. Archive

Je contribue rarement à la rubrique nécrologique, mais ces deux-là étaient (à leur insu) mes parents de théâtre. En tant qu’auteur, j’ai toujours modestement revendiqué « un air de famille » avec les Jaoui-Bacri. J’aimais leur cuisine et leur indépendance. J’admirais leur liberté et leur impertinence. Sans le savoir, puisque je ne les connaissais qu’à travers leurs comédies, ils m’ont presque tout appris sur l’écriture dramatique. Qu’être populaire ne veut pas dire être vulgaire. Que la comédie repose d’abord sur le drame. Que les personnages les plus attachants sont souvent ceux qui sont a priori les moins aimables. Et aussi qu’on doit devenir soi-même avant de se préoccuper du « goût des autres ». Que la quête de reconnaissance est légitime, mais qu’on ne doit pas en être esclave.

Je me reconnaissais dans ce personnage de misanthrope écorché qu’aimait à cultiver cet autre Jean-Pierre, et je lui enviais cette complicité avec la talentueuse et merveilleuse Agnès. Il formait avec elle un de ces couples légendaires, de ces couples qui continuent à s’aimer jusqu’après la séparation. Sans qu’on se demande jamais qui fut le conjoint de l’autre. Merci à vous deux pour cette magnifique leçon de vie et de théâtre. « Plus on aime quelqu’un, moins il faut qu’on le flatte » (Molière, Le Misanthrope). Cela vaut aussi pour un auteur à l’égard du public, dont il ne doit jamais flatter les instincts les plus bas. Comme Molière, vous ne flattiez personne. Et le public ne s’y trompait pas. Pardon, Jean-Pierre, pour cet hommage posthume, auquel il convient de mettre fin avant de tomber dans la flatterie.

Enfin, merci à l’auteur de cette photo, dont je n’ai pas réussi à retrouver le nom (si quelqu’un a cette information, je serai heureux de le créditer). « Comme une image » de ce couple mythique. Les yeux fermés, il s’abandonne en toute confiance à sa complice de toujours. Dans tout l’éclat de sa beauté, elle nous fait face du regard avec son regard tendre, malicieux et légèrement mélancolique. Tout en couvrant de son abondante chevelure le crâne depuis longtemps dégarni de son compagnon pour lui rendre un peu de sa jeunesse et de sa foi en la vie, malgré tout. Comme une image de l’amour…

L’An 01… de la mondialisation

Posted janvier 17, 2021 By admin

Depuis le début de l’histoire de l’Humanité, c’est sans doute la première fois que ce qu’on a déjà coutume d’appeler la mondialisation se manifeste comme un fait social total, pour reprendre l’expression de Marcel Mauss, à travers cette croisade sanitaire contre un virus affectant le monde entier. Certes, la première et surtout la seconde guerre mondiale avaient impliqué une bonne partie du monde, mais pas l’intégralité de la planète. Ces deux « Guerres Mondiales », par ailleurs, étaient en réalité un agrégat de conflits multi-latéraux n’ayant pas grand rapport entre eux, chaque belligérant poursuivant ses propres objectifs, et les alliances n’étant souvent que de circonstances (comme celle de l’Allemagne et du Japon au sein de l’Axe). Avec cette guerre contre le coronavirus, en revanche, c’est bien l’ensemble des pays du monde qui se battent contre un même ennemi, plus ou moins avec les mêmes armes, et peu ou prou dans le même but : restaurer la santé publique et relancer l’activité économique, tout en renforçant le pouvoir politique. Les tenants des théories du complot se contentant d’inverser l’ordre de ces priorités : renforcer le pouvoir politique, au profit du pouvoir financier, en prétextant une crise sanitaire. Mais le résultat reste le même : la réalisation effective d’un fait mondial total, qui ne saurait avoir eu de précédent éventuel que dans une très lointaine préhistoire, à l’époque où l’Humanité, peut-être, n’était encore qu’une tribu primitive au sein de laquelle le sort de chacun était étroitement lié au destin de tous. Pour le meilleur et sans doute pour le pire, donc, cette crise sanitaire refait du monde un village, ou le convertit en une Métropolis. À nous de décider s’il en ressortira plus de responsabilité et de solidarité, ou plus d’infantilisme et de paternalisme. L’An 01 était, dans les années 70, le titre d’une bande dessinée de Gébé puis d’un film de Jacques Doillon, d’inspiration libertaire. Veillons à ce que cet An 01 de la mondialisation ne soit pas définitivement liberticide.

