peux toujours tomber sur un con. Les cons aussi ont des problèmes cardiaques. Moins que les autres, d’accord, mais ils en ont…

Le patron arrive.

Patron – Et deux cafés… (S’adressant à l’homme) Je peux encaisser tout de suite ?

L’homme sort quelques pièces qu’il pose sur la table. Le patron s’en saisit, et repart sans un mot.

Lui – Imagine que je meurs et que ce connard ait besoin d’une transplantation. Franchement, ça me ferait bien chier de lui donner mon cœur.

Elle – C’est un risque à courir.

Lui – Bon… Si ça te fait plaisir, je prendrai ma carte, moi aussi…

Elle – Oui, ça me fait plaisir. Et maintenant, j’ai envie d’aller me balader en forêt avec toi.

Lui – En forêt ?

Elle se lève.

Elle – On y va ?

Lui – Je peux boire mon café d’abord ?

Elle – D’accord, mais dépêche-toi.

Il s’apprête à avaler son café.

Noir

Scène 6

Le patron est derrière le comptoir. L’homme (ou la femme) arrive, la tête ailleurs.

Patron – Qu’est-ce que je vous sers ?

L’autre – Je ne sais pas… Ce que vous voulez…

Patron – Ce que je veux ? Vous êtes sûr ?

L’autre – Au point où j’en suis… Qu’est-ce que je risque ? Surprenez-moi…

Patron – Alors je vous sers un Viandox. Vous avez le teint cireux, ça vous fera du bien.

Il lui prépare son Viandox.

L’autre – Un Viandox ? Ça existe encore ?

Patron – Je vous avoue que je n’en vends pas très souvent… et que je ne compte pas en recommander.

L’autre – À supposer qu’ils en fabriquent encore. Il n’a pas dépassé la date limite de péremption, au moins ?

Patron – Vous m’avez dit « ce que vous voulez », il faudrait savoir ! Alors vous le prenez ou pas, ce Viandox  !

L’autre – Si je peux vous aider à liquider votre stock.

Le patron lui sert son Viandox.

Patron – Ça n’a pas l’air d’aller bien fort…

L’autre – Non… Je cherche un cœur disponible.

Patron – On en est tous là, vous savez… À partir d’un certain âge… il y a plus de demande que d’offre.

L’autre – Vous ne croyez pas si bien dire.

Patron – Vous êtes veuf ?

L’autre – C’est ma femme qui le sera bientôt… si je ne trouve pas rapidement quelqu’un pour me donner son cœur.

Patron – Je ne suis pas sûr de vous suivre…

L’autre – Je sors de l’hôpital. J’attends une greffe. Pour l’instant, il n’y a pas de donneur.

Patron – Un donneur ? Ah oui…

L’autre – Évidemment, on ne donne pas son cœur comme on donne son sang. Il faut que le donneur soit mort, et que toutes les conditions soient réunies.

Patron – Je vois…

L’autre – Que le donneur soit encore jeune, donc qu’il soit plutôt mort dans un accident. Que le cœur soit en bon état. Que la famille soit d’accord.

Il s’apprête à boire.

Patron – Vous êtes sûr que vous voulez boire ça ?

L’autre – Il faut bien mourir de quelque chose…

Il goûte son Viandox, et fait la grimace.

Patron – Alors ?

L’autre – Ah oui, il vaut mieux avoir le cœur bien accroché… Vous n’en avez jamais bu ?

Patron – J’attendais de voir l’effet que ça faisait sur un cobaye.

L’autre – Si je suis encore vivant demain matin, je viendrai vous le dire.

Patron – Si j’avais su, je vous aurais servi autre chose. Vous auriez dû me le dire, maintenant je vais m’inquiéter.

L’autre – Je me demande si ce ne serait pas plus simple comme ça. Je vois déjà ma photo à la page faits divers : désespéré de ne pas trouver un cœur compatible avec le sien, il met fin à ses jours en avalant un Viandox périmé depuis… (regardant l’étiquette de la bouteille vide) 1984 !

Patron – Ah oui, quand même… Remarquez, on est sur un grand millésime… Allez, il ne faut pas désespérer. Un accident est si vite arrivé.

L’autre – Un accident ?

Patron – Pour votre donneur ! La rue en face est très dangereuse. Avec tous ces poids lourds. Il y a un projet de rond point, mais bon… Presque tous les mois, un piéton se fait renverser sur le passage clouté. Et comme l’hôpital est juste en face…

L’autre – Merci… Ça m’a remonté le moral de discuter un peu avec vous…

Patron – C’est la vie… La roue tourne… Le malheur des uns…

L’autre – Je crois que je ne vais pas le finir, ce Viandox, finalement. Je vous dois combien ?

Patron – C’est pour moi. Vous voulez autre chose ? Pour faire passer le goût du Viandox. Un bloody mary ? C’est très reconstituant aussi. Ou alors un Fernet-Branca ?

L’autre – C’est très tentant mais… merci, ça ira.

Patron – Bon, alors à une prochaine fois…

L’autre – Qui sait ?

Il se lève pour partir.

Patron – Faites attention en traversant la route.

L’autre – Merci pour le Viandox.

Il sort. L’autre prend la tasse et hume le fumet qui en sort. Il retrousse le nez avec un air dégoûté.

Patron – Ah oui, quand même…

On entend un bruit de freinage suivi d’un fracas de tôles froissées. Il lève la tête, et jette un regard vers le quatrième mur, figurant la vitrine du café donnant sur la rue.

Patron – Ah oui, quand même…

Noir

Scène 7

Le patron essuie des verres derrière le comptoir. Un couple arrive. Ils s’asseyent. Silence. Le patron arrive.

Patron – Qu’est-ce que je vous sers ?

Elle (sur un ton sans appel) – Rien pour l’instant. On attend le troisième…

Patron – Bon…

Air étonné de l’homme. Le patron repart.

Lui – Je ne savais pas qu’on attendait quelqu’un…

Elle – Moi non plus.

Lui – Comment ça ? C’est qui ?

Elle – Je ne sais pas… Il n’a pas encore de nom…

Lui – Tu me fais marcher ?

Un temps.

Elle – Qu’est-ce que tu dirais si je te disais que je suis enceinte ?

Le temps pour lui d’assimiler la question.

Lui – Pour commencer, je te dirais… qu’il y a un problème de concordance des temps.

Elle – Pardon

Lui – Normalement, tu devrais dire « si je te disais que j’étais enceinte » et pas « si je te disais que je suis enceinte ». Après une conditionnelle à l’imparfait, on utilise l’imparfait.

Elle – Ah, d’accord…

Lui – Tu es enceinte ?

Elle – Je n’ai pas dit ça…

Lui – Donc c’est une conditionnelle.

Elle – Si tu le dis…

Lui – Tu n’es pas sûre ?

Elle – Tu veux voir un tampon ?

Lui – Quel tampon ?

Elle – À ton avis ? Le tampon de la mairie !

Lui – Tu ne devrais pas plaisanter avec ça.

Elle – Je ne plaisante pas. Je voulais juste en parler. Alors ?

Lui – Un enfant… ça commence toujours par se conjuguer au conditionnel, non ?

Elle – Il ne tient qu’à nous de transformer ce conditionnel en indicatif.

Lui – Tant que tu ne le conjugues pas à l’impératif…

Elle – Tu ne m’as pas répondu…

Lui – Quoi ?

Lui – Qu’est-ce que tu dirais si je te disais que… j’étais enceinte ?

Lui – Je ne sais pas, je te répondrais… génial !

Elle – Génial ?

Lui – Génial… Mais on est bien d’accord, tu n’es pas enceinte…

Le patron revient.

Patron – On attend toujours le troisième ?

Elle pose sa main sur son ventre.

Elle – Il est déjà là… On va pouvoir commander…

L’homme lui lance un regard interloqué.

Patron – Génial.

Noir

Scène 8

Le patron lit le journal derrière le comptoir. Deux hommes arrivent et s’asseyent à une table.

Un – Café ? (L’autre acquiesce) Marcel ! Deux cafés.

Deux – Il s’appelle Marcel ?

Un – Je ne sais pas… Tous les patrons de bistrot je les appelle Marcel. Comme ça je suis sûr de ne pas me tromper.

Deux – D’accord…

Un – C’est un patient à moi. Je lui ai retiré l’appendice il y a dix ans, les hémorroïdes il y a cinq ans, la thyroïde il y a trois ans, et un poumon l’année dernière.

Deux – Eh ben… Il peut te dire merci. Grâce à toi, il a perdu au moins trois kilos.

Le patron apporte les cafés.

Patron – Et voilà Docteur…

Deux – Au moins, il t’a reconnu.

Un – Je ne suis même pas sûr. Il appelle tous ses clients docteurs. Comme on est en face de l’hôpital… Au pire, s’ils ne sont pas médecins, ça les flatte (Ils remuent leur café en silence avant de le boire) Alors ça y est, on a un donneur ?

Deux – Il semblerait…

Un – Une femme qui s’est jetée sous les roues d’un camion, juste devant l’hôpital.

Deux – Jetée ?

Un – On ne sait pas très bien… C’était peut-être un accident… C’est la tête qui a tout pris. Mort cérébrale. Le reste est en parfait état. On attend la décision de la famille.

Deux – Très bien.

Un – Oui, sauf qu’on a deux patients qui attendent une greffe…

Deux – Ah, toi aussi ?

Un – Tu le sais très bien.

Deux – Je pensais que toi, c’était un foie…

Un – C’est un cœur.

Deux – Un cœur pour deux… Avec deux patients qui ont des dossiers très similaires. Ça ne va pas être facile de les départager.

Un – Alors comment on fait ? On tire à pile ou face ?

Deux – Chiche !

L’autre sort une pièce.

Un – Un seul de nos deux patients sera vivant dans un mois. Pile le tien, face le mien.

Il lance la pièce, la rattrape, et regarde dans sa paume. Avant de la ranger.

Deux – Mais ça ne marche pas comme ça, on le sait bien…

Un – Non. (Un temps) Ça fait combien de temps qu’on se connaît ?

Deux – Depuis la fac…

Un – En deuxième année, je crois.

Deux – Oui…

Un – On était amoureux de la même fille.

Deux – Une étudiante de première année.

Un – Qui est devenue ta femme.

Deux – Je ne sais pas ce qu’elle a bien me trouver… de plus qu’à toi.

Un – Tu avais fait courir le bruit à la fac que j’avais un micro pénis. Je crois même que tu avais fait circuler un montage photos…

Deux – Ah oui, c’est vrai. J’avais oublié ça.

Un – Je ne l’ai appris que très longtemps après.

Deux – Je ne pensais pas qu’elle avalerait un truc aussi énorme.

Un – On parle toujours de mon micro pénis ?

Deux – Tu crois vraiment que c’est pour ça qu’elle m’a choisi ?

Un – Ça a dû jouer… J’étais vraiment très amoureux d’elle, tu sais…

Deux – Un cœur pour deux… Il y en a forcément un qui reste sur le carreau.

Un – Cette fois-là, c’était moi.

Deux – Elle m’a quitté quelques années après. Tu ne l’as jamais revue ?

Un – Si… Une fois… Je venais de divorcer, moi aussi… On a dîné ensemble… Et puis rien…

Deux – Mais elle savait pour…?

Un – Je ne sais pas… Je n’ai pas osé lui demandé… Tu me vois, entre le café et l’addition, lui glisser à l’oreille que contrairement à ce que prétendait son ex, j’avais une bite de taille normale ?

Deux – Ouais…

Un – Je crois surtout que c’était trop tard… Je ne sais pas si la vengeance est un plat qui se mange froid, mais l’amour n’est pas un plat qui se mange réchauffé.

Deux – Alors tu veux te venger ?

Un – Non, mais il me semble que tu me dois un cœur.

Deux – Tu as une lecture très personnelle du serment d’Hippocrate… Qu’est-ce qui te motive à ce point pour sauver ton patient ?

Un – Disons que j’ai noué avec lui une relation… très spéciale.

Deux – Mais tu sais bien que ça ne marche pas comme ça non plus.

Un – Ah non ?

Deux – Tu me demandes de condamner mon patient par avance ?

Un – Tu l’as dit. Un cœur pour deux… Il y en a forcément un qui reste sur le carreau.

Deux – Ça ne tient pas qu’à moi, tu le sais bien. C’est une décision collégiale.

Un – Mais tu pourrais charger un peu le dossier de ton patient, pour que celui du mien apparaisse plus convainquant.

Deux – Et si je refuse ?

Un – Je pourrais faire courir une rumeur, moi aussi. Mais je ne suis pas sûr que celle-là sera fausse.

Deux – Par exemple ?

Un – Les infirmières ne restent jamais longtemps dans ton service, on sait tous les deux pourquoi. Et la fille qui vient de se faire écraser devant l’hôpital, volontairement ou pas, elle travaillait pour toi.

Deux – Je vais voir ce que je peux faire…

Il s’apprête à sortir un billet.

Un – Laisse, le café c’est pour moi.

Noir

Scène 9

Le patron somnole derrière son comptoir. Deux personnages (hommes ou femmes) arrivent et s’asseyent à une table.

Un – Lui aussi, il a l’air dans un coma profond…

Deux – Qu’est-ce qu’on fait ? On le réveille ?

Un – On va attendre qu’il se réveille tout seul.

Deux – Un miracle est toujours possible.

Silence.