Scénariothèque

Posted janvier 16, 2021 By admin

Au-delà du simple théâtre filmé, nombreuses sont les pièces de théâtre ayant été adaptées à l’écran, notamment celles d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri (« Un air de famille », « Cuisines et dépendances ») ou de Yasmina Reza (« Le dieu du carnage »).

Scénariste de formation (notamment pour la série « Avocats & Associés » sur France 2), Jean-Pierre Martinez a conservé en tant qu’auteur de théâtre une écriture très scénaristique, avec un sens aigu de l’intrigue et du dialogue.

Les textes de ses plus de 300 sketchs peuvent donc servir de scénarios pour des courts métrages, et ceux de ses 90 comédies sont facilement adaptables pour des moyens ou longs métrages. Ils constituent une véritable scénariothèque.

Selon la nature des projets, ces textes pourront sur demande être mis gracieusement à la disposition des vidéastes ou cinéastes étudiants ou débutants, ou faire l’objet d’un contrat pour ce qui est des exploitations professionnelles et commerciales.

Contacter l’auteur : CLIQUER ICI

 

Hommage à Jean-Pierre Bacri

Disparition d’un misanthrope… que tout le monde aimait

Au bord d’un lac foisonnant de poissons

Posted janvier 14, 2021 By admin

Enfant

De ma première tentative d’écriture, je ne me souviens que de ces quelques mots. J’avais une dizaine d’années, et je rêvais ma vie. Une vie d’écrivain, ou d’écrits vains, peut-être. Dans ce début de roman de trois ou quatre lignes, il était question d’un trappeur solitaire, dans les espaces immenses du Nouveau Monde, qui à la tombée du jour installait son campement… au bord d’un lac foisonnant de poissons. J’avais créé une ébauche de héros, mais j’étais encore incapable d’inventer l’histoire qui lui donnerait vie. Ce personnage, d’ailleurs, était fortement inspiré des illustrés bon marché dans lesquels je me réfugiais alors pour échapper à une réalité peu enthousiasmante.

Loin des albums luxueux de bandes dessinées, ces comics à la française, aujourd’hui disparus, étaient imprimés sur du mauvais papier, et seule la couverture était en couleurs. Avant de pouvoir accéder à la petite puis à la grande littérature, ces illustrés constituèrent pour moi la première porte d’entrée dans cet univers parallèle de la fiction, où j’avais déjà compris que se situait si ce n’est la vraie vie, du moins la seule qui méritait d’être vécue. L’un de mes héros favoris était Blek le Roc, trappeur américain dont je m’inspirai pour créer ce personnage qui, après cette nuit à la belle étoile, ne vit jamais l’aube du jour suivant, puisque ce premier roman fut mort-né. Je rends hommage à ce soldat inconnu de l’histoire de la littérature, disparu prématurément avant même d’avoir pu pêcher dans ce lac… foisonnant de poissons.

Mais pourquoi justement ces quelques mots ancrés dans ma mémoire, comme marquant le début de ma carrière littéraire ? Mon lac, à l’évidence, prend sa source au plus profond de cet imaginaire collectif décrit par Bachelard dans « L’eau et les rêves ». Au matin de mon existence, comme cet embryon de héros que je venais d’engendrer, je me tenais moi aussi au bord de ce lac, comme au bord de la vie, déjà conscient que mes nourritures terrestres étaient enfouies sous la surface d’une eau stagnante et sombre, plutôt qu’à l’air libre dans les champs cultivés. Je suis resté cet enfant rêvant d’un lac foisonnant de poissons, mais retardant le moment de la pêche de peur qu’elle ne soit pas aussi miraculeuse qu’espéré, et que les poissons aient moins bonne allure une fois sortis de l’eau.