Un – Et pour elle alors, qu’est-ce qu’on fait ?

Deux – Franchement… je ne sais pas quoi en penser.

Un – Il va bien falloir prendre une décision. Le médecin a dit qu’il fallait faire vite.

Deux – Oui.

Un – Évidemment, la logique voudrait qu’on dise oui.

Deux – La logique ? C’est notre sœur, quand même…

Un – Oui… Tu l’as déjà entendu évoquer ce sujet devant nous ?

Deux – Ça faisait des années qu’on ne se voyait plus… et même avant, ce n’était pas le genre de conversation qu’on avait ensemble.

Un – Donc c’est à nous de décider. Comme si c’était pour nous.

Deux – Tu veux dire… comme si on avait besoin d’une transplantation ?

Un – Comme si on était à sa place ! À la place du mort… Qu’est-ce que tu ferais toi ? Si tu pouvais décider de donner tes organes ou de les emporter avec toi dans ta tombe…

Deux – Évidemment, sur le principe… Quitte à mourir, si on peut sauver une vie…

Un – D’un autre côté…

Deux – Imaginer qu’on va lui ouvrir la poitrine et lui prendre son cœur pour le mettre dans la poitrine de quelqu’un d’autre…

Un – Quelqu’un qu’on ne connaît même pas.

Deux – Encore heureux… Il ne manquerait plus qu’on le connaisse. Tu préférerais le connaître, toi ?

Un – Je préférerais qu’elle ne soit pas morte.

Un temps.

Deux – D’ailleurs est-ce qu’on peut dire qu’elle est vraiment morte ?

Un – D’après les médecins, elle est en état de mort cérébrale.

Deux – Qu’est-ce que ça veut dire, exactement ? Tu le sais, toi ?

Un – En gros, la maison est encore debout, le chauffage n’a pas encore été coupé, mais il n’y a plus personne dedans. Le propriétaire est parti, il a jeté la clef et il ne reviendra jamais.

Deux – D’accord.

Un – Donc il s’agit de récupérer la chaudière pour l’installer dans une autre maison où la chaudière est en panne, pour que le propriétaire puisse continuer à vivre dedans sans se les geler.

Deux – Ça y est, tu as fini avec tes métaphores de plombier ?

Un – Je t’explique…

Deux – Donc toi, tu es plutôt pour ?

Un – Toi aussi, non ? Tu savais bien qu’on finirait par en arriver là.

Deux – Oui…

Un – Allez, finissons en… (Lui tendant un papier) Il faut signer là.

Deux – Vas-y toi… Moi je ne pourrais pas…

Un – Non, mais il faut nos deux signatures.

Deux – Tu n’as qu’à imiter la mienne.

Un – Mais ce sera un faux…

Deux – De quoi tu as peur ? Que je te fasse un procès pour avoir imité ma signature ?

Un – Mais si tu es d’accord, pourquoi tu ne signes pas ?

Deux – Je suis d’accord, mais je ne pourrais pas signer, c’est tout. Tu peux comprendre ça, non ?(Se levant pour sortir) Pour une fois que je te demande quelque chose !

Un – Mais enfin… tu la détestais.

Deux – Justement… Si c’était un geste d’amour, encore… Ce serait plus facile pour moi. Mais là… je ne me sens pas de décider pour elle. (Le patron émerge de derrière son comptoir.) Tiens, il s’est réveillé, celui-là… Tu vois, on n’est jamais à l’abri d’un miracle !

Le personnage sort, laissant l’autre perplexe. Le patron arrive.

Patron – Qu’est-ce que je vous sers ?

Noir

Scène 10

Le patron attend derrière son comptoir. Un homme genre mafieux ou dealer arrive et s’installe au bar.

Le patron – Qu’est-ce que ce sera ?

L’autre – Un déca. Allongé. Avec une goutte de lait, s’il vous plaît.

Le patron jette un regard au client, dont l’aspect ne cadre pas bien avec sa commande.

Le patron – Je vais voir ce que je peux faire…

Il lui prépare son café.

L’autre – C’est dangereux, cette rue. J’ai failli me faire écraser par un bus.

Le patron – Oui… Une femme s’est fait renverser hier…

L’autre – C’est grave ?

Le patron – Elle est morte… Enfin, c’est tout comme.

L’autre – Vous la connaissiez ?

Le patron – C’était une cliente… Elle sortait juste de chez moi, et d’après les analyses, elle avait trois grammes d’alcool dans le sang.

L’autre – Dans votre métier comme dans le mien, les clients, il vaut mieux pas trop s’attacher.

Le patron – Vous êtes nouveau dans le quartier ?

L’autre – Je suis de passage.

Le patron – On est tous de passage sur la Terre…

L’autre – J’ai peur que le mien se termine plus tôt que prévu.

Le patron – Si vous faites bien attention en traversant la route.

L’autre – Je sors de l’hôpital. J’attends une greffe de cœur…

Le patron – Ah vous aussi…

L’autre – Pardon ?

Le patron – Non rien, une histoire que j’ai entendue… J’espère que vous êtes tombé sur le bon chirurgien…

L’autre – Oui…

Le patron pose le café sur le comptoir.

Le patron – Tenez, votre déca-noisette.

L’autre – Ça marche, les affaires ?

Le patron – C’est calme. Et vous ?

L’autre – Moi aussi… C’est plutôt calme en ce moment…

Le patron – Vous êtes dans quelle branche ?

L’autre – Trafic de drogue. Héroïne, plutôt.

Le patron – Ah oui… Donc vous savez ce que c’est que de perdre un client.

L’autre – Heureusement que les dons d’organes sont anonymes, parce que je ne sais pas qui voudrait bien donner son cœur à un dealer.

Le patron – Ou à un buraliste.

L’autre – Vous avez raison. Finalement, on fait un peu le même métier, tous les deux…

Le patron – Mmm…

L’autre – Ils viennent de rentrer un donneur, à l’hôpital.

Le patron – C’est votre jour de chance, alors.

L’autre – Je ne sais pas… On est deux sur l’affaire.

Le patron – Ah…

L’autre – Vous me donneriez votre cœur, vous ? Si vous étiez mort, je veux dire… Et sachant ce que je fais.

Le patron – Pourquoi pas ? Entre dealers, si on ne se serre pas un peu les coudes.

L’autre – J’ai promis une valise de billets à mon chirurgien s’il me trouvait un palpitant tout neuf. Des billets usagers et en petites coupures. Vous croyez que ça peut aider ?

Le patron – Ça dépend du chirurgien, j’imagine.

L’autre – Celui-là a la réputation de sauter sur tout ce qui bouge.

Le patron – Je vois… Je vous remets un déca-noisette C’est ma tournée.

L’autre – Allez… On ne vit qu’une fois…

Le patron – Et si votre cœur lâche en sortant, ce ne sera pas à cause de ce que vous aurez bu ici…

Noir

Scène 11

Le patron est derrière le bar, le client (ou la cliente) arrive.

Patron – Monsieur, qu’est-ce que je vous sers ?

L’autre – Vous ne me reconnaissez pas ?

Patron – On voit tellement de monde… Qu’est-ce que je vous mets ?

L’autre – Pas un Viandox, en tout cas…

Patron – Non…? Je ne vous avais pas reconnu. Eh ben… On dirait que ce Viandox vous a fait du bien finalement. Vous paraissez vingt ans de moins.

L’autre – Oui… le Viandox. Et aussi le cœur tout neuf qu’on m’a transplanté il y a quelques mois.

Patron – Vous avez enfin trouvé un donneur ?

L’autre – Vous aviez raison, cette rue est vraiment très dangereuse…

Patron – Allez, c’est ma tournée. Qu’est-ce que je vous sers ?

L’autre – Une limonade…

Patron – Vous n’avez plus droit à l’alcool…

L’autre – Si… mais j’ai décidé d’y renoncer. Un sacrifice que je m’impose… pour remercier le destin.

Patron – Le destin ?

L’autre – Quelqu’un est mort pour que je puisse vivre. Je dois prendre soin de son cœur.

Patron – Mais vous ne savez même pas qui c’est…

L’autre – Non… et je ne suis pas sûr de vouloir le savoir. Mais après tout, c’était peut-être un musulman. Raison de plus pour ne plus boire d’alcool.

Patron – Alors vous ne mangez plus de jambon non plus ?

L’autre – Je suis devenu vegan, c’est encore plus simple. Et vous, comment ça va ?

Patron – Ma femme vient de me quitter.

L’autre – Elle est morte ? Ne me dites pas que c’est son cœur qui bat dans ma poitrine…

Patron – J’aurais préféré. Ça me coûterait moins cher. Veuf, vous êtes deux fois plus riche. Divorcé vous êtes deux fois plus pauvre.

L’autre – Ça fait quatre bonnes raisons de préférer le veuvage…

Patron – Il va falloir que je vende le café, pour lui donner sa part.

L’autre – Désolé…

Patron – Au fond, c’est mieux comme ça. Vendre de l’alcool et du tabac… Le tabac, il m’a déjà coûté un poumon.

L’autre – Alors qu’est-ce que vous allez faire ?

Patron – Je ne sais pas…

L’autre – Vous devriez faire du théâtre.

Patron – Du théâtre ?

L’autre – On ne vous a jamais dit que vous aviez une tête à faire du théâtre ?

Patron – Non… Remarquez, pour rester derrière un comptoir toute la journée, et donner la réplique à toutes sortes de clients, il faut déjà être un peu comédien…

L’autre – C’est vrai… Moi-même, je vais souvent au café pour écrire.

Patron – Qu’est-ce que vous écrivez ?

L’autre – Des pièces de théâtre.

Patron – J’en ai tellement entendu, des histoires. Il y aurait de quoi faire. Des comédies, des drames, des tragédies…

L’autre – Il faudra me raconter ça.

Un temps.

Patron – Il y a encore quelque chose qui vous tracasse ?

L’autre – On était deux à attendre une transplantation. Il n’y avait qu’un seul donneur disponible. J’ai appris que l’autre était mort quelques jours après mon opération…

Patron – Ah oui…

L’autre – Il paraît que j’avais un meilleur dossier.

Patron – Comme vous dites… C’est le destin.

L’autre – Oui… C’était peut-être un brave type.

Patron – Ou alors une crapule… Allez savoir…

L’autre se lève pour partir.

L’autre – Merci pour la limonade… Tenez, voici ma carte. Je cherche quelqu’un comme vous pour un petit rôle dans ma prochaine pièce. Un patron de bistrot. Ce sera vos débuts sur les planches…

Il part. Le patron regarde la carte. Noir

Scène 12

Le patron est derrière le bar. Elle arrive. C’est la même femme que dans la première scène.

Patron – Vous êtes revenue me demander en mariage ?

Elle – Ça ne fait pas encore dix ans…

Patron – Cinq.

Elle – Et vous vous souvenez encore de moi ?

Patron – Je vous l’ai dit, j’ai mes têtes… La vôtre est de celles qu’on n’oublie pas facilement. Toujours pas de calva ?

Elle – Je n’en aurai plus besoin. Enfin j’espère…

Patron – Tant mieux.

Elle – Vous vous rappelez ? Vous m’aviez lu mon horoscope…

Patron – « Vous donnerez votre cœur à un inconnu ». (Montrant le journal) C’est encore dans le journal d’aujourd’hui.

Elle – Ils reprennent souvent les mêmes formules.

Patron – Cette fois, c’est bien à la rubrique amour.

Elle – Ils ne se sont pas trompés. J’ai rendez-vous avec lui.

Patron – Ici ?

Elle – Dans cinq minutes.

Un temps.

Patron – Vous avez rencontré un inconnu sur un site de rencontre ?

Elle – C’est mon ex-mari. On a divorcé il y a quelques années.

Patron – Ah oui… Donc, ce n’est pas tout à fait un inconnu…

Elle – On a vécu ensemble pendant dix ans. J’avais l’impression de vivre avec un étranger. C’est moi que je ne connaissais pas. C’est moi qui n’allais pas bien.

Patron – Pourquoi maintenant ?

Elle – Il a subi une transplantation cardiaque il y a un an.

Patron – Alors vous vous êtes dit qu’avec un cœur tout neuf…

Elle – Quand il a appris qu’il était malade, il ne m’a rien dit. Ça n’allait déjà plus entre nous. Il ne voulait pas que je reste avec lui par pitié, j’imagine.

Patron – Et vous l’avez quitté…

Elle – Il m’a dit qu’il avait rencontré quelqu’un d’autre…

Patron – Mais ce n’était pas vrai…

Elle – Il avait une chance sur deux d’y rester. Il ne voulait pas faire de moi une veuve éplorée…

Patron – Il a préféré faire de vous une joyeuse divorcée… Et donc, il a survécu…

Elle – Je travaille à l’hôpital… J’ai appris par hasard qu’il avait subi une transplantation. C’est moi qui l’ai appelé… Je lui ai demandé s’il voulait qu’on se revoit.

Patron – Dans l’espoir que son cœur tout neuf se remette à battre pour vous… Attention… dans votre jargon, on pourrait appeler ça de l’acharnement thérapeutique !

Elle – Vous pensez qu’on ne peut pas aimer deux fois la même personne ?

Patron – En tout cas, on peut épouser deux fois le même homme, et on peut divorcer deux fois d’avec la même femme.

Elle – Ce n’est plus tout à fait le même homme. Vous l’avez dit, il a un cœur tout neuf…

Patron – Tout neuf, pas tout à fait… Celui ou celle à qui il a appartenu était peut-être déjà très malheureux en amour.

Elle – Finalement, vous êtes encore plus pessimiste que moi.

Patron – Je suis jaloux, c’est tout. Je vous l’ai dit, vous êtes de celles qu’on n’oublie pas…

Elle – J’espère que lui non plus ne m’aura pas oubliée… (Au bord des larmes) Et qu’il m’aura pardonnée…

Il pose sa main sur la sienne pour la réconforter.

Lui – Ayez confiance en vous.

Elle tourne son regard vers la vitrine du café, côté public.

Elle – Le voilà… J’ai le cœur qui bat…

Patron – Aussi fort que quand vous l’avez rencontré ?

Elle – Beaucoup plus fort…

Patron – Espérons que le sien ne lâchera pas maintenant, ce serait trop bête…

Elle – Finalement, je le prendrai bien, ce petit calva.

Il lui sert un verre, qu’elle boit cul sec.

Patron – Ça va aller.

Elle – Merci.

Elle lui presse la main une dernière fois, et s’éloigne vers le public pour aller à la rencontre de son ex-mari.

Noir

Fin

Ce texte est protégé par les lois relatives au droit de propriété intellectuelle.Toute contrefaçon est passible d’une condamnation allant jusqu’à 300 000 euros et 3 ans de prison.

Paris – Juillet 2019

© La Comédi@thèque – ISBN 978-2-37705-268-4

Ouvrage téléchargeable gratuitement

 

La maison de nos rêves

Posted juin 7, 2019 By admin

Une comédie de Jean-Pierre Martinez

1H/1F ou 2H/2F ou 3H/3F ou 4H/4F ou 5H/5F

Un couple vient d’acheter la maison de ses rêves, à un prix étonnamment bas. Qu’a-t-il bien pu se passer dans cette maison pour qu’elle n’ait pas trouvé preneur avant ? Les précédents propriétaires y sont morts dans des circonstances aussi dramatiques que mystérieuses… Un conte à rebours philosophique sur le destin tragicomique de l’humanité en général, et du couple en particulier.

Comédiathèque théâtre pièces télécharger textes gratuitCe texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l’autorisation de la SACD :

 

TÉLÉCHARGER LE PDF GRATUIT ACHETER LE LIVRE PAPIER
Maison amazon

Pour les achats en nombre, cet ouvrage peut être commandé en impression à la demande sur le site The Book Edition, avec des réductions sur quantité (5% à partir de 4 exemplaires et 10% à partir de 12 exemplaires), livraison avec un délai d’une semaine environ.

 

 

 

LIRE LE TEXTE INTÉGRAL DE LA PIÈCE

La maison de nos rêves

Conte à rebours

ACTE 5

Elle et lui sont assis dans un jardin.

Lui – Cette maison est absolument parfaite.

Elle – Oui. C’est vraiment le paradis.

Lui – Et ce jardin…

Elle – C’est le jardin d’Eden.

Un temps.

Lui – Le jardin d’Eden, c’est le paradis ?

Elle – Comment ça ?

Lui – Le paradis, c’est quand on est mort, non ?

Elle – Le jardin d’Eden, c’est le paradis terrestre. Le paradis perdu. Juste avant qu’Adam bouffe toutes les pommes, qu’Ève abatte le pommier pour en faire du bois de chauffage, et que leur fils fracasse le crâne de son frère avec les rondins.

Il la regarde un peu étonné.

Lui – Il faudra que je relise la Bible, maintenant que j’ai un peu le temps.

Elle – En tout cas, c’est la maison de nos rêves.

Lui – Oui. Exactement ce que nous voulions.

Elle – Tous les commerces sont à côté.

Lui – Sans parler des écoles.

Elle – Dommage que nous n’ayons pas d’enfants.

Lui – Ça leur évitera de s’entretuer.

Elle – Enfin, si on la revend un jour… à un couple qui a des enfants…

Lui – Et puis la maison est tellement impeccable.

Elle – Tout a été refait de la cave au grenier.

Lui – Des enfants, ils saloperaient tout.

Elle – Elle est comme neuve.

Lui – Oui, entièrement rénovée. Et à ce prix-là, tu te rends compte.

Elle – C’est vrai qu’on ne l’a pas payée cher.

Lui – Pour une maison comme ça.

Elle – Aussi belle, et aussi bien placée.

Lui – Les peintures sont encore fraîches.

Elle – C’est tellement blanc… C’en est presque suspect.

Lui – Suspect ?

Elle – Comme si on avait voulu effacer toute trace de…

Lui – De quoi ?

Elle – Je ne sais pas.

Lui – Toute trace de vie ?

Elle – Toute trace de sang…?

Ils échangent un regard inquiet.

Lui (pour se rassurer) – J’aime beaucoup cette maison.

Elle – On s’y sent tellement bien.

Lui – J’ai toujours rêvé d’avoir une maison comme ça.

Elle – Et aujourd’hui, ce rêve est devenu une réalité.

Silence. Nouvelle inquiétude.

Lui – Tu n’as pas entendu quelque chose.

Elle – Si…

Lui – Qu’est-ce que c’est ?

Elle – Je ne sais pas.

Lui – Ou alors on a rêvé.

Elle – Je vais voir.

Elle se lève, et revient un instant après.

Lui – Qu’est-ce que c’était ?

Elle – La boîte aux lettres.

Lui – Un courrier ?

Elle – Un prospectus.

Lui – On se demande à quoi ça sert de mettre un « Stop pub » sur sa porte.

Elle – C’est pour la « Fête des voisins ».

Lui – Les voisins font une fête ?

Elle – La « Fête des voisins » ! C’est une fois par an, au printemps. On sort des tables dans la rue, chacun apporte à boire et à manger…

Lui – Ah oui… La fête des voisins… Donc, ils nous mettent un mot pour nous prévenir qu’ils vont faire un peu de bruit.

Elle – Ils nous mettent un mot pour nous inviter !

Lui – Nous inviter ? Nous ? Mais on ne les connaît pas, ces voisins-là !

Elle – Maintenant qu’on habite ici, c’est nos voisins. On est supposés faire connaissance.

Lui – Je vois… La fête des voisins… Tu crois qu’il faut y aller.

Elle – Ce n’est pas une obligation… mais ce serait peut-être mieux. Qu’est-ce que tu en penses ?

Lui – Je ne sais pas…

Elle – Si on veut commencer à s’intégrer un peu dans le quartier.

Lui – C’est vrai, on ne connaît personne.

Elle – Même les anciens propriétaires, on ne les a jamais rencontrés.

Lui – Il faut dire qu’on ne sort pas souvent.

Elle – Non… On devrait peut-être…

Silence.

Lui – À propos de voisins, tu sais quoi ?

Elle – Quoi ?

Lui – Je me demande si la voisine n’est pas morte.

Elle – Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

Lui – Je ne sais pas… (Un temps) L’odeur, déjà…

Elle – L’odeur ?

Lui – Tu ne sens rien ?

Elle – Non.

Lui – Même sans avoir un sens de l’odorat très aiguisé… Il y a quelque chose de pourri dans le coin, je t’assure.

Elle – Ah bon ?

Lui – Et ça ne date pas d’hier. Ça sent de plus en plus fort…

Elle – Mais quand tu dis quelque chose de pourri… tu veux dire un cadavre ?

Lui – Je ne sais pas… je n’ai jamais eu l’occasion de renifler un cadavre. Et toi ?

Elle – Non. Enfin, si, mais… pas un cadavre qui sentait à ce point-là.

Lui – Comme une odeur de rat crevé, si tu préfères.

Elle – C’est peut-être un rat crevé.

Lui – Des rats ? Dans le quartier ? Ça m’étonnerait… C’est un quartier plutôt bourgeois.

Elle – Un sanglier, alors…? Ou une biche… J’ai mangé du gibier faisandé, un jour, dans un grand restaurant. Je pense qu’un cadavre, ça doit avoir un peu ce goût-là.

Lui – Une biche faisandée ?

Elle – Je ne sais pas… Le goût, peut-être… Mais alors l’odeur…

Lui – Ça a l’air de venir de la maison d’à côté. Ou du jardin.

Elle – Comment une biche aurait pu arriver dans le jardin de la voisine ?

Lui – Surtout une biche morte. On a beau habiter un quartier bourgeois, il n’y a plus trop de chasses à courre, dans le coin.

Elle – Et à part l’odeur, qu’est-ce qui te fait penser que la voisine pourrait bien être décédée.

Lui – On ne la voit jamais… Les volets sont fermés…

Elle – Elle est peut-être partie en vacances.

Lui – Depuis plus de trois mois ?

Elle – Pourquoi pas ?

Lui – À cet âge-là, on part en croisière pour une semaine. Dix jours tout au plus.

Elle – Comment tu sais quel âge a la voisine ? Puisqu’on ne l’a jamais vue. D’ailleurs, comment tu sais que c’est une femme ?

Lui – Je ne sais pas. J’imaginais une vieille dame. La maison n’est pas en très bon état. Et les femmes vivent souvent plus longtemps que leurs maris. Donc, j’en ai déduit que…

Elle – Je vois…

Lui – Observation, déduction…

Elle – Elle a dû partir pour un très long voyage. Ou alors, elle est chez ses enfants.

Lui – Pendant trois mois ? Qui supporterait d’avoir sa mère chez lui pendant trois mois ?

Elle – Bon, admettons… La voisine est morte… Chez elle… Et tu serais le seul à t’en être aperçu ?

Lui – J’ai toujours eu l’odorat très fin…

Elle – Sa famille se serait inquiétée de sa disparition…

Lui – Sa famille ?

Elle – Ses enfants.

Lui – Et si elle n’a pas d’enfants ?

Elle – Tout le monde a des enfants !

Lui – Nous on n’en a pas…

Elle – Son mari, alors.

Lui – Tu viens de dire qu’elle était sûrement veuve…

Un temps.

Elle – Bon… Alors qu’est-ce qu’on fait ? Il faudrait prévenir la police…

Lui – La police ?

Elle – On ne va pas la laisser là comme ça, en attendant que…

Lui – Qu’elle commence à se décomposer ?

Elle – Combien de temps un corps peut-il rester comme ça avant de commencer à sentir ?

Lui – Je me demande si c’est une bonne idée que ce soit nous qui prévenions la police.

Elle – Pourquoi ça ?

Lui – On pourrait nous soupçonner.

Elle – Nous soupçonner ? De quoi ?

Lui – De l’avoir assassinée !

Elle – Parce que tu crois qu’elle a été assassinée ?

Lui – Je n’en sais rien… Ça arrive…

Elle – Et pourquoi on nous soupçonnerait ?

Lui – Ça fait à peine trois mois qu’on a emménagé ici, la voisine meurt juste au même moment, et c’est nous qui prévenons la police…

Elle – Tu as raison, on pourrait avoir des ennuis… Mais pourquoi on l’aurait tuée, la voisine ?

Lui – On a toujours de bonnes raisons de vouloir se débarrasser de ses voisins, non ?

Elle – Quelles raisons ?

Lui – Pour racheter la maison, par exemple.

Elle – Oui, enfin…

Lui – Surtout si on l’a achetée en viager.

Elle – Ne me dis pas que tu as acheté la maison de la voisine en viager, et que c’est toi qui l’a tuée.

Lui – Mais non, qu’est-ce que tu vas chercher !

Elle – Tu me rassures…

Lui – Ceci dit, ce ne serait peut-être pas une mauvaise idée.

Elle – De tuer la voisine ?

Lui – De racheter la maison.

Elle – Pour quoi faire ?

Lui – Pour ne plus avoir de voisine !

Elle – Tu recommences à m’inquiéter…

Lui – Plus de voisins, plus de fête des voisins.

Elle – Oui, évidemment…

Lui – En tout cas, si elle est morte, la maison va sûrement être mise en vente.

Silence.

Elle – Je crois que je commence à la sentir un peu, cette odeur…

Lui – Une odeur de pourri ?

Elle – Oui, il me semble…

Un temps.

Lui – Tu ne dis pas ça pour me faire plaisir, au moins ?

Elle – Quoi ?

Lui – Que tu sens une odeur de cadavre.

On sonne.

Lui – Qu’est-ce que c’est encore ? On attend quelqu’un ?

Elle – Non.

Lui – J’espère que ce n’est pas une autre invitation.

Elle – On ne connaît personne… Une invitation pour quoi ?

Lui – La « Fête de la Musique » ?

Elle – C’est vrai que c’est dans pas trop longtemps aussi.

Lui – Ils pourraient grouper.

Elle – La fête de la musique entre voisins…

Lui – Je vais aller voir…

Il sort. Elle hume l’air pour essayer de sentir quelque chose.

Elle – Je n’aurais pas fait un bon chien policier. (Il revient) Qu’est-ce que c’était ?

Lui – La voisine.

Elle – Celle qui est morte ?

Lui – L’autre voisine.

Elle – Qu’est-ce qu’elle voulait ?

Lui – Elle voulait savoir si par hasard, ce n’était pas chez nous que ça sentait le cadavre.

Elle – Elle a dit le cadavre ?

Lui – Je crois qu’elle voulait plutôt parler d’un animal mort. Un chat par exemple. Le sien a disparu il y a déjà quelques semaines.

Elle – Et qu’est-ce que tu lui as répondu ?