 

 

 

 

 

 

 

Y a-t-il un auteur dans la salle ?

Posted janvier 10, 2021 By admin

Une comédie de Jean-Pierre Martinez

4 personnages de sexe indifférent

4H ou 3H/1F ou 2H/2F ou 1H/3F ou 4F

Sept ans ont passé depuis la fermeture de tous les théâtres en raison de la crise sanitaire. Trois comédiens présumés arrivent sur scène pour un casting. À moins qu’il ne s’agisse d’une lecture publique. Ou même de la première du spectacle… Le problème c’est qu’ils n’ont pas le texte de la pièce. L’auteur ne l’a pas encore écrite. Il va falloir improviser…

Comédiathèque théâtre pièces télécharger textes gratuitCe texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l’autorisation de la SACD.

 

TÉLÉCHARGER
LE PDF GRATUIT
ACHETER
LE LIVRE
ACHETER
LE LIVRE
amazon

Brèves de confinement

Posted décembre 14, 2020 By admin

Une comédie à sketchs de Jean-Pierre Martinez

Pour 2 à 32 comédiens (sexes des personnages indifférents)

Comédie à sketchs inspirée par la crise sanitaire.

Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l’autorisation de la SACD :

Comédiathèque théâtre pièces télécharger textes gratuit

 

 

TÉLÉCHARGER
LE PDF GRATUIT
ACHETER
LE LIVRE
 
ACHETER
LE LIVRE
amazon

 

1. Click and collect

2. Candidat vaccin

3. Retour à la nature

4. Effets secondaires

5. Conversation virale

6. Retour à la vie

7. Mauvais goût

8. Retour à la terre

9. Rencontre avortée

10. Rencontre supposée

11. Confiné à vie

12. Immaculée contraception

13. La vie normale

14. Échange standard

15. Déjà vu

16. La dernière séance

Cuarentena

Posted décembre 9, 2020 By admin

Una comedia de Jean-Pierre Martinez

Posibles repartos :

4 hombres
3 hombres y 1 mujer
2 hombres y 2 mujeres
1 hombre y 3 mujeres
4 mujeres

Cuatro personas que no se conocen se encuentran, por desgracia en cuarentena, en lo que resulta ser un teatro abandonado. Detrás de un cristal imaginario, unos individuos (los espectadores) les observan. Los supuestos enfermos se preguntan: «¿por qué virus podrían haber sido infectados? ¿qué riesgo tienen exactamente? ¿cuándo y cómo va a terminar todo esto?». Poco a poco se desvela que este callejón sin salida se sitúa en un futuro próximo en el que Gran Hermano reina como dueño, y que la razón de esta cuarentena no es quizás estrictamente médica. 

Aquellos textos los ofrece gratuitamente el autor para la lectura. Sin embargo cualquier representación pública, sea profesional o aficionada (incluso gratuita), debe ser autorizada por la Sociedad de Autores encargada de percibir los derechos del autor en el país de representación de la obra. 

Contactar con el autor : FORMULARIO DE CONTACTO

 

DESCARGAR GRATIS EL PDF COMPRAR EL LIBRO

 

Strip-Poker

Posted novembre 23, 2020 By admin

Una commedia di Jean-Pierre Martinez

Traduzione di Annamaria Martinolli


4 personaggi

Distribuzioni : 2H/2F

Invitare i propri vicini per fare conoscenza: una scommessa rischiosa che può costare caro e dare origine a una commedia poker in cui ognuno deve mettere le carte in tavola.
Questa commedia di grande successo è già stata rappresentata in ogni parte del mondo (Parigi, Avignone, Madrid, Buenos Aires, Montevideo, Los Angeles e Miami tra le altre città).

Questo testo è concesso gratuitamente alla lettura. Prima di ogni rappresentazione pubblica, professionale o amatoriale, dovete ottenere l’autorizzazione della SIAE: www.siae.it 

Modulo di contatto

 

DOWNLOAD GRATUITO PDF

 

ACQUISTA IL LIBRO

 

amazon

 

Biografia di Jean-Pierre Martinez

Nato nel 1955 a Auvers-sur-Oise, Jean-Pierre Martinez calca le scene come batterista in diversi gruppi rock, prima di diventare semiologo pubblicitario. Diviene poi sceneggiatore per il piccolo schermo e torna in scena come autore di teatro. Ha scritto una sessantina di commedie alcune delle quali (in particolare Vendredi 13) sono già considerate dei classici. Oggi è uno degli autori contemporanei più interpretati in Francia e molte delle sue opere teatrali sono state tradotte in spagnolo ed in inglese. È laureato in Letteratura Spagnola e Inglese (Sorbona), in Linguistica (École des Hautes Études En Sciences Sociales) in Economia (Institut d’Études Politiques de Paris) e in Sceneggiatura e produzione audiovisiva (Conservatoire Européen d’Écriture Audiovisuelle). Jean-Pierre Martinez ha scelto di proporre i testi delle sue commedie in scaricamento gratuito sul suo sito La Comédiathèque : http://comediatheque.net

La traduttrice, Annamaria Martinolli

Nata a Trieste nel 1978, è laureata in Traduzione Letteraria e Tecnico-Scientifica presso la Scuola Superiore di Lingue Moderne per Interpreti e Traduttori di Trieste.
Dal 2010 collabora con la casa editrice Editoria&Spettacolo per la quale ha pubblicato diversi volumi di opere teatrali di Georges Feydeau, Eugène Labiche, Noël Coward, Maurice Maeterlinck e Jerome K. Jerome.
In qualità di traduttrice freelance si è occupata anche di soprattitoli per il teatro e traduzione di soggetti cinematografici.
Dal 2015 è caporedattrice della testata giornalistica online Fucine Mute e dal 2011 gestisce tre blog dedicati rispettivamente a Georges Feydeau, Eugène Labiche e Agatha Christie.
È giornalista pubblicista e il sito della sua attività di traduttrice è www.annamariamartinolli.it

Тя и той

Posted novembre 21, 2020 By admin

Elle et Lui, mise en scène Vladimir Petkov à Sofia (Bulgarie)

Juillet-Août 2020 au Théâtre satirique Aleko Konstantinov, Sofia, Bulgarie

Pièce de Jean-Pierre Martinez
Traduit et mise en scène par Vladimir Petkov
Scénographie de Boryan Semerdzhiev
Musique de Mikhail Shishkov-son
Photographe Elena Spasova
Avec : Dobrina Getsova , Silvia Lulcheva , Margarita Hlebarova , Teodor Elmazov , Konstantin Ikonomov , Kiril Boyadzhiev

Lien vers la pièce en français (téléchargement gratuit)

 


Revue de presse

« Elle et Lui » au Théâtre satirique  : D’innombrables visages d’amour

20 juillet 2020 – Article d’Ira Dimitrova dans Monitor – Photo: Elena Spasova


Quinze saynètes – quinze situations intrigantes impliquant un homme et une femme –composent le nouveau spectacle du Théâtre satirique, « Elle et Lui » de Jean-Pierre Martinez, mis en scène avec une finesse française par notre metteur en scène Vladimir Petkov, qui a travaillé dans la patrie de Molière et au Canada.