Lui – Je lui ai dit que je ne sentais rien…

Elle – Tu as bien fait.

Lui – Il vaut mieux ne pas s’occuper de ce qui ne nous regarde pas.

Elle – Pour vivre heureux, vivons cachés…

Lui – On est heureux ?

Elle – Qu’est-ce que tu en penses ?

Silence.

Lui – C’est curieux… Elle m’a raconté une drôle d’histoire…

Elle – Qui ?

Lui – La voisine !

Elle – Quelle histoire ?

Lui – Je ne sais pas si tu as envie d’entendre ça maintenant.

Elle – Tu en as trop dit ou pas assez…

Lui – Tu te souviens de ce que nous a dit l’agent immobilier quand on a acheté la maison ?

Elle – Quoi ?

Lui – Que la maison était en vente parce que les propriétaires étaient morts.

Elle – Oui… C’est sûrement pour ça qu’on ne les a jamais rencontrés.

Lui – Ce qu’il a omis de nous préciser, c’est comment ils étaient morts…

Elle – C’est vrai, ça. C’est curieux qu’ils soient morts tous les deux, en même temps.

Lui – Oui…

Elle – Comment ils sont morts ?

Lui – Elle lui a fendu le crâne d’un coup de hache…

Elle – Ah oui… Et où ça ?

Lui – Ici, dans le jardin.

Elle – Non ? Et après ?

Lui – Après, elle s’est jetée du deuxième étage dans la cour.

Elle – La cour ? Tu veux dire le jardin ? Notre jardin…?

Silence.

Lui – Je ne comprenais pas pourquoi cette maison était en vente depuis si longtemps.

Elle – Et qu’elle n’ait pas trouvé preneur, même à un prix aussi bas.

Lui – C’est vrai qu’on a fait une bonne affaire.

Elle – Tu crois ?

Lui – Je ne sais pas…

Elle – C’est sans doute pour ça qu’ils ont refait toutes les peintures.

Lui – Pour effacer toutes les traces de sang…

Un temps.

Elle – Tu es sûr que c’est dans la maison d’à côté, que ça sent la mort ?

Lui – Qu’est-ce que tu veux dire ?

Elle – Ça vient peut-être d’ici.

Lui – Non mais ce n’est pas possible. Quand la police est venue et qu’ils ont découvert le drame, ils ont enlevé les corps, quand même.

Elle – Il y a parfois des phénomènes étranges, dans les maisons où des drames comme ça se sont produits…

Lui – C’est vrai que la première fois qu’on a visité la maison, j’avais déjà senti quelque chose.

Elle – Et tu ne m’as rien dit ?

Lui – La maison était tellement bon marché…

Elle – Je comprends pourquoi, maintenant.

Lui – Oui, moi aussi…

Silence.

Elle – Tiens, on dirait que la voisine est rentrée de vacances…

Lui – Tu crois ?

Elle – Les volets sont ouverts…

Lui – Au moins, elle, elle n’est pas morte.

Elle – Non… Pas encore…

Lui – Donc ce n’est pas de chez elle que vient cette odeur.

Elle – Ou alors c’est le chat…

Lui – On va dire que c’est le chat.

Elle – Oui, c’est sûrement le chat.

Silence.

Lui – Alors qu’est-ce qu’on fait ? On y va ou pas ?

Elle – Où ça ?

Lui – À la fête des voisins !

Elle – Je ne sais pas si c’est une bonne idée.

Lui – Tu as raison.

Elle – Je les vois déjà nous regarder par en dessous en parlant à voix basse.

Lui – « C’est eux ».

Elle – « Ceux qui habitent dans la maison où a eu lieu ce massacre ».

Lui – Oui… En se demandant quand ce sera notre tour.

Elle – Notre tour ?

Lui – De nous massacrer.

Elle – Tu crois qu’on pourrait en arriver là ?

Lui – On s’emmerde tellement.

Elle – On a une hache ?

Silence. Il hume à nouveau l’air.

Lui – Et si c’était nous…

Elle – Nous ?

Lui – Qui sentions le pourri.

Ils se regardent, perplexes.

Noir

ACTE 4

 Il arrive en premier, et jette un regard autour de lui. Elle le rejoint.

Lui – Alors, Commissaire, qu’est-ce que vous en pensez ?

Elle – Je pense qu’ils sont morts tous les deux.

Lui – Oui… C’est ce que je me suis dit aussi, quand j’ai vu que sa tête à lui était séparée du corps et qu’elle avait roulé à plus de deux mètres du tronc…

Elle – Et que sa tête à elle avait éclaté sur le carrelage de la cour comme une vieille pastèque trop mûre.

Lui – Mais ce que je voulais savoir, Commissaire, c’est ce que vous pensez de cette affaire…

Elle – Je ne pense rien, mon vieux. J’observe, et je déduis, c’est tout. Comme Sherlock Holmes ou l’inspecteur Columbo. Un bon policier ne pense pas. Il observe, et il tire des conclusions de ses observations.

Il lui lance un regard perplexe, et continue d’examiner les lieux.

Lui – Je me demande ce qui a bien pu se passer ici, pour qu’un couple sans histoire en arrive à se massacrer comme ça avec un tel entrain.

Elle – Qu’est-ce qui vous fait penser qu’il s’agit d’un meurtre ?

Lui – Elle tenait encore à la main la hache qui a servi à le décapiter.

Elle – Ne vous fiez pas aux apparences, Inspecteur, ça vous jouera des tours. D’ailleurs, vous avez omis de noter qu’avant de décapiter son mari, elle avait abattu un pommier dans le jardin. Probablement avec la même hache.

Lui – C’est vrai, je n’avais pas fait attention à ça. Et puis je n’y connais rien en arbre.

Elle – Moi non plus.

Lui – Alors comment savez-vous que c’est un pommier ?

Elle – Parce que j’ai vu des pommes accrochées aux branches.

Lui – Je n’avais pas remarqué ça non plus…

Elle – Si j’avais vu des poires, j’en aurais déduit que c’était un poirier. Des cerises, un cerisier. Observation, déduction. N’oubliez jamais ça, Inspecteur.

Lui – J’y penserai, Commissaire.

Elle – Qu’est-ce qu’on sait de ce… couple sans histoire, comme vous dites ?

Il regarde sur un petit calepin.

Lui – Lui, il était auteur de théâtre… Elle, comédienne…

Elle – Un auteur connu ?

Lui – Une de ses pièces a rencontré un certain succès il y a quelques années.

Elle – Ah oui ? Laquelle ?

LuiUn rêve de maison

Elle – Jamais entendu parler. La dernière fois que je suis allée au théâtre, c’était pour voir La cage aux folles.

Lui – Ça ne vous a pas plu…

Elle – Si, si. Justement. J’ai préféré rester sur une bonne impression. Et elle ?

Lui – Des seconds rôles, principalement… De moins en moins, d’ailleurs. Apparemment, il lui manquait quelques cachets pour valider son intermittence cette année.

Elle – Ça pourrait constituer un motif de suicide. Mais pas un mobile de meurtre. Pas de casier ?

Lui – Une obscure affaire de plagiat. Un vol à l’étalage. Une fraude aux allocations familiales. Rien de grave…

Elle – Ils avaient des enfants ?

Lui – Non. C’est pour ça que je parlais de fraude aux allocations familiales.

Elle – Je vois… Un vol à l’étalage, vous disiez ?

Lui – Oui.

Elle – Lui ou elle ?

Lui – Elle.

Elle – Du parfum ? Du maquillage ? De la lingerie ? C’est généralement ce que volent les femmes dans les magasins…

Il regarde sur un petit calepin.

Lui – Une hache.

Elle – Une hache ? Il pourrait donc y avoir préméditation…

Lui – Si c’est bien avec cette hache qu’elle a décapité son mari.

Elle – Pourquoi aurait-elle volé une hache si elle en avait déjà une ?

Lui – Je ne sais pas… Certaines femmes volent pour le plaisir de voler…

Elle – Une hache ?

Lui – C’est vrai qu’une hache… c’est plutôt rare.

Elle – Une hachette, à la rigueur. Ce serait plus féminin… Ou un couteau à pain. Une lime à ongles, éventuellement.

Lui – Pour couper un arbre ?

Elle – C’est un petit arbre, Inspecteur. Vous n’aviez pas remarqué ça non plus ?

Lui – Et pour… le plagiat, Commissaire, qu’est-ce que vous en pensez ?

Elle – Vous ne savez pas ce que ça veut dire, c’est ça ?

Lui – Disons que… je ne suis pas très sûr.

Elle – Un plagiat, c’est un vol.

Lui – Comme de voler une hache dans un magasin de bricolage ?

Elle – Oui. Sauf que le magasin de bricolage, c’est le cerveau d’un auteur, et que ce sont ses idées que le plagiaire lui vole.

Lui – Je vois… Un peu comme un vampire qui suce le sang de ses victimes… Elle lui a peut-être fendu le crâne pour fouiller son cerveau et lui voler ce qu’il y avait dedans…

Elle – Pourquoi se serait-elle jetée par la fenêtre après ?

Lui – Qu’est-ce qu’un comédien pourrait bien voler à un auteur ?

Elle – Ses répliques, probablement. C’est un travers assez habituel chez les comédiens. Ils finissent par se croire l’auteur du texte qu’ils interprètent.

Lui – Vraiment ?

Elle – J’ai connu un tragédien qui avait fini par se convaincre qu’il était l’auteur de toutes les pièces de Racine.

Lui – Il a fini à l’asile, j’imagine.

Elle – Il a fini à l’Académie Française.

Lui – L’Académie Française…?

Elle – C’est l’équivalent du Conseil Constitutionnel, mais pour les gens de lettres. Une sorte de maison de retraite, si vous préférez. Mais au lieu de jouer au Scrabble, ils décident des mots qui peuvent être acceptés au Scrabble.

Lui – Et c’est grave, Commissaire ?

Elle – Quoi donc ?

Lui – Le plagiat !

Elle – Nous sommes tous des faussaires, mon vieux. Nous ne faisons que répéter les phrases toutes faites qu’on nous a apprises à l’école. En les déformant au passage. Si on jetait en prison tous ceux qui ne sont pas vraiment les auteurs des conneries qu’ils profèrent à longueur de journée, il n’y aurait plus grand monde en liberté, croyez-moi.

Lui – Même si, comme disait Michel Audiard, « un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche ».

Elle – C’est de Jacques Audiberti.

Lui – Connais pas…

Elle – « Un con qui marche vaut mieux que dix intellectuels assis ». Il arrivait aussi à Michel Audiard de plagier ses confrères. Même si en l’occurrence, je ne suis pas sûre de savoir lequel a plagié l’autre.

Lui – En somme… on n’a rien inventé.

Elle – La vie est un combat de chaque instant contre la médiocrité, qui consiste à plagier les autres, avant de se plagier soi-même…

Lui – C’est tellement intelligent, ce que vous dites… Je ne suis pas sûr de tout comprendre…

Elle – La véritable intelligence, Inspecteur, c’est de savoir fermer sa gueule. Peu de gens en sont capables. Moi-même, je me surprends parfois à faire des phrases… qui ne sont pas de moi.

Lui – Et ça, c’est de vous, Commissaire ?

Elle – Malheureusement non. Ramassez un morceau de cette pastèque et mettez-le dans un sac isotherme. On l’enverra au labo pour analyse.

Lui – Bien, Commissaire.

Elle – Et n’oubliez pas de mettre des gants…

Lui – Pour ne pas contaminer l’échantillon.

Elle – Oui… Et surtout pour ne pas vous salir les mains…

Lui – Et ne pas salir la maison.

Elle – Ce serait dommage. C’est tellement propre, ici.

Lui – À ce qu’il paraît, ils faisaient refaire les peintures tous les ans.

Elle – Après chaque crime, probablement.

Lui – Vous croyez qu’il y en a eu plusieurs ?

Elle – Je vous l’ai dit, je ne crois rien.

Il sort. Elle jette un regard autour d’elle, avant de humer l’air. Puis elle se met à quatre pattes et renifle un peu partout comme un chien policier. Il revient et la regarde, un peu interloqué.

Lui – Vous êtes sur une piste, Commissaire ?

Elle se relève.

Elle – Croyez-en mon flair, Inspecteur, ça sent la mort, dans cette maison.

Lui – Il y a deux cadavres juste à côté, c’est normal, non ?

Elle – Ce que je voulais dire, c’est que ça sent le pourri. La chair en décomposition, si vous préférez. Or ce couple est mort il y a très peu de temps.

Lui – Comment le savez-vous ?

Elle – La cervelle de madame était encore fumante quand nous sommes arrivés.

Lui – C’est vrai qu’il ne fait pas très chaud, ici. Mais sans vouloir vous contredire, Commissaire, pour la fumée, je crois qu’il s’agissait plutôt d’une cigarette mal éteinte. J’ai retrouvé le mégot consumé dans un coin de la cour.

Elle – Eh bien raison de plus. Quand la dernière cigarette fume encore, c’est que le condamné n’est pas mort depuis très longtemps. (Elle renifle à nouveau.) Cette affaire sent le pourri, je vous dis…

Lui – Et quelles conclusions tirez-vous de ces observations, Commissaire ?

Elle – Il y a au moins trois conclusions possibles.

Lui – Je vous écoute.

Elle – Soit les victimes sentaient déjà le pourri de leur vivant.