Les fragments n’ont aucun lien entre eux, ils représentent des aspects différents dans la relation d’un homme et une femme, la plupart d’entre eux sont issus de la vie quotidienne, mais certains basculent vers l’absurde ou l’allégorie. Ces histoires, avec une formulation inattendue ou si elle est attendue  mais étonnamment spirituelle, sont concentrées au point de composer de petits morceaux de vie. Derrière les événements apparemment simples se révèlent le désir d’être parent, des occasions ratées, l’aliénation, la difficile communication ou la capacité intacte d’aimer et de pardonner – malgré tout. Les acteurs Silvia Lulcheva, Dobrina Getsova, Margarita Hbelarova, Konstantin Ikonomov, Kiril Boyadzhiev et Teodor Elmazov, qui tentent toutes les configurations possibles entre eux dans les différentes saynètes, jouent avec acuité, parfois même de façon burlesque, mais sans s’écarter un instant de la mise en scène. Beaucoup de pièces sont composées sur un principe similaire (mentionnons au moins la fameuse « Danse » de Schnitzler), mais l’atout majeur de ce spectacle et de la mise en scène de Petkov est la sincérité et la tristesse insidieuse de ce qui ne s’est pas passé derrière le spectaculaire et la drôlerie.

Jean-Pierre Martinez (1955) est l’un des auteurs dramatiques français les plus joués aujourd’hui. Il est l’auteur de près de 50 comédies (dans notre pays sur la scène de MGT « Behind the Canal » un autre titre est joué, « Strip Poker »). Martinez est diplômé en littérature espagnole et anglaise de la Sorbonne, en linguistique, en économie et en scénario. Il était batteur dans divers groupes de rock. Avant de conquérir la scène en tant que dramaturge, il a travaillé comme scénariste pour la télévision.
Lien vers l’article complet en bulgare


Interview audio de Vladimir Petkov par Svetoslava Kuzmanova sur le site BNR

«Le texte est contemporain. Il a été écrit il y a dix ans, mais cela ressemble à aujourd’hui, ici, maintenant. Ce sont de petites histoires courtes qui se passent entre un homme et une femme. Ce sont des histoires qui se produisent dans chaque foyer, dans chaque couple, chaque famille et sont intéressantes avec leur paradoxe, avec leur imprévu. Et je me suis dit: « Pourquoi pas, ça arrive dans toutes les familles bulgares »…

Une modernité se transmet principalement à travers les acteurs, à travers leur jeu, à travers leur perception du monde, leurs relations. Un texte a peut-être été écrit hier et semble encore archaïque, tout dépend de l’interprétation

En travaillant sur le texte, Petkov ne savait pas quel acteur jouerait le rôle.

« Mais je suis très content car j’ai une équipe de 6 personnes qui sont des acteurs très expérimentés et qui peuvent jouer tout ou presque tout avec facilité, avec un sens de l’humour … ».
Lien vers l’interview en bulgare sur le site BNR (Télévision Nationale Bulgare)


Interview télévisée du comédien Teodor Elmazov  sur BNT (Télévision Nationale Bulgare) le 7 juillet 2020

 


Interview de Jean-Pierre Martinez le 24 août 2020

Стриптийз покер

Posted novembre 21, 2020 By admin

Strip Poker de Jean-Pierre Martinez mis en scène par Nadia Asenova à Sofia (Bulgarie)

Стриптийз покер
De septembre 2019 à avril 2020
Au Petit Théâtre de la ville derrière le canal (Малък градски театър „Зад канала“)

Metteuse en scène: Nadia Asenova
Scénographie: Petya Stoykova
Musique: Dobrin Vekilov – Doni
Costumes: Petya Stoykova
Traduction: Nadia Asenova
Avec :
Gerasim Georgiev – Hero
Malin Krastev
Vasil Atanasova
Christina Karaivanova
Atanas Chopov
Photographes :  Pavel Chervenkov, Stefan N. Shterev
Lien vers le texte intégral de la pièce Strip Poker (en français, anglais, espagnol, portugais)