Lui – Oui…

Elle – Soit cette odeur provient d’autres cadavres plus faisandés qu’on n’aurait pas encore découverts. Des cadavres enterrés dans la cave, par exemple.

Lui – Combien de temps un homme peut-il rester en terre avant de pourrir ?

Elle – Ma foi, s’il n’est pas déjà pourri avant de mourir…

Lui – Alors ça non plus, ce n’est pas de vous…

Elle – Non.

Lui – C’est de qui, patron ?

Elle – Shakespeare. Dans Hamlet. À supposer que ce soit bien lui qui ait écrit ses pièces, évidemment.

Lui – Vous pensez que Shakespeare était un plagiaire, lui aussi ?

Elle – Allez savoir…

Lui – Et quelle est votre troisième hypothèse, Commissaire ?

Elle – Et si c’était nous qui sentions le pourri…?

Lui – Je n’aurais jamais pensé à ça…

Elle – C’est pour ça que je suis commissaire et vous seulement inspecteur.

Lui – Bien sûr, Commissaire.

Elle – J’ai beaucoup réfléchi sur la nature humaine. Et j’en suis arrivée à certaines conclusions, que je consignerai peut-être dans un livre lorsque je serai à la retraite, afin d’en faire profiter les générations futures.

Lui – Vraiment ? Et quel genre de livres, Commissaire ? Un roman policier ?

Elle – Plutôt… une sorte de Bible.

Lui – Je vois… Une bible de série policière…

Elle – Enfin, Inspecteur ! Une Bible ! Un nouveau Nouveau Testament, en quelque sorte.

Lui – Ah, d’accord…

Lui – Vous voulez connaître en avant-première quelques-unes de mes réflexions ?

Lui – Pourquoi pas…?

Après un bref silence, pour ménager l’effet dramatique.

Elle – Vous savez combien d’êtres humains ont vécu et sont morts sur cette terre avant nous, Inspecteur ?

Lui – Non.

Elle – Environ cent milliards. Pour un être vivant sur cette planète, il y en a plus de dix dans nos cimetières et ailleurs.

Lui – Ah oui. Ça fait du monde.

Elle – Et ça ne va pas s’arranger, croyez-moi.

Lui – Ah bon ?

Elle – Vous verrez. En vieillissant, on finit par connaître plus de morts que de vivants.

Lui – C’est vrai…

Elle – Et il arrivera un jour où sur cette terre, il n’y aura plus que des morts.

Lui – La fin du monde, vous voulez dire ?

Elle – La fin de l’humanité, en tout cas. Au rythme où on va, c’est sans doute pour bientôt. La Terre ne sera plus alors qu’une maison vide, hantée par tous les morts qui l’ont occupée successivement depuis l’aube de l’humanité.

Lui – C’est beau ce que vous dites, Commissaire.

Elle – Ce n’est pas de moi, hélas.

Lui – C’est de qui, alors ?

Elle – De l’auteur de cette pièce, j’imagine. À moins que ce ne soit qu’un vulgaire plagiaire, lui aussi.

Lui – Et pour ce double meurtre, qu’est-ce qu’on fait ?

Elle – Il nous faudra remonter le fil de ces événements funestes, depuis ce dernier meurtre, jusqu’à la première victime de cette tueuse en série.

Lui – Vous pensez que nous avons affaire à une tueuse en série ?

Elle – La Mort ! C’est elle qui est responsable de tous ces décès ! Il n’y a pas de mort naturelle, Inspecteur. Toute mort est un homicide. C’est la Mort qui a assassiné tous ces gens.

Lui – Mais quand vous dites remonter le fil des événements, vous voulez dire…?

Elle – Le premier meurtre ! La première affaire criminelle.

Lui – Quelle affaire ?

Elle – Caïn et Abel, évidemment.

Lui – Je n’ai pas entendu parler de cette affaire. Caïn et Abdel, vous dites ?

Elle – Vous n’avez jamais lu la Bible ? Ou Victor Hugo ? « L’œil était dans la tombe et regardait Caïn », ça ne vous dit rien ?

Lui – Non. Une caméra cachée dans une tombe ?

Elle – C’est Dieu qui, le premier, a inventé la vidéosurveillance, Inspecteur. Nous autres policiers, nous ne sommes que ses modestes serviteurs.

Silence.

Lui – Alors vous croyez que la Terre pourrait disparaître un jour ?

Elle – La Terre, c’est comme une maison. On l’achète à quelqu’un en arrivant, on la revend à quelqu’un d’autre en partant, en espérant faire une petite plus-value au passage. On a l’impression qu’elle a toujours été là, cette maison, et qu’elle y sera toujours. Pourtant, quelqu’un l’a construite un jour, et quelqu’un finira par la détruire.

Lui – Je commence à la sentir, moi aussi.

Elle – Quoi ?

Lui – Cette odeur de mort.

Elle – Cette odeur, mon vieux, c’est celle de la vie d’avant soi. Les cent milliards d’humains qui nous ont précédés. La Terre est un charnier, une fosse commune, un gigantesque cimetière sous la lune.

Lui – J’imagine que ce n’est toujours pas de vous…

Elle – Allez savoir… Il m’arrive aussi d’improviser. Vous avez vu La nuit des morts-vivants ?

Lui – Ces cadavres qui sortent de leurs tombes et vont faire un tour en ville pour bouffer de la chair fraîche ?

Elle – Cent milliards, vous imaginez ? Sans compter les animaux sauvages, qu’on aura bientôt tous exterminés, et les animaux domestiques, qu’on élève dans des cages et qu’on massacre à la chaîne pour les bouffer le dimanche après la messe autour d’un barbecue entre amis.

Lui – C’est vrai que c’est sympa, un petit barbecue…

Elle – Imaginez qu’une nuit, ils reviennent tous pour nous bouffer, tous ces poulets, tous ces cochons, tous ces veaux qu’on a massacrés dans nos abattoirs ?

Lui – Ah oui, ça fout les jetons…

Elle – Sans parler des légumes !

Lui – Les légumes ? Vous voulez dire les frites ?

Elle – Imaginez ! La nuit des morts-vivants, mais avec des patates, des carottes et des navets, qui sortent de terre la nuit pour venir nous bouffer ? Imaginez, Inspecteur !

Lui – J’essaie, Commissaire. J’essaie… Et qu’est-ce qu’on fait de ces deux-là ?

Elle – Qu’est-ce que vous pensez de la maison ?

Lui – Elle est pas mal.

Elle – Pas mal ?

Lui – Non, c’est vrai qu’elle est absolument parfaite.

Elle – J’en cherche une dans le quartier, justement. Mais avec le salaire de misère qu’on nous verse tous les mois… Même si je gagne trois fois plus que vous.

Lui – Aucuns travaux à prévoir. Près de tous les commerces. Avec une école pas très loin.

Elle – Maintenant, la maison va sûrement être mise en vente.

Lui – Maintenant ?

Elle – Maintenant que les propriétaires sont morts.

Lui – Vous pourriez vivre dans une maison où se sont déroulés des événements aussi dramatiques ?

Elle – Pas vous ?

Lui – Je crois que je ferais des cauchemars…

Elle – Alors vous pensez que la maison sera vendue moins cher ?

Lui – Je pense que cette maison est invendable…

Elle – C’est aussi mon avis.

Lui – Dans le quartier, ça restera la maison où a eu lieu le massacre. La maison du crime.

Elle – Vous connaissez ce tableau de Paul Cézanne, La maison du Pendu ?

Lui – Qui ?

Elle – On ne sait même pas si quelqu’un s’est jamais pendu dans cette baraque. Peut-être que tout simplement, elle appartenait autrefois à un Breton qui s’appelait Pen’Du.

Lui – Ah oui, un Breton…

Elle – Mais vous imaginez le boulot pour un agent immobilier. Qui pourrait bien vouloir acheter la maison d’un pendu ? Et encore, là on en a fait un tableau célèbre. Mais pour une maison du pendu peinte par Cézanne, combien de maisons où quelqu’un s’est pendu sans que personne ne le sache.

Lui – Il faut bien se pendre quelque part.

Elle – Autre part, mais pas chez moi. Ça risquerait de dévaloriser la maison. D’où l’expression.

Lui – Quelle expression ?

Elle – Allez vous faire pendre ailleurs !

Lui – Ah oui…

Elle – Et si on la rachetait, cette maison.

Lui – On ?

Elle – Pour une bouchée de pain. Vous et moi. Vous devez bien avoir quelques économies ?

Lui – C’est sûr qu’on pourrait l’avoir pour pas cher. Mais vous disiez qu’elle serait invendable.

Elle – On la rachète pour presque rien, on attend que ça se tasse un peu, on refait les peintures, et on la revend avec une grosse plus-value.

Lui – Et en attendant, qui l’habitera ?

Elle – Vous et moi !

Lui – Vous et moi ?

Elle – Je ne vous plaît pas, Inspecteur ?

Lui – Si, si, bien sûr, c’est juste que…

Elle – Quoi ?

Lui – Non, non, rien… (Un temps) Et moi, je vous plais, Commissaire ?

Elle lui lance un regard étonné.

Elle – Non mais je plaisantais, mon vieux.

Lui – Bien sûr, Commissaire.

Elle – Vous et moi, on se connaît déjà trop bien. On finirait par s’ennuyer.

Lui – Peut-être même qu’on commencerait par là.

Elle – Et croyez en mon expérience, c’est pour échapper à l’ennui que pas mal de couples en arrivent à se massacrer à domicile.

Lui – Vous pensez qu’elle lui a fendu le crâne et qu’elle s’est défenestrée juste après seulement pour pimenter un peu leur vie de couple ?

Elle – Vous êtes marié, Inspecteur ?

Lui – Non.

Elle – Alors vous ne pouvez pas comprendre.

Noir

ACTE 3

Il est là, assis, immobile. Elle arrive de l’extérieur, un imperméable sur le dos et une hache à la main.

Lui – Ça va ?

Elle – Oui.

Elle retire son imperméable.

Lui – Tu as passé une bonne journée ?

Elle – Ça va.

Lui – Bon. (Silence, pendant lequel elle affûte sa hache avec une pierre) Tu as quelque chose à me dire ?

Elle – Qu’est-ce qu’on pourrait se dire de plus ? Qu’on n’ait pas déjà dit… On ne ferait que se répéter, non ?

Lui – Bien… Et… si je peux me permettre quand même… Qu’est-ce que tu fais avec cette hache ?

Elle – Ah… Ça c’est une question que tu ne m’as encore jamais posée…

Lui – Sans doute parce que c’est la première fois que tu reviens à la maison avec une hache…

Elle – Voilà… C’est la première fois… J’ai décidé de te surprendre, vieille branche…

Lui – C’est aussi la première fois que tu m’appelles vieille branche… Et alors ?

Elle – Je vais abattre l’arbre qu’il y a au fond du jardin.

Lui – Avec une hache ?

Elle – Ben oui ! Pas avec une lime à ongles.

Lui – Et qu’est-ce qu’il t’a fait, cet arbre ?

Elle – Il est pourri.

Lui – Pourri ?

Elle – Pourri de l’intérieur. Au moindre coup de vent, il risque de nous tomber dessus.

Lui – On est rarement en dessous.

Elle – On pourrait avoir envie de faire un barbecue.

Lui – On ne fait jamais de barbecues. Et je ne sais même pas où il est, cet arbre.

Elle – Ça ne m’étonne pas. Tu ne sors plus de la maison. Même pour aller dans le jardin.

Lui – Je ne savais pas qu’on avait une hache.

Elle – On n’en avait pas.

Lui – Alors tu as acheté une hache…

Elle – Je ne l’ai pas achetée, je l’ai volée.

Lui – C’est plutôt encombrant… Comment peut-on voler une hache ?

Elle – On ne peut pas. Le vigile m’a rattrapée à la sortie. Finalement, j’ai dû la payer.

Lui – On a tout de même les moyens d’acheter une hache. Pourquoi tu ne voulais pas la payer ?

Elle – Pour qu’il n’y ait pas de facture, évidemment !

Lui – Et ça sert à quoi, d’acheter une hache sans facture ?

Elle – Pas de facture, pas de trace ! Si tu achetais un revolver pour tuer quelqu’un, tu préférerais qu’il n’y ait pas de facture, non ?

Lui – Oui, j’imagine… Enfin j’essaie. Je n’ai encore jamais acheté de revolver. Et je n’ai encore jamais tué personne. Jusqu’à aujourd’hui…

Elle – Tu as raison. Acheter un revolver, ça peut éveiller les soupçons. Plus que d’acheter une hache, en tout cas. Même avec une facture…

Lui – Donc, tu as conscience qu’il s’agit d’un acte grave, pour ne pas dire répréhensible…

Elle – J’en ai conscience, rassure-toi.

Lui– À la rigueur, je peux comprendre qu’on abatte un arbre sur un coup de sang. Un platane, par exemple. Parce qu’il s’est jeté sous vos roues juste au moment où vous passiez tranquillement en voiture, complètement bourré. Mais là, comme ça, de sang froid. Avec une hache que tu t’es procurée exprès pour ça… C’est une exécution ! Un meurtre avec préméditation. Je te préviens, je ne me rendrai pas complice d’un tel crime.

Elle – Rassure-toi, tu ne participeras pas à ce massacre. (Plus bas) Pas en tant que complice, en tout cas…

Lui – Pourquoi maintenant ?

Elle – Il est pourri, je te dis.

Lui – Depuis quand ?

Elle – Je ne sais pas… C’est venu petit à petit. Quand le ver est dans le fruit… il finit parfois par attaquer l’arbre.

Lui – Je ne savais même pas qu’on avait un arbre dans le jardin. C’est quoi, comme arbre ?

Elle – Un pommier.

Lui – On a un arbre fruitier dans le jardin ?

Elle – Il est déjà à moitié mort. Il ne donne plus de pommes depuis longtemps.

Lui – Ce n’est pas une raison pour s’en débarrasser comme ça.

Elle – Cet arbre m’a beaucoup déçu. J’avais fondé de grands espoirs sur lui.

Lui – Tu dis qu’il est à moitié mort. C’est qu’il est encore à moitié vivant.

Elle – C’est trop tard. Je préfère abréger son agonie.

Lui – Il pourrait encore donner quelques pommes.

Elle – C’est bien ce que je lui reproche.

Lui – Pardon ?

Elle – Toute sa vie, cet arbre n’a donné que des pommes. Et s’il vivotait encore pendant dix ou vingt ans, il ne donnerait encore et toujours que des pommes.

Lui – Les pommiers donnent des pommes. Tu t’attendais à quoi ?

Elle – À ce qu’il me surprenne.

Lui – Et donc, tu préfères l’abattre.

Elle – À quoi bon ? Cet arbre est devenu tellement prévisible. Et ce qui est prévisible est tellement déprimant.

Lui – Et qu’est-ce que tu vas faire du tronc ?

Elle – Du tronc ? La même chose que de la tête, j’imagine. Je débiterai tout ça en morceaux, je le mettrai dans des sacs en plastique, et je jetterai les tronçons peu à peu dans la poubelle devant chez nous. Un peu chaque jour, pour que les éboueurs ne s’aperçoivent de rien.

Lui – Qu’ils s’aperçoivent de quoi ?

Elle – On n’est pas supposés jeter de vieilles branches à la poubelle. Même en petits morceaux.

Lui – Raison de plus pour ne pas l’abattre, ce pommier.

Elle – Assez bavardé. Plus vite ce sera fait…

Elle fait un pas pour sortir. Il se lève et lui fait face.

Lui – Et si moi, je n’étais pas d’accord ?

Elle – Ah oui ? Et qu’est-ce que tu ferais ?

Lui – Je pourrais t’en empêcher.

Elle – M’en empêcher ? Toi ?

Lui – Parfaitement. Et toi, si je voulais t’en empêcher, qu’est-ce que tu ferais ?

Elle – Je ne sais pas… (Elle brandit sa hache) Je pourrais te fracasser le crâne avec cette hache, par exemple. Histoire de voir s’il y a vraiment un cerveau à l’intérieur.

Un temps.

Lui – Alors tu m’en veux encore d’avoir signé le scénario de cette pièce à ta place…

Elle – Ça s’appelle un plagiat, non ?

Lui – C’était mieux comme ça, je te l’ai dit cent fois. J’étais déjà un peu connu en tant qu’auteur. Ça rassurait le producteur.

Elle – Ça te rassurait surtout toi. Signer enfin quelque chose d’intéressant…

Lui – La pièce a fait un four.

Elle – Certaines pièces ont une deuxième chance. Ruy Blas a reçu un très mauvais accueil lors de la première. C’est devenu un classique, et on en a même fait un film avec Montand et De Funès : La folie des grandeurs.

LuiLa folie des grandeurs… Tu devrais te faire soigner, en effet. Tu te prends pour Victor Hugo, maintenant ?

Elle – Pourquoi pas ? Ruy Blas raconte aussi l’histoire d’un imposteur. Même si le héros, lui, ne manque pas de grandeur.

LuiLa Maison de nos rêves ? Tu comptais vraiment passer à la postérité avec ça ?

Elle – Ça ne t’a pas empêché de signer le manuscrit !

Lui – D’ailleurs, je me demande si tu ne t’es pas un peu inspiré de La folie des grandeurs pour écrire ce navet.

Elle – C’est toi qui me traites de plagiaire, maintenant ! C’est le monde à l’envers !

Elle avance vers lui avec sa hache, menaçante. Il recule prudemment d’un pas.

Lui – N’oublie pas qu’une facture a été émise, finalement. Et la direction du magasin a sûrement fait un signalement à la police. Tu es déjà fichée pour vol à l’étalage.

Elle – Et toi pour plagiat. Parce que ce n’est pas la première fois que tu t’appropries un texte qui n’est pas de ta main.

Elle lève sa hache.

Lui – La police viendra. Tu ne pourras jamais faire passer ça pour un crime passionnel. Tu prendras perpète.

Elle – C’est en me mariant avec toi que j’ai pris perpète… (Elle baisse sa hache, semblant se résigner) Mais tu as raison… ce serait trop risqué. Ça n’en vaut pas la peine…

Lui – Allez, pose cette hache, tu vas finir par blesser quelqu’un.

Elle – Je me demande pourquoi on est venus s’enterrer ici…

Lui – Oui, moi aussi…

Elle – Je ne sais pas pourquoi, il m’a toujours semblé qu’il y avait quelque chose qui clochait avec cette baraque.

Lui – Quoi ?

Elle – Je ne sais pas…

Lui – Comme une malédiction.

Elle – Et si on déménageait ?

Lui – Avec quel argent ? Malheureusement, ce n’est pas avec ton chef d’œuvre qu’on va payer le crédit de la maison. Ni avec tes cachets de comédienne, d’ailleurs.

Elle brandit à nouveau la hache, menaçante.

Elle – C’est un reproche ?

Lui – Tu n’oserais pas faire ça. Ça ressemblerait trop à une mauvaise pièce de boulevard.

Elle – Une femme qui découpe son mari à la hache ?

Lui – À un film d’horreur de série Z, si tu préfères.

Elle – D’un autre côté…

Lui – Quoi ?

Elle – Il y a des nanars qui se vendent très bien…

Lui – Par exemple ?

ElleMeurtre à la tronçonneuse.

Lui – Là c’est juste une hache, et c’est juste une femme qui tue son mari.

Elle – Quand on n’a pas un gros budget…

Lui – Désolé, je n’y crois pas.

Elle – Pense au premier meurtre de l’histoire de l’humanité.

Lui – Caïn et Abel ?

Elle – Un type qui étrangle son frère, à mains nues. C’est tout. L’enquête, c’est juste une caméra de vidéosurveillance installée par Dieu dans la tombe du coupable. Et le bouquin est encore un best-seller aujourd’hui.

Lui – Oui, mais ça ne s’était jamais fait avant. Aujourd’hui, même en matière de meurtre, ce n’est pas si facile de surprendre.

Elle – Tu as raison, c’est vraiment déprimant. Ça me donne envie de me suicider. Bon, je vais commencer par me faire le pommier, ça me détendra…

Elle prend sa hache et s’apprête à sortir.

Lui – Je mets la table… et je vais réfléchir à un autre scénario

Elle – Tu ne veux pas me donner un coup de main, plutôt ?

Lui – Pour quoi faire ?

Elle – Pour abattre ce putain de pommier ! Si on ne veut pas qu’il tombe sur la clôture du voisin, il faudrait que tu pousses de l’autre côté pendant que je coupe le tronc.

Lui – OK, mais fais gaffe quand même. Un accident est si vite arrivé…

Elle – Surtout quand on se sert d’une hache pour la première fois de sa vie…

Ils sortent. Un temps.

Voix off – Coupez ! Ce n’est pas le texte que j’ai écrit, bordel !

Noir

ACTE 2

Elle est là. Il arrive.

Lui – J’ai fait un drôle de rêve… Enfin, c’était plutôt un cauchemar.

Elle – Quoi ?

Lui – J’ai rêvé que tu me quittais…

Elle semble embarrassée.

Elle – Tu connais ton texte ?

Lui – Pas toi ?

Elle – Si, si, enfin… je crois.

Lui – On le répète une dernière fois ?

Elle – OK…

Lui – Il paraît que l’auteur est un psychopathe. Si on change un seul mot à son texte, il serait capable de nous tuer.

Elle – Et comme c’est aussi lui le réalisateur.

Lui – C’est ça le problème avec le cinéma d’auteur…

Elle – On y va ?

Lui – Je ressors, pour faire mon entrée.

Elle – Moi aussi…

Ils sortent tous les deux. Il revient après un instant, et s’assied. Elle arrive, avec une hache.

Lui – Ça va ?

Elle – Oui.

Elle retire son imperméable.

Lui – Tu as passé une bonne journée ?

Elle – Ça va.

Lui – Bon. (Silence, pendant lequel elle affûte sa hache avec une pierre) Tu as quelque chose à me dire ?

Elle – Qu’est-ce qu’on pourrait se dire de plus ? Qu’on n’ait pas déjà dit… On ne ferait que se répéter, non ?

Lui – Bien… Et… si je peux me permettre quand même… Qu’est-ce que tu fais avec cette hache ?

Elle – Ah… Ça c’est une question que tu ne m’as encore jamais posée…

Lui – Sans doute parce que c’est la première fois que tu reviens à la maison avec une hache…

Elle – Voilà… C’est la première fois… J’ai décidé de te surprendre, vieille branche…

Lui – C’est aussi la première fois que tu m’appelles vieille branche… Et alors ?

Elle – Je vais abattre l’arbre qu’il y a au fond du jardin.

Lui – Avec une hache ?

Elle – Ben oui ! Pas avec un couteau à pain.

Il s’arrête, perturbé.

Lui – Pas avec un couteau à pain ?

Elle – Ce n’est pas ce que je dois dire ?

Lui – Si. Si, si. Mais cette réplique… C’est très con, non ?

Elle – Oui, enfin…

Lui – Et si on demandait à l’auteur de la changer ? Je ne sais pas moi, on pourrait dire… Pas avec une lime à ongles, ce serait plus drôle, non ?

Elle – Tu trouves…?

Lui – Il me semble, oui.

Elle – Tu l’as dit toi-même, l’auteur a horreur qu’on change un seul mot à son texte. Je crois qu’aujourd’hui, il est d’une humeur massacrante… Et comme il y a une hache sur le plateau…

Lui – Tu as raison, on a encore besoin de ces cachets pour boucler notre intermittence cette année… Ce n’est pas le moment de se faire virer. On y retourne ?

Elle – OK.

Il se reconcentre un moment et reprend.

Lui – Ça va ?

Elle – Oui.

Elle – Je voulais te dire quelque chose.

Lui (surpris) – Ouais…

Elle – Ce n’est pas facile.

Lui – Quoi ?

Elle – Je te quitte.

Lui – Ce n’est pas dans le texte, ça ?

Elle – Non, pas ça.

Lui – On avait dit qu’on ne changeait pas le texte.

Elle – On vient de me proposer un rôle. Le rôle de ma vie…

Lui – On ?

Elle – L’auteur. Enfin, le réalisateur.

Lui – Comment ça un rôle ?

Elle – Il vient de me demander ma main.

Lui – Ta main ?

Elle – Oui, enfin, ma main… et le reste. Il me demande d’être sa femme, si tu préfères.

Lui – Il ne manque pas de culot, celui-là… Et qu’est-ce que tu lui as répondu ?

Elle – Oui.

Lui – Alors c’est aussi simple que ça… Il te demande ta main, et tu dis oui ?

Elle – Tu ne m’as jamais demandé ma main.

Lui – Un type que tu connais à peine ?

Elle – Je le connais un peu mieux que ça…

Lui – Ah d’accord… (Un temps) Tu veux qu’on se marie, c’est ça ?

Elle – Je suis désolée. Nous deux, c’est fini.

Lui – Je ne comprends pas…

Elle – Il n’y a rien à comprendre.

Lui – Tu me quittes… alors qu’on vient d’emménager dans une nouvelle maison ?

Elle – Je te la laisse, cette maison.

Lui – Tu veux dire que tu me laisses continuer à payer le crédit tout seul…

Elle – Tu ne voulais pas d’enfant. Cette maison, elle était déjà trop grande pour nous deux.

Lui – J’aurais pu changer d’avis. Tu veux un enfant ?

Elle – C’est trop tard.

Lui – Pourquoi ?

Elle – Je suis déjà enceinte… C’est pour ça que je ne pouvais pas attendre plus longtemps pour te le dire.

Lui – Que tu es enceinte ?

Elle – Que je te quitte !

Lui – Et s’il était de moi.

Elle – Il n’est pas de toi.

Lui – Comment tu peux en être certaine ?

Elle – On n’a pas fait l’amour depuis six mois.

Lui – Tant que ça ? Tu es sûre ?

Elle – Assez pour que je sois sûre que ce bébé n’est pas de toi.

Silence, le temps pour lui d’encaisser le coup.

Lui – Très bien…

Elle – Je suis vraiment désolée…

Lui – OK…

Elle – Ça va aller ? Je veux dire… pour tourner cette scène ?

Lui – Ça ira… On est des professionnels, non ? The show must go on…

Elle – Je crois qu’il nous attend…

Lui – Ne t’inquiète pas… On va le tourner ce… film d’auteur.

Elle – Je suis contente que tu le prennes comme ça.

Lui – Et compte sur moi pour respecter le texte à la lettre…

Voix off – Si tout le monde est prêt on va la tourner. Silence sur le plateau.

Silence.

Noir

ACTE 1

Il est là. Elle arrive.