Revue de presse

Malin et Hero explosent « derrière le canal »
Malin Krastev et Gerasim Georgiev sont dans leur élément dans Strip Poker, un spectacle séduisant, absurde et paradoxal au Petit Théâtre de la ville derrière le canal. Ils explosent non seulement les sentiments et la profondeur de leurs personnages mais aussi le public grâce aux jeux de mots et à l’humour de Jean-Pierre Martinez. Leurs partenaires sont tout aussi amusants: Vasilena Atanasova et Christina Karaivanova. Mais, étonnamment, la pièce du dramaturge français est aussi drôle que triste. Nous sommes habitués depuis longtemps dans les bonnes pièces à attendre justement cela : des émotions contrastées sur le spectre humain, les surprises des extrêmes. Parmi eux, les motifs des intrigues sur scène sont traditionnellement les suivantes : la stupidité des jeunes, l’échec d’un mariage, un amour raté, l’infidélité, la malchance, des coïncidences surprenantes, l’aliénation de soi-même et de la société. Et, comme vous le savez, il n’y a pas de meilleur scénariste que la vie. Même quand cela vous emmène entre quatre murs qui ressemblent à une maison de fous. 
Voici ce que la metteure en scène Nadya Asenova dit, elle qui a tellement aimé le texte de Martinez qu’elle l’a traduit : « Nous avons probablement tous éprouvé ce sentiment : « La coïncidence est un moyen pour Dieu de rester anonyme. » C’était la première fois que je jouais une pièce de Martinez. Je l’ai aimé parce que, sur fond d’humour jaillissant, j’ai ressenti une référence à la pensée du Grand-Dieu ou du Destin, si vous préférez. À première vue, la situation est banale et réunit deux couples pour le dîner. Les événements qui résultent de cette rencontre entraînent de la gêne, de la confusion, des situations drôles à l’infini et même un paradoxe dans la communication. Alors que nous rions et pensons : «Cela ne m’arrivera jamais !», la situation engendre des réflexions sur la routine, l’insatisfaction, les mensonges dans le couple et dans la société. Pourquoi mentons-nous, que cachons-nous, à qui mentons-nous, à l’autre ou à nous-même ? Ne sommes-nous pas figés dans un mimétisme social qui peut être très drôle pour les autres et très triste pour nous … De telles questions m’ont stimulée pendant que je travaillais. J’étais accompagnée par le talent inépuisable de Gero, la provocation intelligente de Malin, la délicatesse de Vasilena, la folie de Christina. Je crois que cet amalgame particulier,  des personnalités de ces artistes combinées à la situation comiquement absurde créée par l’auteur et ma pensée obsessionnelle que le destin connaît toujours l’œuvre, ont donné naissance à une performance brillante, drôle et paradoxale. Après le spectacle, vous pouvez repartir avec le sentiment que vous vous êtes beaucoup amusé, et vous pouvez aussi en sortir avec quelques questions qui mènent à l’introspection. Tout ce qui nous passionne, les créateurs, après tout, nous le faisons pour vous – le public. « Tout théâtre qui n’est pas ennuyeux est bon. » 
Traduction à partir du bulgare – Extrait de Standartnews du 22 octobre 2019
https://www.standartnews.com/kultura/malinko-i-gero-vzrivyavat-zad-kanala-404617.html 

Emission de télévision sur la chaîne de télévision nationale bulgare BNT

https://www.bnt.bg/bg/a/premiera-na-striptiyz-poker-v-malk-gradski-teatr-zad-kanala 
Durée : 12,52 mn


À propos du Théâtre

C’est l’un des quatre théâtres de Sofia, créé par un groupe d’artistes en 1990. Son auditorium de 212 place est situé dans un joli bâtiment le long de la rivière Perlovska.
L’atmosphère artistique de ce lieu attire les plus grands metteurs en scène bulgares. La compagnie compte 20 artistes.

Lien vers le site du théâtre : https://zadkanala.bg/spektakli/striptiyz-poker