Lui – Ça y est, il est parti ?

Elle – Il repasse dans une heure, le temps qu’on se fasse une meilleure idée.

Lui – Et qu’on se décide à faire une offre… ou pas.

Ils jettent un regard autour d’eux.

Elle – Alors, qu’est-ce que tu en penses ?

Lui– J’hallucine.

Elle – Toi aussi…

Lui – C’est vrai qu’elle est absolument parfaite.

Elle – Il y a même un jardin.

Lui – Un jardin ou une cour ?

Elle – Une cour assez grande pour qu’il y ait un arbre.

Lui – Ah oui ?

Elle – J’ai beau chercher, je ne vois rien qui cloche.

Lui – Et comparée à tout ce qu’on a vu jusque-là.

Elle – Souvent plus cher…

Lui – Beaucoup plus cher.

Elle – Il doit y avoir une erreur sur le prix, ce n’est pas possible.

Lui – Ils ont oublié un zéro à la fin.

Elle – Ou alors ils sont très pressés.

Lui – C’est qui, les proprios ?

Elle – L’agent immobilier m’a dit qu’ils étaient morts.

Lui – Alors ils ne sont pas pressés.

Elle – Les héritiers le sont peut-être.

Lui – Il a dit que c’était en vente depuis plusieurs années.

Elle – Comment ça peut être en aussi bon état.

Lui – On dirait que le ménage vient d’être fait.

Elle – Je ne comprends pas.

Lui – Tu crois qu’il y a un lézard quelque part ?

Elle – J’ai beau regarder, je ne vois pas.

Lui – Le quartier a l’air très calme aussi. Et très bourgeois.

Elle – Le charme de l’ancien avec tout le confort moderne.

Lui – Rénovation totale.

Elle – Aucuns travaux à prévoir.

Lui – On se met à parler comme l’agent immobilier.

Elle – C’est dingue… On a l’impression que cette maison n’a jamais été habitée.

Lui – Tous ces murs d’un blanc immaculé.

Elle – C’est tellement propre… C’en est presque flippant.

Lui – Oui… C’est curieux…

Elle – Quoi ?

Lui – Non, rien, c’est idiot.

Elle – Vas-y… On s’apprête à s’endetter pour un demi-siècle. On passera peut-être le restant de notre vie dans cette maison… Si tu as quelque chose à dire, c’est maintenant.

Lui – Je ne sais pas… J’ai une impression bizarre.

Elle – Une impression ?

Lui – Tu ne sens pas quelque chose ?

Elle – Non… Je ne sens rien…

Lui – Comme une odeur de…

Elle – Une odeur de quoi ?

Lui – Je ne sais pas. Une odeur… de corps.

Elle – Une odeur corporelle, tu veux dire… comme dans le bus aux heures de pointe ?

Lui – Oui, quelque chose comme ça… Sauf que les passagers seraient déjà descendus.

Elle – C’est peut-être l’agent immobilier… Il n’avait pas l’air très net.

Lui – De là à ce que ça sente partout dans la maison alors qu’il est parti il y a un quart d’heure.

Elle – Ou alors c’est nous…

Lui – Nous ?

Elle – On a passé toute la matinée à courir. Même avec un bon déodorant.

Lui – Non, je t’assure… Ce n’est pas ce genre d’odeur.

Elle – Je ne sens rien… Tu es sûr ?

Lui – Il me semble…

Elle – Quel genre d’odeur ?

Lui – Je ne sais pas… Comme… l’odeur de tous ceux qui nous ont précédés.

Elle – Qui nous ont précédés ici ? Dans cette maison ?

Lui – Les propriétaires passent, les maisons restent.

Elle – De là à laisser leur odeur…

Lui – Je serais curieux de savoir à combien de personnes a déjà appartenu cette maison.

Elle – Le notaire pourra nous le dire, non ?

Lui – Tu crois ?

Elle – Ou alors on peut aller au cadastre. Remonter jusqu’au premier propriétaire. Celui qui a fait construire cette maison. Celui qui l’a habitée en premier.

Lui – Quand elle était encore vierge de toute occupation. De tout souvenir…

Elle – Quand elle n’était qu’un terrain à bâtir.

Lui – Un permis de construire.

Elle – Un projet de construction.

Lui – Un plan.

Elle – Une simple idée.

Lui – Un désir.

Elle – Quand cette maison n’était qu’un rêve de maison.

Lui – Finalement, si on remonte assez loin, il n’y a pas d’autre réalité que les rêves.

Elle – Il faudra qu’on essaie d’expliquer ça à notre banquier.

Lui – Tu as raison. Parce que pour emprunter une somme pareille…

Elle – Quand on est intermittent.

Lui – Et qu’on est même pas sûrs d’avoir tous ses cachets pour le rester.

Silence.

Elle – Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

Lui – Je crois qu’il faut se décider, parce qu’à ce prix là, elle ne va pas rester longtemps sur le marché.

Elle – C’est vrai que ce n’est pas cher pour une aussi belle maison, mais est-ce qu’on a vraiment les moyens ?

Lui – Avec un crédit sur cinquante ans, ça réduira le montant à payer tous les mois.

Elle – Il faudra quand même qu’on arrête les sorties pour payer les mensualités.

Lui – Ou qu’on trouve des sources de revenus complémentaires.

Elle – Tu as des idées ?

Lui – La maison est grande. On pourrait louer une chambre à des touristes de passage, des hommes d’affaires en déplacement, des couples illégitimes…

Elle – C’est ça… Pourquoi pas ouvrir une maison close à l’étage et une salle de jeux clandestins au sous-sol ?

Lui – Ou alors, on la loue pour des tournages.

Elle – Des tournages ?

Lui – Des tournages de films.

Elle – Ah oui ?

Lui – J’ai un ami qui fait ça. Ça peut se louer très cher, il paraît, si la maison est

intéressante et correspond exactement à ce que recherche le réalisateur.

Elle – Quel genre de films on pourrait bien tourner dans cette maison ?

Lui – Je ne sais pas… Des films pornos ?

Elle – Tu imagines, si nos amis reconnaissent la maison.

Lui – S’ils reconnaissent la maison, c’est qu’ils regardent des films pornos… Il y a peu de chances pour qu’ils nous en parlent…

Elle – Oui, évidemment.

Lui – Tu préfères des films d’horreur ?

Elle – Il y a d’autres genres de films, non ? Des comédies romantiques…

Lui – Quand on pense à tout ce qui a pu se passer dans cette maison depuis qu’elle existe.

Elle – Oui… Elle a dû servir de décor à toutes sortes de scènes de la vie conjugale.

Lui – Des films en tout genre…

Elle – Pas des films d’horreur, j’espère.

Lui – Surtout des scènes de ménage, sans doute.

Elle – On essaiera de ne pas trop en rajouter…

Lui – Une maison vide, entre un déménagement et un emménagement, c’est comme le plateau nu d’un théâtre. Ou un plateau de cinéma entre deux tournages.

Elle – Les comédiens viennent de partir, en emportant leur décor.

Lui – D’autres vont arriver en apportant leurs propres accessoires et leur propre histoire.

Elle – Ceux qui arrivent ne savent rien de la pièce qui vient de se terminer.

Lui – Et ils ne savent encore pas grand-chose de la pièce qu’ils s’apprêtent à jouer.

Elle – Tragédie ou comédie ? Ou tragi-comédie…

Lui – Entre deux représentations, il ne reste qu’un plateau vide. Mais il flotte dans l’air l’odeur de tous ceux qui se sont succédés sur la scène.

Elle – Cette odeur de vie, et de mort, c’est l’odeur du théâtre.

Un temps.

Lui – Alors, on la prend ?

Elle – C’est la maison de nos rêves, non ?

Lui – Oui.

Elle – Ça me donne une idée.

Lui – Une idée de maison ?

Elle – Une idée de pièce…

Lui – Une pièce de théâtre ? Et ça s’appellerait comment ?

ElleLa maison de nos rêves

Lui – Si la pièce est un succès, elle nous permettra peut-être de rembourser la maison.

Ils se prennent par la main et regardent avec bonheur autour puis devant eux.

Noir

Ce texte est protégé par les lois relatives au droit de propriété intellectuelle.Toute contrefaçon est passible d’une condamnation allant jusqu’à 300 000 euros et 3 ans de prison.

Avignon – Juin 2019

© La Comédi@thèque – ISBN 978-2-37705-265-3

Ouvrage téléchargeable gratuitement

 

Comme un téléfilm de Noël… en pire

Posted mars 24, 2019 By admin

Une comédie de Jean-Pierre Martinez

10 ou 11 comédiens

10 : 6H/4F ou 5H/5F ou 4H/6F
11 : 7H/4F ou 6H/5F ou 5H/6F ou 4H/7F

Kimberley a hérité de sa grand-mère la recette secrète de ses fameux cookies. À la veille de Noël, avec sa meilleure amie Jennifer, Kimberley s’apprête à ouvrir un salon de thé au pied de l’immeuble où habitait Mamy Yoyo. Un projet qui lui tient à cœur, dans lequel elle a investi toutes ses économies. Mais un promoteur sans scrupule est prêt à tout pour racheter sa boutique, afin de raser le bâtiment pour construire à la place une résidence de luxe. Kimberley parviendra-t-elle à surmonter ces épreuves, et à trouver enfin l’amour ? Un vrai scénario de téléfilm de Noël… en pire.

Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l’autorisation de la SACD :

Comédiathèque théâtre pièces télécharger textes gratuit

 

 

TÉLÉCHARGER LE PDF GRATUIT

Téléfilm

ACHETER LE EBOOK ACHETER LE LIVRE
amazon amazon

 

 

LIRE LE TEXTE INTÉGRAL DE LA PIÈCE

Comme un téléfilm de Noël… en pire !

Le pire scénario de Jean-Pierre Martinez

 

Les 11 personnages 

Kimberley : l’héroïne
Jennifer : la bonne copine
Cindy : la rivale garce
Kevin : le fiancé officiel
Brian : l’improbable soupirant
Georges: le père bienveillant
Samantha : la mère abusive
William : le facteur
Podevin : le (ou la) promoteur
Ramirez : l’inspecteur (ou l’inspectrice)
Sanchez : l’enquêteur (ou l’enquêtrice)

Les rôles de Sanchez et de Georges peuvent être interprétés par un même comédien.
Les rôles du promoteur et des deux policiers sont indifféremment masculins ou féminins.

Distributions possibles

à 10 comédiens : 6H/4F ou 5H/5F ou 4H/6F
à 11 comédiens : 7H/4F ou 6H/5F ou 5H/6F ou 4H/7F

***

Un salon de thé, façon bonbonnière, avec pour l’heure une seule table et trois chaises. Dans un coin, un sapin décoré. On entend une musique de Noël plutôt kitch. Cette comédie étant un pastiche des téléfilms de fin d’année dans ce qu’ils ont de plus caricatural, tout dans le décor et les costumes évoque un univers de romance populaire. Les comédiens pourront surjouer, surtout lorsqu’il s’agit de débiter les phrases toutes faites constituant l’essentiel des dialogues de ce genre de nanars. Kimberley entre, monte sur un tabouret, et parachève la décoration du sapin en fixant une énorme étoile à son sommet. Jennifer arrive. La musique s’arrête.

Jennifer – Alors ça y est ? C’est le grand jour !

Kimberley – Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit…

Jennifer – Moi non plus.

Kimberley – Le trac avant la première, comme moi…

Jennifer – Oui… et aussi le type avec qui j’ai passé la nuit.

Kimberley – Ah oui…

Jennifer – Un Italien que j’ai rencontré hier soir…

Kimberley – Tu vas le revoir ?

Jennifer – C’est un livreur de pizzas… Il suffit de téléphoner… Je te passerai le numéro, si tu veux… Je t’assure que pour le prix d’une quatre fromages… tu n’es pas déçue.

Kimberley – D’accord…

Jennifer aperçoit le sapin.

Jennifer – Oh mon Dieu, il est vraiment magnifique !

Kimberley – Dommage que Mamy Yoyo ne puisse pas le voir cette année.

Jennifer – Un an déjà que ta grand-mère nous a quittées. J’ai l’impression que c’était hier…

Kimberley – Et pourtant, c’était il y a exactement 365 jours.

Jennifer – C’est dingue… alors tu as compté les jours.

Kimberley – Oui, enfin… Un an, quoi…

Jennifer – Le 25 décembre…

Kimberley – Dans la nuit du 24 au 25 en tout cas. On l’a trouvée là au petit matin, toute bleue, affalée au pied du sapin.

Jennifer – Au milieu des paquets déposés pendant la nuit par le Père Noël… Tu parles d’un cadeau… On n’a jamais vraiment su ce qu’il s’était passé…

Kimberley (montrant l’étoile en haut de l’arbre) – Elle serrait encore dans sa main l’étoile qu’on a l’habitude de fixer en haut du sapin…

Jennifer – Et il y avait un tabouret renversé à ses pieds.

Kimberley – Elle aura glissé, en voulant raccrocher cette étoile tombée du ciel.

Jennifer – Ou alors… elle voulait se pendre au fil de la guirlande électrique, et le sapin n’aura pas résisté à son poids. Noël, c’est tellement déprimant.

Kimberley – Et puis sur la fin, elle pesait quand même dans les deux cents kilos…

Jennifer – Et dire qu’à vingt ans, elle avait été Miss Picardie.

Kimberley – Miss Pas-de-Calais. Miss Picardie, c’était moi.

Jennifer – J’espère que tu ne finiras pas comme elle…

Kimberley – Obèse, tu veux dire ?

Jennifer – Ou pendue… Quoi qu’il en soit, au lieu de cette comète, c’est elle qui s’est écrasée par terre. Heureusement qu’il n’y avait personne en dessous…

Kimberley – Tu ne peux pas savoir ce que je m’en veux…

Jennifer – Mais enfin, tu n’y es pour rien !

Kimberley – Si j’avais mieux accroché cette putain d’étoile…

Jennifer – Je suis sûre qu’aujourd’hui Mamy Yoyo est remontée au ciel, et qu’elle nous regarde de là-haut.

Kimberley – Je ne sais pas si elle approuverait mes projets…

Jennifer – J’en suis certaine. Elle adorait nous régaler tous de ses fameux cookies.

Kimberley – Ils sont tellement bons.

Jennifer – Et tellement nourrissants…

Kimberley – C’est vrai… Depuis qu’elle est morte, je n’ai pas seulement perdu une grand-mère… J’ai aussi perdu cinq kilos…

Jennifer – Ouvrir ce salon de thé, ce sera l’occasion de faire connaître les cookies de Yolande dans toute la ville. Et pourquoi pas dans tout le pays !

Kimberley – Mais j’y pense… Je cherchais encore un nom pour notre établissement… Et pourquoi pas tout simplement : « Les cookies de Mamy Yoyo » ?

Jennifer – Quelle merveilleuse idée ! Ce sera une façon de rendre hommage à ta grand-mère, qui t’a légué avant de mourir la recette secrète de ses célèbres biscuits.

Kimberley – Heureusement, elle m’a aussi légué ce petit appartement en rez-de-chaussée, dans un quartier qui devient très à la mode.

Jennifer – Un logement insalubre dont nous allons faire le salon de thé le plus chic de tout Beauconville.

Kimberley – J’espère qu’on va y arriver… Parce que j’ai investi toutes mes économies pour refaire la déco.

Jennifer – La vie, c’est comme le Père Noël, Kimberley ! Ou la petite souris. Il suffit d’y croire pour qu’elle nous apporte des cadeaux et de l’argent.

Kimberley – Tu as raison ! J’ai juste besoin d’un peu d’encouragement de temps en temps, quand j’ai un petit coup de pompe…

Jennifer – Bien sûr ! Tu ne peux pas te contenter de siffler du whisky en cachette…

Kimberley – Parfois, j’aimerais pouvoir compter un peu plus sur le soutien de Kevin. On est fiancés, tout de même…

Jennifer – Il ne faut pas trop lui en vouloir. Il a son travail lui aussi. Mais je suis là pour t’aider, Kimberley.

Kimberley – Je sais… Depuis la maternelle, tu as toujours été ma meilleure amie. Sans toi, je n’aurais jamais eu la force de me lancer dans une telle aventure.

Jennifer – Je ne te remercierai jamais assez de m’avoir donné l’occasion de rebondir, Kimberley. La vie n’a pas été facile pour moi, depuis que je suis sortie de prison… Et si tu n’avais pas eu la gentillesse de payer ma caution, je serais encore derrière les barreaux…

Kimberley – Tu me rembourseras petit à petit avec tes premiers salaires.

Jennifer – Tu vas réussir, j’en suis sûre. Tu as toujours tout réussi, dans ta vie ! Tandis que moi…

Kimberley – Oui… Mais pour y arriver, il faut que je puisse racheter la boutique d’à côté, pour nous agrandir un peu. Ici, c’est beaucoup trop petit…

Jennifer – Le magasin de fleurs ! Il est au bord de la faillite ! La fleuriste a accepté de te le revendre à bon prix, et tu viens de signer le compromis.

Kimberley – Oui… mais je n’ai pas encore la réponse de la banque pour le crédit…

Jennifer – Je suis sûre que ça va aller. On va faire un tabac !

Kimberley – Un tabac…? Je pensais plutôt à un salon de thé…

Jennifer – Un tabac ! Un méga succès, si tu préfères…

Kimberley – Ah oui… Je me disais aussi… Un bureau de tabac… En tout cas, pour l’instant, les clients ne se bousculent pas.

Jennifer – On est supposées ouvrir à huit heures, et il n’est que huit heures moins cinq. Ne sois pas aussi inquiète !

Kimberley – Tu as raison, il faut que je me calme. Je n’ai pas dormi de la nuit, mais au moins, je n’ai pas perdu mon temps. Les cookies sont encore chauds. J’en ai fait plus de mille !

Jennifer – Mille ?

Kimberley – Tu crois que c’est trop ?

Jennifer – Si on a dix clients dans la journée et qu’ils en prennent cent chacun…

Kimberley – Ou alors cent clients, et qu’ils en prennent dix…

Jennifer – Ou alors cinquante clients et qu’ils en prennent… Combien ils doivent en prendre dans ce cas-là ?

Kimberley – Attends, je sors ma calculette, parce que tu sais, moi, les chiffres…

On entend le tintement de la clochette fixée à la porte d’entrée pour signaler l’arrivée d’un client.

Jennifer – Ah… Voilà ton premier client !

Entre Brian, homme jeune au physique avantageux, mais portant des vêtements visiblement trop grands pour lui.

Kimberley – Oh mon Dieu ! Et rien n’est encore prêt…

Jennifer – Allons, calme-toi. Il suffit de lui servir une tasse de café… et de lui demander s’il accepte les cookies.

Kimberley – Notre premier client ! Il faut tout faire pour le satisfaire…

Jennifer (émoustillée) – Tout ? Vraiment ?

Kimberley – Je n’ai même pas eu le temps de me coiffer.

Jennifer – Tu veux que je m’en occupe ?

Kimberley – Non… C’est à moi de le faire.

Elle fait un effort sur elle-même pour se calmer, met un peu d’ordre dans ses cheveux, bombe la poitrine, et s’avance vers Brian.

Brian – Bonjour.

Kimberley – Bienvenue dans notre modeste salon de thé… appelé à devenir dans les années qui viennent une chaîne internationale franchisée, sous le nom de… « Les cookies de Yoyo ».

Brian (pris de court) – Merci… Je… Je peux avoir un café ?

Kimberley – Bien sûr. Souhaitez-vous quelque chose pour accompagner votre café ?

Brian – Non, merci, ça ira… Je suis un peu pressé…

Kimberley – Vous n’allez pas partir sans goûter les cookies de Yolande…

Brian – Vous vous appelez Yolande ?

Kimberley – Non… Yolande est décédée, hélas.

Brian – J’espère que ce n’est pas après avoir consommé un de ces fameux cookies…

Kimberley – C’était ma grand-mère… Elle s’est pendue au sapin… Je veux dire… C’était un accident. Enfin, je crois…

Brian – Je suis vraiment désolé…

Kimberley – Ne vous excusez pas, vous n’y êtes pour rien… Tant que la police n’aura pas prouvé le contraire, en tout cas… Alors ?

Brian – Pardon ?

Kimberley – Vous avez une préférence, pour les cookies ? Nous avons plus de trente parfums différents… (Sur le ton de la confidence) Mais rassurez-vous, ils contiennent tous du chocolat…

Brian – C’est-à-dire que…

Kimberley – Très bien. Cadeau de la maison. Vous ne paierez que le café…

Brian – Vraiment ?

Kimberley – Nous venons d’ouvrir, vous êtes mon premier client. (Se redressant pour mettre son généreux décolleté en avant) Considérez ça comme une offre de lancement…

Brian – Dans ce cas… Je vous laisse choisir le parfum… Puisqu’ils sont tous au chocolat…

Kimberley sourit et s’éloigne pour préparer la commande.

Kimberley – Alors, j’étais comment ?

Jennifer – Très sobre…

Kimberley – OK, j’en ai fait un peu trop…

Jennifer – On peut attendre un peu avant de dévoiler notre stratégie à l’international. Pour l’instant on n’a qu’une seule table…

Kimberley – Tu le connais, ce type ?

Jennifer – Non…

Kimberley – Sa tête me dit vaguement quelque chose… C’est le corps qu’il y a en dessous qui ne me dit rien…

Jennifer – C’est vrai qu’il est habillé comme un sac… En tout cas, ce n’est pas quelqu’un de Beauconville. Je l’aurais remarqué…

Kimberley – Ah oui ?

Jennifer – Il est quand même pas mal fait de sa personne.

Kimberley – Oui…

Jennifer – Tu n’as pas remarqué ?

Kimberley – Je te rappelle que je suis fiancée…

Jennifer – Ça n’empêche pas d’avoir des yeux ! Ce n’est pas parce qu’on a déjà un gâteau sec à la maison, qu’on ne peut pas s’émerveiller devant la vitrine d’une pâtisserie…

Kimberley – Vas-y toi… Ça te changera des livreurs de pizza…

Jennifer – Oui… mais visiblement, ce n’est pas moi qui l’intéresse…

Kimberley – Je me demande ce qu’il peut bien faire ici.

Jennifer – Tu n’as qu’à lui demander.

Kimberley – Enfin, Jennifer… Ce serait indiscret.

Kimberley sert Brian.

Brian – Merci…

Kimberley – Celui-là est au gingembre. D’après ma grand-mère, c’est aphrodisiaque. Vous m’en direz des nouvelles… Bonne dégustation…

Kimberley revient vers Jennifer.

Jennifer – Bonne dégustation…?

Kimberley – En tout cas, il a l’air de les apprécier. Mamy avait raison quand elle disait que le gingembre, c’est aphrodisiaque. Regarde, il a l’air beaucoup plus souriant qu’en arrivant…

Brian lance un regard vers Kimberley avec un large sourire.

Jennifer – Oui… C’est limite s’il ne bave pas en te regardant… Tu es vraiment sûre de savoir ce que veut dire le mot « aphrodisiaque ».

Kimberley – Comme un gros pétard ? Qui redonne le sourire…

Jennifer – Un gros pétard ? Tu veux dire un joint ?

Kimberley – Oui, aussi…

Jennifer – Je crois que tu confonds aphrodisiaque avec euphorisant.

Kimberley – Ah oui ? (Regardant sa montre) Oh mon Dieu, il faut que je rappelle la banque… Je te laisse t’occuper de lui. Sois aimable, mais essaie de garder une certaine distance, si tu vois ce que je veux dire…

Elle sort. Jennifer s’approche de Brian.

Jennifer – Alors comme ça… vous acceptez les cookies.

Brian – Ma mère m’a toujours dit de refuser les petites gâteries de la part d’une inconnue. Mais la serveuse est tellement charmante.

Jennifer – Kimberley est la patronne de cet établissement.

Brian – Et apparemment, elle ne manque pas d’ambition.

Jennifer – Ici c’est trop petit. Il va falloir qu’on s’étende.

Brian – À l’international, donc…

Jennifer – On va commencer par le local d’à côté. Ça nous permettra déjà de mettre une ou deux tables de plus.

Brian – Méfiez-vous. Hitler a commencé par envahir la Pologne, et regardez où ça nous a menés…

Jennifer – C’est un projet qui nous tient à cœur. Pour elle comme pour moi, ce sera un nouveau départ.

Brian – Un nouveau départ, vraiment…?

Jennifer – Je sors de taule.

Brian – Tiens donc… Pourtant à vous voir, comme ça… On vous donnerait le bon Dieu sans confession…

Jennifer – Je me suis mariée très jeune, et je n’ai pas choisi la bonne personne.

Brian – Ça arrive, malheureusement.

Jennifer – Il m’a raconté qu’il était commercial. Quand je me suis aperçue que c’était de l’héroïne qu’il commercialisait, c’était déjà trop tard.

Brian – Vous étiez déjà accro…

Jennifer – Surtout, j’étais déjà en cloque. La police a perquisitionné chez nous. Ils ont trouvé de la drogue dans un pot de lait maternisé.

Brian – Mais c’est affreux…

Jennifer – Je suis en liberté conditionnelle. J’ai un bracelet électronique. Vous voulez le voir ?

Elle lui montre le bracelet qu’elle porte à la cheville.

Brian – Je vous conseille de ne pas montrer ça à n’importe qui… Moi j’ai plutôt l’habitude des bars louches. Mais ça pourrait effrayer la clientèle d’un salon de thé…

Kimberley revient.

Kimberley – Tout va bien ?

Brian – Oui, oui… Je bavardais avec…

Jennifer – Jennifer. Et vous, c’est quoi votre petit nom ?

Brian – Brian.

Jennifer – Et qu’est-ce qui vous amène dans le coin, Brian ?

Kimberley la fusille du regard.

Brian – Un rendez-vous de travail. Je suis architecte.

Jennifer – Architecte ?

Brian – Je conçois des maisons, des immeubles, des bureaux…

Jennifer – En tout cas, vous aussi vous avez l’air de voir grand… surtout pour la taille de vos vêtements.

Kimberley (pour changer de sujet) – Et alors, ces cookies ? Ça vous a plu ?

Brian – Excellent, vraiment. Mais je crains qu’après en avoir mangé quelques-uns, je ne puisse plus m’en passer. C’est une drogue dure, non ? (Il lance un regard embarrassé à Jennifer.) Je veux dire… Je crains que ce ne soit très addictif…

Jennifer (aguicheuse) – Je vous laisse. J’ai à faire à l